Home News Divers Compaq Presario 920 : Athlon XP 2000+ en balade !

Compaq Presario 920 : Athlon XP 2000+ en balade !

Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 4
MauvaisTrès bien 
Écrit par Pascal Thevenier   
Mercredi, 18 Décembre 2002 11:16
L'Athon et le Duron ne bénéficient pas du traitement de faveur offert aux Pentium !!!-m et autres Pentium 4-m. En effet, les processeurs Socket A ne prennent place que dans des portables d'entrée de gamme qui font généralement appel à l'antique chipset à mémoire partagée VIA KN133 ou Twister… Les chosent évoluent cependant doucement, notamment avec le circuit ATI IGP 320M qui équipe le Presario 920. Cette solution offre à l'Athlon XP 2000+ qui anime cette machine une solution graphique à base de Radeon VE mais l'architecture fait toujours appel à la mémoire partagée…


Deux poids et deux mesures !

L'informatique est un monde atypique… Et oui, les Athlon XP ont beau avoir les faveurs des utilisateurs avancés sur le marché des desktops, dans le monde mobile, les constructeurs les cantonnent à l'entrée de gamme. Il ne faut pourtant pas chercher l'erreur chez les constructeurs. A l'heure où Intel prône les portables hyper puissants et capables de faire jeu égal avec un desktop, les responsables d'AMD pensent toujours qu'un portable est destiné à faire des slideshow Power Point dans un avion. La vision des fondeurs se retrouve donc transposée dans le monde mobile telle quelle. Ainsi, alors que les Pentium 4-m sont épaulés d'une vaste gamme de circuits (chipsets et puces 3D) dernier cri, les Athlon XP se coltinent toujours des éléments totalement dépassés. A titre d'exemple, de nombreuses machines à base l'Athlon ou de Duron sont encore équipées de mémoire SDRAM et d'un des plus mauvais chipset jamais commercialisé le VIA KN133. Ce dernier embarque un circuit dit 3D basé sur le S3 Savage de 1998. Nous voulons bien admettre qu'il peut être préférable d'opter pour un produit mature mais il y a des limites…

UMA (Unified Archiecture Memory) est le "nom scientifique qui en jette" de la mémoire partagée. Pour plus d'informations sur le sujet, nous vous conseillons la lecture de ce petit article
.

ATI à la rescousse…

Aussi étrange que cela puisse paraître, le secours ne vient pas de NVIDIA et d'un nForce Mobile mais d'ATI. Ce dernier propose l'IGP 320M : Un Northbridge qui embarque un core graphique de Radeon VE. Mais l'intégration ne s'arrête pas là ! L'IGP 320M embarque également le PLL, le circuit destiné à créer la fréquence de base du système, afin de réduire les coûts. Les informations ne sont d'ailleurs pas légion au sujet de cet IGP. Le site d'ATI est peu fourni et se borne à expliquer que l'IGP 320M est un composant à faible consommation et qu'il est totalement compatible au niveau logiciel avec le Radeon… Aucun information relative à la fréquence du core graphique n'est disponible. PowerStrip et les différents outils que nous avons utilisés n'ont pu identifier le chip. Toutefois, nous savons qu'il conserve les caractéristique du Radeon VE : 1 pipeline capable d'appliquer trois textures en une passe. Sachant que les Radeon Mobility ont une fréquence de l'ordre de 166MHz, il est probable que l'IGP 320 soit cadencé moins rapidement (125MHz ?). Comme son cousin, il bénéficie des technologies HyperZ (économie de la bande passante mémoire), Video Immersion (décompression MPEG II hardware), HydraVision (gestion de plusieurs écrans) et de l'architecture Pixel Tapestry (gestion du Bump Mapping, des textures 3D, du FSAA, de l'anisotropic filtering). En pratique, il faut bien entendu faire une croix sur le FSAA et le filtrage anisotropic bien trop gourmands en bande passante pour un circuit à mémoire partagée. Le Radeon VE ne dispose pas non plus d'unité T&L, la géométrie incombe donc au processeur central.
ATI propose ses propres Southbridges mais l'IGP 320M peut être associé avec un composant VIA ou Ali bien moins coûteux. Pour sa gamme Presiario 900, Compaq a sélectionné l'Ali M5229 qui gère l'USB et l'ATA100.


L'Athlon XP 2000+

Le processeur du Presario 920 n'est ni plus ni moins un Athlon XP 2000+ (.13µ) tournant à 12,5 x 132,51MHz soit 1656MHz. Le PLL de l'IGP ne produit pas un signal de 133,33MHz ce qui engendre une légère perte de fréquence (~10MHz). Le processeur n'est hélas pas un modèle mobile équipé de la technologie PowerNow! ce qui n'empêche pas le Presario 920 d'offrir une excellente autonomie grâce à une batterie de forte capacité (65Wh !). Malgré la puissance du processeur, la machine est chaude mais reste dans la moyenne… Une bonne performance, une fois de plus !


