Home Archives

Pentium 4 et Athlon XP : duel autour des IGP d'ATI !

Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 
Écrit par Pascal Thevenier   
Mercredi, 29 Janvier 2003 12:29
Compaq propose toujours une large gamme de portables grand public basée sur des processeurs AMD et Intel. Avec l'arrivée des IGP d'ATI, le constructeur de portables a trouvé une solution simple et économique. En effet, ATI a développé un jeu de composants pour les Athlon XP et son pendant pour les Pentium 4. Il n'est donc pas étonnant que la série Presario 1500 à base de Pentium 4 "clone" les modèles 900 équipés d'Athlon. Il reste à savoir comment le Pentium 4 gourmand en bande passante sort son épingle du jeu avec l'IGP 340 face à l'Athlon XP épaulé par l'IGP 320. Au passage, nous en profiterons pour vérifier si les processeurs d'Intel et d'AMD sont logés à la même enseigne en termes d'équipement…


Un châssis commun...Un peu de retard…

Notre projet initial visait à comparer le Presario 920 (Athlon XP 2000+, IGP 320) et le Presario 1525 (Pentium 4 2,4GHz, IGP 340). Hélas, pour des raisons de disponibilité du matériel, nous n'avons pu opposer les machines directement… Qu'à cela ne tienne, nous allons faire le point aujourd'hui. Le monde mobile n'est pas soumis totalement aux mêmes lois que le monde des desktops. En effet, les constructeurs de portables ont des impératifs beaucoup plus contraignants à satisfaire. Ainsi, le châssis d'un portable demande souvent une étude bien plus poussée qu'une tour ou un desktop. De très nombreux facteurs sont à prendre en compte comme l'esthétique, la résistance mécanique, la dissipation thermique, etc. La plupart du temps, un châssis de notebook est conçu pour une famille de machine. A titre d'exemple, le châssis des IBM Thinkpad A30 à base de Pentium !!!-m a été utilisé pour les A31 équipés de Pentium 4-m dont l'enveloppe thermique est totalement différente. Il suffit simplement de surdimensionner le boîtier afin de pouvoir évacuer les calories, pensez-vous ? Non, sinon la portabilité de la machine est entamée… Les constructeurs rivalisent d'ingéniosité pour élaborer leur gamme et surtout pour amortir tant que faire se peut les coûts de développement.


Des clones…

A l'exception du petit logo AMD ou Intel et du numéro de série, pas la moindre différence !Notre Presario 1525EA est la copie parfaite du Presario 920EA testé en décembre. A l'exception des logos AMD et Intel, rien ne sépare les machines au premier coup d'œil. Un tour du propriétaire le confirme ! Le flanc droit embarque le Combo DVD-ROM/graveur. A l'arrière, sous une petite trappe de protection, nous découvrons deux ports USB, une sortie d'air, le connecteur TV-Out, un port série, une prise PS/2 et enfin la sortie parallèle. Compaq a placé de part et d'autre de cette trappe les prises audio et l'alimentation (gauche) et les connecteurs de communication RJ11 et RJ45 (droite). Sur la gauche, un port PCcard, le floppy et un slot Kensington complètent la dotation. L'ouverture du capot a un air de déjà vu ! L'utilisateur se retrouve dans un environnement sympathique introduit par les Presario 2800 : Touchpad et charnières sont garnis de plastiques clairs. En comparaison avec le modèle haut de gamme de la série 2800, les "petits" Presario 920 et 1525 ont troqué le chrome pour de l'argenté plus économique. L'écran et le clavier sont eux de même qualité sur toutes les machines testées et personne ne s'en plaindra !


… ou presque !

Si le plumage est identique, le ramage est bien différent. En effet, les processeurs AMD occupent systématiquement une position d'entrée de gamme alors que leur homologues Intel sont choyés. Le Presario 1525 dispose ainsi de 2 ports USB comme son cousin, mais ces derniers sont à la norme 2.0 et non plus 1.1. Le Presario 1525 se voit ainsi débarrassé d'un point faible reproché au 920. La machine "Intel" offre également un port infrarouge qui brillait par son absence… Si ce genre de détail semble anodin pour le quidam, il ne l'est pas pour le constructeur. Une économie de quelques dollars sur tel composant et l'absence d'interface IrDA se soldent, sur des milliers de machines par des écarts financiers importants !


