Home News Divers Test : 4 ventilateurs de 80mm

Test : 4 ventilateurs de 80mm

Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 
Mardi, 27 Mai 2003 02:08
Les PC chauffent de plus en plus et il faut sans cesse les refroidir de mieux en mieux… Aujourd'hui, un PC classique embarque couramment pas moins de 4 ventilateurs : Alimentation, châssis, processeur et carte graphique. Certaines machines approchent même la dizaine de ventilateurs. Il suffit par exemple d'avoir une GeForce4 Ti Leadtek, un graveur Plextor, une grande tour (un fan en aspiration et un second en extraction) ainsi qu'une alimentation bi-ventilateurs… Du vent, du bruit résument généralement bien la situation. A moins de faire appel à des ventilateurs de bonne facture comme les Papst 8412 NGL, Noiseblocker S2 et Enermax UC-8FAB que nous avons comparés à un modèle plus générique un Yate Loon D80SM-12.


Des watts encore et toujours

De nombreux membres de notre forum se plaignent régulièrement de la chauffe de leur système. Dans beaucoup de cas, les problèmes thermiques sont liés à une première configuration musclée faite maison avec un refroidissement pas toujours adéquat. Il faut savoir que de nombreux processeurs actuels dissipent dans les 55 à 60 watts (Pentium 4 2,4GHz ou Athlon XP 2100+) en fonctionnement normal. L'overclocking d'un Pentium 4 2,4GHz (18 x 133MHz @ 1,5v) à 3GHz (18 x 166MHz @ 1,7v) fait grimper la dissipation thermique de ~60 watts à presque 100 watts ! Avec un voltage standard de 1,5v, un Pentium 4 3,06GHz dissipe à peine 80 watts… Le constat est identique avec les processeurs AMD. Tout overclocking demande une augmentation de la tension, ce qui se traduit par une chauffe plus importante que la normale. Bien souvent, l'overclocker pense à équiper son processeur d'un très bon HSF, mais oublie qu'il faut évacuer l'air chaud de la tour… Le processeur n'est pas le seul à chauffer dans un PC. La carte graphique est un composant critique dont la chaleur émise affecte particulièrement le processeur étant donné qu'elle se trouve juste en dessous ! Plus méconnu encore, le VRM chauffe de manière notable quand il doit délivrer une tension soutenue bien plus importante que la moyenne…


Exemple concret…

La température a tendance à grimper en flèche dans les systèmes rapides et/ou overclockés. Nous avons réalisé des tests sur un Pentium 4 1,80GHz poussé à 2,40GHz sous 1,85v. Sans ventilateur additionnel dans la tour, la température processeur atteint +60°C (à 1h20 sur le graphe) et continue de monter. La sonde interne du chipset indique une température interne de 35°C. Le graphe des vitesses des ventilateurs montre que la rotation augmente de manière importante afin de dissiper la chaleur émise. A 4000rpm, le volume sonore du HSF devient alors très important… Si le système reste en charge, il plante immanquablement ! La présence d'un simple ventilateur basse vitesse placé en aspiration dans le haut de la tour suffit à extraire l'air chaud qui s'accumule dans la partie supérieure. Le HSF Intel et un ventilateur de 80mm tournant à 2500rpm rendent le système 100% stable. Le processeur se maintient à 54°C et le chipset reste à 33°C. De plus, la vitesse de rotation du HSF ne dépasse plus les 3200rpm, vitesse à laquelle ses perturbations sonores sont faibles. Lors d'un autre essai plus poussé, nous avons laissé le Pentium 4 monter jusqu'à 70°C. A cette température, le processeur a réduit sa fréquence sans planter. Les images par seconde dans Quake III se sont effondrées de ~200 à moins de 100… Une ventilation correcte de la tour se montre non seulement plus silencieuse mais également plus efficace que le placement d'un simple "Gros HSF" sur le processeur…


Boîtier : Un ventilateur de plus…

Nous venons de le voir, les preuves sont accablantes ! Au moins un ventilateur doit aider celui de l'alimentation à extraire l'air chaud de la tour. Toutefois, si ce dernier est mal choisi, il peut se montrer peu efficace et bruyant… Plusieurs remarques lors de news sur l'overclocking nous ont fait tiquer : A quoi cela sert-il si le PC devient un véritable aéroglisseur ? Effectivement, mieux vaut ventiler en silence de manière efficace que n'importe comment dans le bruit ! Il est donc peu utile de faire appel aux meilleurs ventilateurs si la tour n'est qu'un amas de fils, câbles et autres nappes.


