Newsletter

Abonnement
Désabonnement


Articles en rapport

Home News Hardware SSD : les consommations s'envolent ?

SSD : les consommations s'envolent ?

Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 
Écrit par Pascal Thevenier   
Mardi, 19 Avril 2011 08:43
Hardware.fr a publié un comparatif des SSD de la cuvée 2011 et ce dossier confirme ce que nous avions déjà relevé dans les tests dédiés à un ou l'autre modèle. Avec les modèles 2010, la consommation au repos était de l'ordre de 0,4 à 0,6 watt pour les modèles de 64 et 128 Go. Cette année, avec l'arrivée de plus grosses capacités, la moyenne est revue à la hausse et se situe entre 0,6 et 0,85 watt. A titre indicatif, ces nouvelles valeurs sont comparables à celles des disques durs 7200 rpm ou des plus gros 5400 rpm en 2 ½ pouces. Sur un portable qui demande un peu moins de 10 watts en surf ou en bureautique, les nouvelles consommations au repos ne sont pas trop pénalisantes. Carton rouge cependant pour OCZ dont le Vertex 3 240 Go n’entre pas en mode d’économie d’énergie et consomme 1,65 watt au repos ! Depuis les modèles de pré série, le constructeur invoque un problème de firmware…


Graphe d'Hardware.fr : SSD 2010



Graphe d'Hardware.fr : SSD 2011


En écriture séquentielle, c'est-à-dire lorsque le disque écrit un très un gros fichier, la consommation de nombreux SSD dépasse les 3 watts voire même les 4 watts pour les modèles de 256 Go capables d’écrire plus de 500 Mo/s. La génération précédente ne dépassait généralement pas 3 watts mais il s’agissait principalement de SSD de 64 Go et 128 Go. Ces valeurs sont comparables aux « anciens » (ou aux « mauvais ») disques durs 7200 rpm. Il faut cependant relativiser. En effet, si le SSD doit écrire 2 To à 500 Mo/s, il consommera 3 watts pendant 4 secondes. Un disque dur avec un taux de transfert moyen de 100 Mo/s écrira pendant 20 secondes au cours desquelles il consommera 3 watts, soit 5x plus ! Ces consommations maximales ne sont pas atteintes lors que les SSD écrivent sporadiquement quelques Mo. Autre point à souligner, dans un portable (et même dans un desktop), un SSD n’écrira pour ainsi dire jamais à sa vitesse maximale, les sources capables de soutenir un débit de plus de 400 Mo/s étant … plus que rares !