ATI InsideL'IGP 340m est la version Pentium 4 de l'IGP 320m.

L'IGP 340m est la version Intel de l'IGP 320m. Dans les deux cas, il s'agit d'un Northbridge capable de piloter de la mémoire DDR via une interface 64bits classique. L'IGP 340m prend en charge le bus Quad Pumped des Pentium 4. Il peut piloter des Pentium 4, Pentium 4-m et Celeron. La partie graphique est assurée par une core de Radeon VE qui exploite la mémoire centrale mais les informations techniques à son sujet ne sont pas légion. Nous n'avons rien appris de plus que pour l'IGP 320m, à savoir : 1 pipeline capable d'appliquer trois textures en une passe, la prise en charge des technologies HyperZ (économie de la bande passante mémoire), Video Immersion (décompression MPEG II hardware), HydraVision (gestion de plusieurs écrans) et de l'architecture Pixel Tapestry (gestion du Bump Mapping, des textures 3D, du FSAA, de l'anisotropic filtering).
Les IGP peuvent être associés à des southbridge ATI ou d'un constructeur tiers. Une fois de plus, Compaq a retenu ALi pour des raisons économiques. Il s'agit toutefois d'un composant plus coûteux gérant l'USB 2 en plus des classiques fonctions audio et pilote des disques durs ATA100.


Côté technique…

Un connecteur spécifique pour une carte BlueTooth ou Wifi.Compaq a vu les choses en grand en logeant un Pentium 4 2,4GHz dans sa machine. Afin de réduire les coûts, il s'agit d'un Northwood classique et non d'un Pentium 4-m. Le Presario 1525 ne dispose donc pas de la fonction Speedstep. En d'autres mots, le processeur travaillera toujours à 2,4GHz soit 24x100MHz. L'IGP 340m pilote 256Mo de DDR266 dont la bande passante de 2,1Go/s doit se répartir entre le processeur et le Radeon VE. Il y a donc un risque important de voir les performances du Pentium 4 affectées par le partage de la bande passante (bien plus que pour un Athlon XP)…
Au chapitre du stockage, les spécifications sont semblables. Ainsi, le disque propose toujours 30Go mais il s'agit à présent d'un modèle Toshiba MK3018GAP et non plus d'un TravelStar d'IBM. Si ce dernier fonctionne toujours en ATA 100, il s'illustre par un bruit de fonctionnement plus important. Le combo, lui aussi signé Toshiba (SD-R2312), est un excellent choix. Rapide et silencieux dans tous les modes, il grave les CD-ROM en 8x et offre un contrôle de flux de type burn-proof. A noter qu'il est fixé au châssis et ne pourra céder sa place à une batterie par exemple.
Le son est géré par le southbridge puis le relais est pris par les enceintes JBL qui sont à la hauteur des attentes…
Comme tous les portables Compaq récents, le 1525EA peut recevoir un module Wifi logé dans le carter de l'écran.


Au boulot !

Le vilain petit ventilateur...Le Presario 1525EA ne nous a pas dérouté. Les habitudes prises avec le 920 restent de coutume. L'écran de 15 pouces affiche toujours un 1024x768 bien contrasté et sans dominance d'une couleur. Le clavier est agréable même si les touches sont un peu granuleuses… Bien que classé dans une gamme supérieure, le Presario 1525 nous a un peu déçus ! En effet, le disque dur est moins dynamique mais surtout, le système de ventilation est très (trop) souvent actif. Le coupable n'est même pas spécialement le processeur dont le ventilateur ne fonctionne que de temps à autre mais le système secondaire dont l'ouïe d'évacuation se trouve dans la face arrière. Ce petit ventilateur (~2cm de diamètre) émet un bruit sourd assez désagréable. Son activité est déclenchée afin de réduire la chaleur du chipset soumis à rude épreuve (le Pentium 4 dévore la bande passante mémoire, ce qui échauffe le northbridge)…


