Home Tests Divers PC-8N : qu'attendre d'un Lian Li à 100 € ?

PC-8N : qu'attendre d'un Lian Li à 100 € ?

Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 
Écrit par Pascal Thevenier   
Jeudi, 22 Octobre 2009 17:01

Récemment, Lian Li s’est diversifié en proposant des boîtiers qui mêlent aluminium et acier mais le constructeur a pris soin de créer une marque spécifique (LanCool) afin de préserver son image de marque. Si LanCool s’est très vite fait connaître en raison de prix très agressifs, beaucoup ne savent pas que Lian Li propose des modèles intégralement en aluminium à des tarifs débutant aux alentours de 100 €. Avec des premiers prix 30% moins chers que la moyenne, il y a de quoi se poser des questions ! Les prix des Lian Li milieu de gamme sont-ils surfaits ou, inversement, les modèles d’entrée de gamme sont-ils « indignes » de la marque ? Nous avons profité de l’arrivée de nouveaux modèles notamment en entrée de gamme pour répondre à cette question. Le cobaye de l’opération est le Lian Li PC-8N…



Chacun ses priorités…

Lors du choix d’un boîtier, tout le monde n’a pas les mêmes critères. Certains cherchent principalement un faible prix, un design à leur convenance, le meilleur refroidissement possible, le silence, etc. Les plus exigeants recherchent même la combinaison optimale… Une chose est cependant certaine, à part un poids « plume » et une certaine noblesse du matériau, l’aluminium n’apporte rien par rapport à l’acier. Si on évoque parfois sa meilleure conductivité thermique, les contacts qui existent entre les composants chauds et le boîtier sont des plus limités : le double braquet de la carte graphique, les 6 ou 9 vis de fixation de la carte mère et la backplate des I/O…


Une base éprouvée

Les boîtiers Lian Li de format moyen ont toujours la même taille. La meilleure preuve est que les panneaux latéraux sont toujours interchangeables (exception faite d’un ou deux modèles). L’intérieur du PC8-N offre donc un volume interne inchangé mais mieux organisé. Le haut du châssis a peu changé et permet toujours le montage de 4 périphériques externes au format 5 ¼ pouces. Mais contrairement aux modèles plus chers, il faut les fixer avec des vis. Sans défendre ce type de montage, les vis restent parfois préférables à certains systèmes « sans outils » qui ne contiennent que difficilement les vibrations de certains graveurs… Reprendre le principe utilisé par le LanCool PC-K6 serait une bonne solution.


Le nombre de baies externes 3 ½ pouces a été réduit de deux à une seule. Il est vrai que depuis la disparition des lecteurs de disquettes, ce type d’emplacement a perdu de l’intérêt (sauf pour un lecteur de cartes mémoire). Le berceau interne pour les disques durs a lui aussi évolué. Il est placé presque contre le ventilateur avant et en combinaison avec le montage « latéral » des disques durs, ce qui dégage 290 mm pour l’installation des cartes graphiques les plus longues. Tout en aluminium, le berceau à disques est à la fois simple et pratique. Une vis et un coulisseau (dé)verrouillent les trois disques en un tournemain. L’isolation des vibrations est assurée par des rondelles en caoutchouc souple qui se placent autour des vis à monter sur le disque dur.



Ce qui manque…

Les pieds sont une des différences entre les Lian Li premier prix et les modèles les plus chers. Sans surprise, ils sont ici en plastique relativement dur. La montée en gamme s’accompagne de pieds toujours monobloc en matière plus souple pour culminer avec des pieds avec « amortisseur » comme sur le PC-B20 par exemple. Outre ses pieds durs, le PC-8N n’est livré avec aucun accessoire : pas de tunnel à air pour le processeur ou les cartes d’extension ni de fixation pour un ventilateur latéral. Le châssis dispose cependant des trous de montage pour ces nombreux accessoires disponibles en option (ou récupérables d’un ancien modèle). Toujours par rapport aux modèles les plus chers, les Lian Li comme le PC-8N ne sont pas équipés d’un tiroir extractible pour la carte mère. Ce n’est pas une grande perte dans la mesure où les systèmes de refroidissement performants une fois installés sont généralement trop hauts et ne permettent ni d’entrer ni de sortir le tiroir ! On regrette par contre l’absence d’une découpe dans la « zone processeur » à l’arrière de la plaque de fixation de la carte mère. Ce genre de dégagement permet de changer un système de refroidissement avec contre plaque sans avoir à démonter la carte mère.


Décapotable !

Les Lian Li de dernière génération peuvent enlever le haut ! Le PC-8N conserve cette fonctionnalité bien pratique (dont bénéficie aussi le LanCool PC-K6). Même s’il faut déclipser la façade et retirer 4 vis, c’est un avantage indéniable pour ranger les câbles inutiles du bloc d’alimentation. Par contre, le PC-8N fait l’impasse sur la gestion des câbles qu’offre son petit cousin. Une alimentation modulaire, notamment comme les modèles Corsair avec des nappes au lieu de câbles, permet d’arriver à un montage des plus soignés qui garantit un flux d’air interne optimal.

Un autre point marquant des derniers Lian Li est la position de l’interrupteur et des I/O sur le dessus du boîtier. Cette approche est pratique pour un boîtier posé sur le sol mais nettement moins pour une tour qui reste sur un bureau ou dans l’alcôve de certains meubles. Sur le PC-8N, les boutons et I/O sont tout simplement en façade. Cette disposition nous semble plus fonctionnelle et d’un point de vue pratique, elle ne gène pas le montage de plusieurs graveurs ni le rangement des câbles d’alimentation dans le haut de la tour. Le bloc I/O offre deux ports USB ainsi qu’une entrée et une sortie audio (compatible AC97 et HD Audio). Les connecteurs internes USB et audio sont standardisés mais Lian Li a ajouté des connecteurs broche par broche (en cas de disposition folklorique des connecteurs de la carte mère).


