Newsletter

Abonnement
Désabonnement


Articles en rapport

Home News Hardware Intel veut contôler l'overclocking des Sandy Bridge...

Intel veut contôler l'overclocking des Sandy Bridge...

Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 6
MauvaisTrès bien 
Écrit par Pascal Thevenier   
Lundi, 26 Juillet 2010 13:01
La prochaine architecture d'Intel devrait arriver début 2011. Ces processeurs dérivés des actuels Core i7 sont très prometteurs au niveau des performances en raison des nombreuses optimisations dont ils font l'objet. En outre, leur gravure en 32 nm laisse présager le meilleur au niveau de l'overclocking. D'après des documents présentés par Intel, l'overclocking risque de ne plus être aussi libre qu'actuellement. En effet, le générateur de fréquence (le PLL) sera directement intégré dans le chipset Cougar Point (P67). En d'autres mots, il sera impossible d'agir séparément sur les différentes vitesses de bus. La gestion des fréquences passera par le PCH avec l'introduction d'un DMICLK comparable à l'actuel BLCK et ajustable sur quelques pour-cents duquel découleront toutes les autres : processeur, mémoire, PCI-Express, etc.


Pour la plateforme « mainstream », c'est-à-dire le Cougar Point avec les Sandy Bridge en support LGA1155, Intel compte commercialiser certains processeurs avec un multiplicateur totalement libre (jusqu'à 57 x 133,33 MHz, soit 7,6 GHz), d'autres avec un multiplicateur partiellement libre (limitation en fonction du TDP maximum) ainsi que des modèles classiques verrouillés. Le ratio bus sytème/mémoire pourra être modifié sur les PCH de la série P60 pour desktop (mais pas ceux de la série H60) afin de supporter une fréquence de 2133 MHz.


Le haut de gamme assuré par l'ensemble Patsburg (X68) et Sandy Bridge E en LGA2011 devrait offrit beaucoup plus de souplesse en raison de la présence d'un générateur de fréquence externe comme dans l'actuelle architecture Nehalem. Les différentes fréquences seront toujours dérivées de la fréquence principale (DMICLK) mais seront ajustables (voir l'illustration). L'overclocking des Sandy Bridge E sera donc assez classique et les versions Extreme Edition bénéficieront toujours d'un multiplicateur libre (jusqu'à 57x).

Avec cette nouvelle approche, Intel semble bien décidé à avoir la mainmise sur l'overclocking. Il reste à savoir pourquoi le géant de Santa Clara agit de la sorte dans ma mesure où l'overclocking, qui, au regarde de la production totale des processeurs, ne constitue pas vraiment un manque à gagner. Sous un autre angle, l'overclocking via le multiplicateur tout en conservant la fréquence système permet d'éviter certains déboires comme une fréquence du PIC-Express trop élevée nuisible aux disques durs... Intel pourra donc avancer une simplification de l'overclocking ! Corollaire de cette « simplification », les utilisateurs avertis qui aiment contrôler totalement leur système n'auront plus d'alternative à la plateforme haut de gamme.