Performances

Le partage de la bande passante mémoire se solde par une perte de 10 points au CPU Mark 99. Ainsi le Presario 1525EA affiche un score de 139 contre 149 pour une machine à mémoire graphique dédiée équipée d'un chipset i845D. Ce score reste cependant le plus important que nous ayons mesuré (6 points de mieux que le Presario 920).
Directement proportionnels à l'architecture du processeur et à sa fréquence les scores obtenus sous Sandra 2002 sont eux aussi les plus élevés mesurés à ce jour.
Les tests de bande passante sont intéressants. En effet, que ce soit avec l'Athlon XP ou le Pentium 4, les IGP d'ATI sont capables de délivrer un peu plus d'1Go/s au processeur. Ce handicap grève comme nous le verrons les performances globales de la machine.
Au niveau des taux de transferts, les systèmes de stockage sont à la hauteur. Le disque dur et le combo affichent des performances comparables à celles de leurs petits camarades. Mais si le lecteur optique continue à séduire avec un temps d'accès très faible, le disque dur signe une très mauvaise performance. Les 15ms de temps d'accès se ressentent même sans le moindre bench…
La note globale du Content Creation 2002 reflète directement l'important temps d'accès du disque dur et les effets de la mémoire partagée. Avec un indice de 20, le Presario 1525 se classe en queue de peloton au même niveau que l'A30 équipé d'un Pentium !!!-m à seulement 1GHz…
Le 3D Mark 2001 SE reflète lui aussi le contre-coup : 1534 points. Un indice comparable à celui du Presario 920. Une fois encore le partage de la bande passante mémoire limite les performances. Vous avez été nombreux à nous poser des questions sur l'amélioration des performances notamment en faisant appel à des drivers comme les Omega. Tous nos tests se sont soldés par un score de l'ordre de ~1500 points… Limite matérielle !
Les performances dans Quake III sont supérieures à celle du Presario 920 essentiellement grâce à la puissance du processeur central. Le 1024x768x32 reste cependant peu exploitable et il faudra se rabattre sur le 800x600x32. Dans Serious Sam 2, les performances sont modestes et le Radeon VE montre ses limites architecturales et fait une fois de plus les frais du manque de mémoire dédiée. Comanche 4 ne fonctionne pas sans une unité T&L matérielle qui fait défaut au Radeon VE. Aquamark n'est pas non plus "fonctionnel"… Tant le Presario 920 à base d'Athlon XP que le 1525 équipé d'un Pentium 4 voient leurs performances largement nivelées par le bas à cause de la mémoire partagée. Si nous avions passé l'éponge pour le 920 qui affichait un "nouveau" standard de performances pour les Athlon mobile, nous sommes déçus des performances trop modestes de ce Presario 1525…


Road warrior ?

A niveau de la taille et du poids, les deux jumeaux sont identiques (3220gr pour le portable, 515gr pour le transformateur et 327mm x 267 x 38mm). La machine peut donc suivre sous le bras à condition d'embarquer également le transfo. En effet, la batterie a une capacité plus standard de ~40Wh ce qui réduit l'autonomie à 2h17 minutes. Une bonne heure et demi de moins que le Presario 920 !


Prix

Nous préférons le Presario 920 équipé de l'Athlon XP 2000+ au Presario 1525 et son Pentium 4 à 2,4GHz : Moins cher, plus performant et plus endurant ! Que demander de plus ?Une différence de 300€ sépare nos deux machines. Au regard des performances et de l'autonomie, le Presario 920 (~1750€) constitue une bien meilleure affaire que le 1525 (2050€). En effet, pour une centaine d'euros, il est possible d'acquérir une PCcard USB 2 et mettre le Presario 920 au niveau de son homologue Intel. Seul le port Infrarouge peut éventuellement faire pencher la balance vers le Presario 1525…


Conclusion

Si le Presario 1525EA illustre bien la tendance en équipant plus richement les machines équipées de processeurs Intel que celles à base d'AMD, il démontre aussi que la fréquence ne fait pas tout. Cette machine offre le support de l'USB 2.0 et dispose d'un port infrarouge mais ces deux avantages sont bien légers au regard des inconvénients ! Le Presario 1525EA est plus bruyant, moins endurant (même si l'autonomie reste correcte) et à peine plus performant que le Presario 920. Entre les deux machines que nous avions initialement prévu d'opposer dans un match, le 920 remporte le titre face au 1525.

Presario 1525EA : 7/10
Pour :
USB 2.0, graveur 24x, infrarouge
Contre : Bruit, performances trop modestes Note : Le graveur est bien un 8x. Lors de notre article sur le 920EA, nous avions été induits en erreur par le rapport d'un logiciel d'annalyse...
Mise à jour le Mardi, 10 Novembre 2009 20:23