Quatre challengers contre le tenant du titre

Tester des ventilateurs n'est pas une mince affaire ! Nous avons donc fixé une procédure interne : Sur un heatsink d'origine Intel fixé à la carte mère, nous avons remplacé le ventilateur Sanyo Denki par chacun des quatre protagonistes. Nous avons alors mesuré la température moyenne relevée après 20 cycles de Sandra Burn-in. Une seconde série de tests a été réalisée à ~2100rpm afin de comparer l'efficacité des ventilateurs. Une dernière mesure a été faite en montant chaque 80mm en extraction dans la tour et en mesurant la température dans la tour en stressant le système avec Quake III Bench. Le processeur utilisé est un Pentium 4 2,4B GHz en 1,5v.


CFM, RPM, etc.

Les ventilateurs sont souvent caractérisés uniquement par leurs RPM un peu comme la mémoire se qualifie en Mo… Pourtant, il y a lieu de tenir compte du CFM (Cubic Feet per minute) ou encore pieds cube par seconde : il quantifie le volume d'air brassé par seconde. 1 CFM correspond à 1,7m³/heure. Le ventilateur idéal est celui qui brasse le plus gros volume (efficacité) tout en conservant la plus faible vitesse de rotation (silence). En outre, si tous ces ventilateurs travaillent par défaut en 12v, il est possible de réduire leur vitesse avec le FanMate de Zalman par exemple ou de les brancher manuellement en 5v, 7v ou 9v. Plus leur vitesse est élevée plus ils consomment ! Certains gourmands pompent presque .25A, ce qui cause parfois des problèmes de boot à certaines cartes mères. Le monitoring est une fonctionnalité intéressante mais elle pose parfois problème. En effet, certains BIOS considèrent comme nulle une rotation inférieure à 1500rpm. Des messages d'erreurs sont parfois affichés lors du BOOT : Warning, fan fail. La solution consiste à augmenter leur vitesse ou à désactiver leur surveillance.


Papst 8412 NGL

Ce ventilateur est certainement le plus ancien du lot et certainement le plus connu. Toutefois, son âge trahit rapidement quelques défauts : Le Papst est livré sans connecteur avec deux simples fils nus. Il n'est pas équipé du monitoring cher aux overclockers. Le Papst 8412 NGL est un ventilateur 12v basse vitesse (~1500rpm). Il ne consomme donc que 0,56watt (0,045A). Le volume d'air déplacé est de ~20cfm. Le 8412 NLG est commercialisé à une bonne quinzaine d'euros.


Enermax UC-8FAB

Propulsé au devant de la scène par le succès ses boîtiers , Enermax propose des ventilateurs intéressants. L'UC-8FAB est bien fini : Grille de protection, potentiomètre pour régler la vitesse et vis de fixation font partie de l'équipement de série. Il arbore aussi des couleurs criardes qui tranchent avec les pales transparentes. Contrairement au Papst, l'Enermax est un ventilateur (12v) à grande vitesse capable de tourner à plus de 3700rpm et déplacer 42cfm. Du coup l'ampérage grimpe en flèche à .23A tout comme la puissance : 2,76Watts. Il faudra débourser une douzaine d'euros pour en devenir le propriétaire…


Noiseblocker S2

Design avec son carter translucide et ses pales transparentes bleues, le Noiseblocker S2 est certainement le plus réussi au niveau look. La dotation est largement au dessus de la moyenne et contient : Régulateur de vitesse avec un bouton de grande taille et fils d'allonge, adaptateur Molex et vis de fixation. Mais contrairement à l'Enermax, la grille de protection n'est pas livrée. Le S2 est prévu pour une vitesse moyenne de ~2100rpm; sa consommation est donc plus proche du Paspt que de l'Enermax avec .1A et une puissance de 1,2Watt. Malgré cette faible consommation, il bouge quand même 30cfm. Son prix est de l'ordre de 15€.


Yate Loon D80SM-12

Vendu comme ventilateur générique, ce 80mm n'a rien de particulier. Il est livré sans bundle un peu comme le Papst, mais a la décence d'offrir un connecteur 3 pins et supporter le monitoring. Le D80SM-12 tourne théoriquement à 2400rpm mais notre modèle, il est vrai déjà âgé, ne mouline plus qu'à 2200rpm. Du coup, ses spécifications le placent à cheval entre les D80SM-12 et D80BL-12 du constructeur. Quoi qu'il en soit, il brasse approximativement 25cfm. La puissance est de l'ordre de 1,68watt avec une intensité de 0,14A. Prix : ~10€


Sanyo Denki

Il ne s'agit pas d'un ventilateur de 80mm comme les autres mais de celui du HSF livré en série avec les processeurs Intel. Les spécifications publiées ne correspondent toutefois pas en tous points avec celles relevées… Ainsi, notre HSF tourne à 2800rpm sur les cartes mères que nous avons testées. Le Sanyo Denki qui équipe notre HSF consomme .16A et déplace approximativement 22cfm à 2800rpm.


