Home

Dossier netbook (partie I) : Comment faire son choix ?

Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 
Écrit par Pascal Thevenier   
Mercredi, 13 Août 2008 14:10

Durant l’été 2007, les premières informations concernant un portable très compact et bon marché principalement destiné à se connecter à Internet ont reçu un accueil des plus positifs. Il faut avouer que le projet du constructeur Asus est aussi séduisant qu’ambitieux. Son « ultra portable » doit être commercialisé dans une gamme de prix comprise entre 199 $ et 299 $ selon la taille du disque interne. Le processeur mobile, l’écran huit pouces, la webcam et le disque flash prennent place dans un boîtier équivalent à d’une demi feuille A4 et l’ensemble affiche moins de 900 grammes sur la balance ! Ces caractéristiques, alors préliminaires, ont mis l’eau à la bouche des passionnés de technologie et autres utilisateurs nomades à la recherche d’un appareil ultra mobile. Six mois après l’annonce du projet, l’Asus EEE PC 701 débarque en Europe et un an plus tard, nous sommes en pleine déferlante de netbooks !




Un Netbook ?

Une fois de plus, nous avons droit à un bel anglicisme pour définir ce nouveau concept : netbook, à ne pas confondre avec notebook, également utilisé pour définir un portable traditionnel. Par rapport à un portable classique, le netbook est un appareil de très petite taille dont les prestations et fonctionnalités sont revues à la baisse. Ces choix sont d’ailleurs logiques étant donné que l’appareil doit être léger, compact et peu onéreux. Son appellation traduit d’ailleurs sa vocation principale : net synonyme anglais d’Internet et book pour «livre », bref, le livre pour Internet…

Nous insistons d’emblée sur la nuance afin d’éviter d’éventuelles déconvenues. Les netbooks ne sont pas destinés à remplacer ou concurrencer les portables classiques. Nous y reviendrons plus en détail lors de l’examen de leurs caractéristiques.


Le premier netbook

Asus a créé le concept du netbook avec le désormais célèbre EEE PC 701. Il s’agit du premier et du plus petit de tous les netbooks. Sa taille - 225 x 165 x 30 mm – correspond à peu de choses près à une demi feuille A4 et son poids est inférieur à 1 kg. Dans sa quête de l’hyper mobilité, Asus a pensé à tout. L’adaptateur secteur est aussi compact que léger. Le « disque dur » est remplacé par une mémoire non volatile et l’écran est limité à une diagonale de 7 pouces pour contenir le poids. Formidable, le pari est gagné en terme de mobilité ! Malheureusement, au niveau du prix de lancement, les 299 $ se sont transformés en 299 €… Le succès est cependant immédiat dès l’arrivée en France en janvier 2008.


Oui, mais…

L’EEE PC 701 séduit mais certains retours sont négatifs. A commencer par le petit écran dont la résolution (800x480) ne permet pas de surfer dans de bonnes conditions et pénalise l’utilisation d’applications mêmes courantes. Le clavier, assez étriqué bien que de bonne qualité, est souvent pointé du doigt comme source d’inconfort lors de la rédaction de textes. Quelques critiques pointent également le trop petit disque dur (4 Go ou 8 Go). Asus corrige le tir avec l’EEE PC 900 qui reçoit un écran de 9 pouces en 1024x600, un processeur plus puissant et un disque de 12 Go ou 20 Go… Ce nouveau modèle est arrive sur le marché fin mai 2008.


La concurrence veille !