Le teste du montage.

Pour évaluer la bonne conception d’un boîtier, rien de tel que le montage d’une configuration ! Nous avons donc procédé au montage de notre système de test dans le PC-8N. La fixation des entretoises de la carte mère se fait via une petite clé plate en aluminium. Un peu « molle » pour cette tâche, elle s’est déformée après le serrage des 9 vis. Le tournevis fourni avec les modèles plus chers est plus pratique notamment pour les entretoises proches de la face arrière. Rien à signaler quant au montage de la backplate ni à propos des braquets. La fixation optimale (avec 4 vis) d’un graveur nécessite le démontage du second panneau latéral. Heureusement, ils sont fixés avec des « vis à main » et le tournevis n’est pas nécessaire. Il en faudra cependant un pour les vis du graveur et des cartes d’extension…


Le montage des disques est vraiment pratique. Les vis (à mains) se montent rapidement, l’insertion des disques est très facile et le verrouillage aussi bien pensé que simple. Malgré l’agencement peu pratique des prises audio, USB, power, reset et led sur l’Intel DP55KG, nous n’avons pas eu de problème de branchement. Enfin, si décapoter est bien pratique, le montage de l’alimentation par l’arrière permet de s’en passer (surtout avec un bloc modulaire). Ce type de montage limite aussi les éléments à démonter en cas de changement d’alimentation. Dernier point et non des moindres, la finition est absolument irréprochable : aucune « tôle » coupante n’est à déplorer. Il y a même une protection en plastique sur la plus grande arête interne…



Silence et performances

Avec un 120 mm à l’avant (avec filtre anti poussière) et un second à l’arrière (protégé par des grilles de part et d’autre) tournant tous les deux entre 700 et 800 rpm via une connexion directe à la carte mère Intel DP55KG, la ventilation est largement suffisante et surtout particulièrement discrète. D’origine, le PC-8N peut être considéré comme silencieux et le remplacement des ventilateurs trois fils n’est pas vraiment nécessaire. Dans notre configuration de test, la GeForce GTX 260 55 nm est assurément le composant le plus bruyant au repos (ventilateur à 1400 rpm). Après 1 heure de Prime, le Core i7 860 s’est stabilisé à 60°C sans que le Thermalright MUX-120 ne dépasse les 1000 rpm (comme au repos). Situé très près du ventilateur avant, le disque dur Western Digital Caviar Blue de 640 Go se maintient à 33°C en usage normal.

Lorsque la carte graphique GeForce GTX 260 est sollicitée par un jeu comme Tom Clancy's H.A.W.X, les choses se gâtent sur le plan sonore. Le ventilateur de la carte graphique s’accélère inévitablement. Les nuisances augmentent de manière directement proportionnelle à l’accélération du ventilateur du GPU. De 34 dbA au repos, le niveau sonore de la configuration grimpe jusqu’à presque 40 à dbA quand le ventilateur de la GeForce GTX 260 atteint 2200 rpm. Le PC-8N contient plutôt bien le bruit et ne joue pas les caisses de résonance.

Repos :


Charge CPU :


Finis les coins carrés ?

Esthétiquement parlant, les PC-8N se démarquent par une façade dont les coins ne sont plus des angles droits ni taillés en biseau mais de jolis arrondis. En noir, ce boîtier est particulièrement sobre et relativement « indémodable » à l’image de certains composants HiFi. Ce design ne plaira certainement pas à tout le monde mais nous l’apprécions beaucoup… Côté finition, l’ajustement de la façade sur le châssis est absolument parfait. Les panneaux latéraux sont parfaitement fixés et ne vibrent jamais grâce à des pastilles de pression en nylon (en blanc sur la photo de la cage à disques). Même si ce modèle est un premier prix, Lian Li n’a pas lésiné sur la qualité de la finition…

 



Conclusion

Simple et selon nous très réussi au niveau esthétique, le PC-8N est un très bon boîtier premier prix. S’il perd certaines fonctionnalités des modèles les plus chers, il conserve les qualités qu’on peut attendre d’un Lian Li. La finition est irréprochable, la ventilation est discrète et efficace. On apprécie la facilité d’installation des disques durs et les 290 mm disponibles pour les grandes cartes graphiques ainsi que son côté décapotable qui facilite un agencement parfait des câbles. Au chapitre des reproches, on peut épingler le montage des unités 5 ¼ qui nécessite toujours un tournevis au même titre que la fixation des cartes d’extension. Par rapport à un LanCool comme le PC-6K vendu à un peu moins de 80 €, le PC-8N à 100 € est-il un meilleur choix ? Chacun apportera probablement sa propre réponse ! Par rapport à d’autres Lian Li plus chers (et les tarifs grimpent vite), le PC-8N ne démérite pas, que du contraire… Nous le recommandons à tous ceux qui ont un budget d'une centaine d'euros à investir dans un boîtier de qualité.

Lian Li PC-8N : 9/10
Pour :
Finition exemplaire, prix pour un 100% alu, ventilateurs d'origine très discrets, baie à disques durs, refroidissement efficace, contient correctement les bruits internes, filtre anti poussière, décapotable, .
Contre : Pieds un peu trop durs (et Vis pour les unités 5 ¼ pouces)

Mise à jour le Mardi, 29 Décembre 2009 10:29