Le Presario 920

Cette machine constitue aujourd'hui le fleuron de la gamme AMD de Compaq. La machine bénéficie d'un équipement à la hauteur de ses prétentions : Ecran 15 pouces SXGA (1024x768), disque dur de 30Go, combo DVD/graveur, 256Mo DDR, enceintes JBL, interface réseau, modem et option Wifi. Le design global du Presario 920 n'est pas sans rappeler celui de son homologue à base de Pentium 4-m (Presario 28xx). En pratique, les différences sont nombreuses et la segmentation entre les machines Intel et AMD est très visible. Ainsi, le Presario 920 dispose d'un combo comme le haut de gamme Intel, mais ce dernier n'est pas amovible. Le plastique du repose poignet n'est plus le même : Le matériau doux et agréable des Presario 28xx est ici remplacé par un plastique plus dur… Les éléments décoratifs ne sont plus chromés mais simplement argentés. La différence entre les deux machines que nous avons testées n'est pas sans rappeler les détails qui se retrouve entre une voiture de grande série et le modèle haut de gamme…


Power !

Le Presario 920 n'est pas pour autant une machine au rabais ! Le système d'ouverture de l'écran est robuste tout comme son carter qui résiste très bien aux pressions. Les charnières sont fermes et maintiennent très bien l'écran. Nous adresserons quand même une petite critique au système : Le haut de l'écran est assez sensible aux vibrations… La mise sous tension de la machine se passe sans le moindre problème. Windows XP Home pré-installé lance son installation finale après enregistrement des informations de l'utilisateur. Les enceintes JBL sont à la hauteur comme le confirme le son du démarrage de Windows… L'écran de 15 pouces est de très bonne facture avec un excellent respect des couleurs. Il supporte également un défilement de 800pixels/s sans rémanence. En utilisation bureautique, le Presario 920 est très silencieux et le ventilateur du processeur ne fonctionne pas souvent. En utilisation intensive, le ventilateur du processeur ainsi qu'un second plus petit logé dans la face arrière se mettent en action. Leur niveau sonore est tout à fait acceptable leur bruit étant assez sourd… Le clavier et le touchpad offrent le feeling et le confort qui font l'agrément des Presario. A noter que le clavier est secondé par des boutons programmables tandis que le touchpad est complété par une croix directionnelle afin de faciliter l'utilisation de Windows.


Les bons ports

Le Presario 920 offre la connectique nécessaire à une utilisation familiale. Le flanc droit abrite la batterie et le graveur. A l'arrière, sous un volet de protection, Compaq a logé les ports USB (2), série, parallèle, PS/2 et TV-Out. Les connecteurs modem, son et réseau ainsi que la prise d'alimentation sont eux accessibles directement. Le coté gauche supporte le lecteur de disquettes, un port PCMCIA et le verrou Kensington. Seul le port IrDa n'a pas été retenu mais ce dernier est condamné à terme même s'il rend encore de loyaux services, notamment avec les PDA et téléphones portables. Un logement dans le dos de l'écran permet de brancher un module Wifi et/ou BlueTooth afin de rendre le Presario 920 réellement mobile.


Composants…

Au niveau des composants intervenant dans les performances, le disque dur est un modèle bien connu : Le Travelstar de 30Go. Ce disque offre de bonnes performances et offre une capacité de stockage correcte. Il est secondé par un graveur TEAC véloce puisqu'il peut graver des CD-R en 8x en toute sécurité grâce à la technologie JustLink. Le DW-224E ne supporte hélas pas l'overburning. Compaq n'a donc pas lésiné sur l'équipement.
Les interfaces réseau et modem sont prise en charge par une carte miniPCI.
Le Presario 920 dispose de deux ports Sodim dont un est occupé par un module de 256Mo DDR PC266.