Profitant des « tâtonnements » d’Asus, Acer et MSI ont de solides informations pour concevoir leurs netbooks. Cette arrivée plus tardive sur ce marché en plein essor leur permet de profiter du nouveau processeur Intel Atom spécialement conçu pour les netbooks alors qu’Asus utilise toujours un Celeron d’ancienne génération. Le MSI Wind a visiblement été conçu pour gommer tous les défauts du premier netbook. Il est équipé d’un grand écran de 10 pouces qui conduit à un encombrement plus important mis à profit pour intégrer un clavier avec des touches plus grandes et un disque dur de 80 Go. L’équipement plus luxueux du Wind se traduit aussi par un tarif revu à la hausse : plus de 400 € lors du lancement. De son côté, Acer a choisi un compromis assez intéressant pour l’Aspire One : un écran de 9 pouces mais un châssis plus large afin d’offrir un clavier plus grand et plus agréable. L’Aspire One conserve aussi une mémoire non volatile de 8 Go comme le premier netbook. Afin de se démarquer au niveau du prix, Acer commercialise sa machine avec une distribution Linux, une fois de plus, comme l’EEE PC 701. De nombreux nouveaux netbooks sont arrivés en août et tout le monde devrait trouver chaussure à son pied !


Comment faire son choix ?

Si nous avons pris la peine de brosser rapidement l’historique des netbooks, c’est afin de faire ressortir certains éléments qu’il faut considérer lors du choix. Nous ne pouvons bien entendu pas trancher et proposer le meilleur netbook étant donné qu’il doit répondre à vos attentes et non aux nôtres.

  • L’écran.
    L’EEE PC 700 était peu pratique avec son petit écran 7 pouces limité à une résolution de 800x480. Sur les netbooks récents de 9 et 10 pouces, la résolution est à présent de 1024x600. Elle permet de surfer dans de bonnes conditions. Nous attirons l’attention sur un détail : « la taille des caractères ». Etant donné que les 9 et 10 pouces partagent la même résolution, tout apparaît plus petit sur un écran de 9 pouces que sur un 10 pouces. Dans le cas d’un usage « intensif » mais surtout si vous n’avez pas ou plus un « œil de lynx », il est préférable d’opter pour un écran de 10 pouces. La taille de l'écran a un impact direct sur la taille et le poids !


    Asus EEE PC 900 (9 pouces, 1 Kg) et Asus EEE PC 1000 H (10 pouces, 1,5 Kg)


  • La taille et le poids
    S’il n’y a qu’un pouce de différence au niveau de la diagonale de l’écran entre un netbook de 9 pouces et un 10 pouces, en pratique, la taille augmente de plusieurs centimètres. Avec un écran de 10 pouces, la surface du netboot est plus proche d’une feuille A4 que d’une demi A4… Généralement, les netbooks de 10 pouces dépassent le 1 Kg « fatidique ». D’un autre côté, un netbook plus grand offre aussi un clavier plus spacieux et donc plus confortable à l’usage.. Enfin, il ne faut pas perdre de vue la taille du chargeur ! Quel est l’intérêt d’un petit netbook si l’adaptateur secteur est gros comme un parpaing !?

  • Le stockage
    Il faut impérativement cerner ses besoins au niveau de la capacité de stockage. Les netbooks équipés de mémoire non volatile (un SSD ou Solid State Drive) sont limités à 12 Go ou 20 Go alors que ceux proposés avec un disque dur classique offrent au moins 80 Go de stockage. Une telle capacité est plus adaptée à un usage multimédia et permet de stocker des vidéos et de la musique en quantité. Cependant, le disque dur est plus sensible aux chocs tout en étant plus lourd…

  • Le processeur
    Les netbooks plus anciens, principalement les EEE PC 700 et 900, utilisent un processeur Celeron. Il s’agit d’un cousin « allégé » des premiers Pentium-m des portables Centrino lancés début 2003. Un peu ancien, le Celeron M 353 à 900 MHz n’en demeure pas moins suffisamment performant dans le cadre d’un netbook. Cependant, il consomme beaucoup et tend à faire chauffer le netbook. Le processeur Intel Atom N270 est par contre très récent puisque son lancement remonte au printemps 2008. Il peut être considéré comme un cousin lointain des Core 2 Duo. L’Atom consomme et chauffe très peu. L’idéal pour un netbook !