Les performances

Quand les ventilateurs tournent à leur vitesse maximale, l'Enermax prend bien entendu le large grâce à ses 3750rpm. Il est le seul à passer sous les 50°C. Seul le Papst fait moins bien que le ventilateur d'origine, ce qui est normal étant donné qu'il est limité à ~1500rpm. Le NoiseBlocker et le Yate Loon jouent dans la même catégorie.
En terme de bruit à vitesse maximale, le Papst prend sa vengeance et nous lui avons attribué une note de arbitraire de 5. Un cran au-dessus, le NoiseBlocker s'en sort très bien (6) suivi du Yate Loon et du Sanyo Denki un rien plus bruyants (6,5). L'Enermax est le plus sonore de la gamme (8) !
En fixant la vitesse de rotation à ~2100rpm, il est possible de mettre en avant les qualités intrinsèques de chacun de ventilateurs. A cette allure, nos concurrents dégagent des perturbations comparables (note de 5) à l'exception de l'Enermax (6). Les performances sont, sans miracle, fortement nivelées avec moins de 4°C d'écart entre le meilleur (Enermax à 52,1°C) et le moins bon (Papst 55,9°C). Les Yate Loon et NoiseBlocker s'en tirent bien avec des performances comparables, un judicieux rapport bruit/performances.
Montés dans la tour mais limités à ~2100rpm, les quatre ventilateurs émettent toujours le même niveau sonore mais les écarts de performances s'amenuisent. Le Paspt laisse notre configuration de référence à 44°C suivi par les Yate Loon et Enermax à 43°C et du NoiseBlocker à 42°C. A plein régime, le UC-8FAB l'emporte avec 40°C talonné par le Yate Loon à 41°C et le S2 à 42°C. Le Papst reste bon dernier vu sa faible vitesse de rotation.


A fonctionnalités égales…

Les S2 et UC-8FAB ont un avantage important sur leur concurrents : Ils disposent d'un variateur de vitesse livré en standard. Il faudra débourser encore 4€ pour mettre les autres ventilateurs à niveau avec un système comme le Fan Mate de Zalman. Du coup, l'économique Yate Loon se place dans la moyenne et le Papst devient hors de prix. Mais il faut avouer que sa faible vitesse de rotation ne demande pas l'installation d'un variateur…


Conclusion

Le Papst 8412 NGL reste certainement le moins bruyant des ventilateurs grâce à une faible vitesse de rotation mais ses performances le cantonnent essentiellement à la ventilation d'une configuration que nous qualifierons de normale c'est à dire sans overclocking sauvage. A l'autre bout de l'échelle, l'Enermax UC-8FAB se montre fort polyvalent : Capable de bonnes performances à haute vitesse, il fait fi du silence mais il sait aussi se montrer discret à bas régime. Le Noiseblocker S2 est surtout intéressant pour son bundle et son bon compromis bruit/performances. Plus polyvalent que le Papst mais moins que l'Enermax, il nous a relativement séduits notamment par son look. Le Yate Loon D80SM-12 montre qu'un ventilateur bon marché n'est pas forcément une mauvaise affaire. Il est certes un peu plus bruyant que le NoiseBlocker mais il joue davantage sur son petit prix.
Pour nous, un ventilateur reste un ventilateur et les nuisances sont généralement proportionnelles aux performances… Merci à Computer Supplies pour les ventilateurs

Enermax UC-8FAB : 9/10
Plus :
Performances, variateur, grille, vis
Contre : Bruyant à plein régime

Noiseblocker S2 : 9/10
Plus :
Performances correctes, vis, variateur, adaptateur
Contre : Rien

Yate Loon D80SM-12 : 8/10
Plus :
Prix, relativement silencieux, performances correctes
Contre : livré nu

Papst 8412 NGL : 7/10
Plus :
Silence
Contre : Performances, livré nu, pas de connecteur, pas de monitoring, prix
Mise à jour le Mardi, 10 Novembre 2009 20:23