Performances

Depuis l'arrivée de circuits graphiques puissants dans les portables, nous avons décidé d'utiliser les mêmes benchs 3D que pour les desktops. Les portables ont certes un peu de mal à suivre en 1024x768x32 mais les scores évitent ainsi toute désillusion au néophyte ! Les performances des autres machines sont issues du dossier 4 Portables contre 1 Desktop.
Le CPU Mark 99 montre directement l'inconvénient de la mémoire partagée. Un score de 133 correspond aux performances d'un Athlon XP 1700+… Le Presario 920 et son Athlon XP 2000+ restent cependant devant le Pentium 4-m 2Ghz du C840.
Les performances mesurées par Sandra 2002 ne sont pas tributaires de la bande passante comme le CPU MArk 99. Le Presario 920 prend donc largement la tête du classement.
Les taux de transfert atteints par l'IGP 320 sont très (trop) faibles : 1100Ko/s ! L'IBM A30 équipé d'un Pentium !!!-m 1GHz et de mémoire SDRAM fait presque autant… A noter que la profondeur des couleurs utilisées pour le bureau de Windows a un impact sur les performances : 1062Mo/s en 32bits et 1103Mo/s en 16bits. L'écart de 4% peut sembler anodin, mais nous y reviendrons…
Le disque dur offre un bon temps d'accès mais son taux de transfert est en retrait en comparaison avec notre base de données. La faute incombe probablement à la mémoire partagée et à la taille "réduite" du disque dur (notre base repose sur des disques de 40Go). Le combo TEAC est par contre dans la moyenne et ne souffre d'aucune critique.
Les performances globales ne sont pas celles que nous attendions d'un Athlon XP 2000+. Le Presario fait mieux que l'IBM A30 mais ne parvient pas à concurrencer le plus petit des Pentium 4-m (Presario 2810 avec un Northwood à 1,4GHz)... Une fois de plus, les piètres performances de l'IGP 320 et de l'architecture UMA se paient ! La profondeur de couleurs du bureau joue sur l'indice atteint au Content Creation 2002 : 20,9 en 32bits et 21,6 en 16bits soit un écart de ~4%… A noter que la dernière machine à base de KN133 testée par nos soin (Backard Bell iNote à base de Duron 1,2GHz) offrait un indice CC2002 de 18,5 en 16bits contre 15,5 en 32bits. L'Athlon XP 2000+ est donc asphyxié par le chipset !
Les performances 3D de l'IGP 320 sont loin de celle du Radeon VE (Radeon Mobility M6), son équivalent à mémoire dédiée. L'exemple du 3D Mark 2001 est frappant. Le Presario 920 arrive à peine à 1400 alors qu'un IBM A30 (Pentium !!!-m 1GHz et Radeon VE 16Mo dédiés) arrive à 2000. Au minimum 30% de performances sont donc perdues par la mémoire partagée (sans même tenir compte du fait que la puissance brute d'un Athlon XP 2000+ est largement supérieure à celle d'un petit Pentium !!!-m 1GHz). Toutefois, face à un KN133 (~400 points au 3D Mark 2001), la progression dépasse les 200%. Comme le confirment les autres tests, les performances se situent en retrait de toutes les solutions à mémoire dédiée. Cependant, le Presario 920 est le plus performant des portables Socket A passé entre nos mains. En réduisant la résolution au 800x600 en 32bits voire en 16bits, de nombreux jeux (Quake III, Serious Sam2, Counter Strike) passent sans problèmes… Il faudra par contre faire une croix sur Comanche 4, Aquamark ou de gros titres comme UT2003.
Le Presario 920 prend une belle revanche lors du Battery Mark 4.01. Il s'agit de la machine la plus endurante jamais testée ! Il faut avouer que la batterie de 65Wh n'est pas étrangère à cette performance sans précédent. La majorité des portables se contentent d'un élément de 40Wh, seul Compaq semble utiliser systématiquement des batteries de très fortes capacités. Nous les félicitons pour ce choix !


Ride your white horses !

En tant que portable tout-en-un, le Presario 920 n'est pas un poids lourds. Avec 3225gr pour le portable lui-même et 510gr pour le transformateur, il peut se permettre de jouer les vrais nomades. Il ne pourra certes pas recevoir de seconde batterie, mais son autonomie de plus de 3h lui permet de passer une demi-journée de travail sans faire appel à une source d'énergie externe. En d'autres mots, il est possible de partir en vadrouille uniquement avec le portable sous le bras.


Conclusion

Le Presario 920 offre un niveau de performances encore jamais atteint par un portable à base d'Athlon XP. L'IGP 320 d'ATI autorise de bien meilleures prestations que l'antique KN133. Cependant, face aux solutions équipées de Pentium 4-m toujours secondées par les meilleurs éléments du marché, le Presario 920 fait pâle figure. Le bilan final reste toutefois très positif grâce à une autonomie hors du commun et un rapport prix/performances imbattable. Si les solutions AMD du monde mobile ont encore des progrès à faire pour arriver au niveau de leur rivales Intel, le Presario 920 est sur la bonne voie pour amorcer un rapprochement. Il s'agit sans conteste d'un des meilleurs choix surtout compte tenu du prix et de l'autonomie.

Note : 8/10

Pour :
Autonomie, performances (par rapport au KN133), graveur 8x, enceintes, prix.
Contre : Performances en retrait de Pentium 4-m, pas d'USB 2.0
Mise à jour le Mardi, 10 Novembre 2009 20:23