  • Faut-il avoir peur de Linux ?
    Un grand nombre de constructeurs proposent leurs netbooks en version Windows XP ou avec une distribution Linux adaptée. Sans lancer un débat entre deux systèmes, Windows XP a l’avantage d’être connu mais il n’est pas gratuit ! A équipement matériel égal, un netbook avec Windows XP est plus coûteux qu’avec Linux. En pratique, pour quelqu’un qui n’aurait jamais utilisé un PC, Xandros (Asus) ou Linpus (Acer) sont plus facile à appréhender que Windows XP. En effet, les distributions sont adaptées à l’utilisation du netbook. Cependant, pour certaines tâches plus avancées comme se connecter via un réseau à un autre PC, utiliser une imprimante partagée, formater une carte mémoire ou installer des programmes, Windows XP dispose de plus d’assistants qui facilitent la tâche.

  • Le juste prix !
    Outre le disque, l’écran et le processeur déjà abordés, les caractéristiques des netbooks sont généralement très proches : 3 ports USB, une sortie VGA, une prise réseau, un lecteur de carte mémoire SDHC, le wifi et une webcam. Certains modèles sont équipés d’origine de la technologie Bluetooth et/ou du wifi 802.11n (plus rapide que le 802.11g standard). Enfin, sur les modèles les moins chers, la webcam est généralement limitée à 0,3 Mpixel contre 1,3 Mpixel sur les netbooks « haut de gamme ». Compte tenu de l’usage auquel est destiné un netbook, l’équipement de série est généralement suffisant… A noter que certains modèles proposés par les opérateurs téléphoniques sont livrés avec un module 3G (interne ou externe en USB).


    Autonomie = 6 cellules !

    C’est là que le bât peut blesser ! En effet, il existe une grande disparité au niveau de l’autonomie qui varie de 2 heures à plus de 5 ½ heures. Les netbooks les plus autonomes font appel à un processeur Atom et à une batterie composée de 6 cellules. En fin de classement, on retrouve les machines livrées avec une batterie de seulement 3 cellules. Une batterie de ~20 000 mWh confère une autonomie de l’ordre de 2 heures tandis qu’un modèle ±50 000 mWh permet de se passer d’alimentation durant 5 heures. A titre indicatif, la consommation d’un netbook varie de 8 watts à un peu plus de 12 watts.
    Avec une autonomie réduite, il faut s’encombrer de l’adaptateur secteur (parfois volumineux) au moindre déplacement. Voilà qui est pénalisant et ne colle pas vraiment avec l’idée de liberté véhiculée par un netbook ! Il existe bien entendu des batteries de haute capacité mais elles sont coûteuses (une centaine d’euros) et elles augmentent le poids et la taille du netbook. En effet, elles « dépassent » soit à l’arrière soit sous l’appareil…

    Il est important de se référer à la puissance en mWh en non à la seule capacité généralement avancée (mAh). En effet, la puissance – déterminante pour l’autonomie – est le produit de la tension de la batterie (volt) et de la capacité (mAh).


    Que peut-on faire avec un netbook ?

    Les composants qui équipent les netbooks ne sont pas des monstres de puissance. Ainsi, malgré une conception récente, l’Atom 1,6 GHz ne « laisse pas sur place » le Celeron 900 MHz. Même sur Internet, il faut parfois s’attendre à des animations flash ralenties voire saccadées notamment sur Youtube, Dailymotion, labrute.fr, speedtest.net, etc. Ce type de désagrément ne se produit pas avec un portable classique même peu puissant …
    Les netbooks sont par contre capable de lire sans problème les vidéos HD 720p, les DivX (ainsi que les dérivés tels que Xvid), les DVD (un lecteur externe est nécessaire) ainsi que les formats audio compressés ou non. Ecouter de la musique ou regarder un DivX sollicite à peine le processeur et il est possible de surfer ou de travailler en même temps.
    Au niveau de la retouche photo, de l’utilisation d’un traitement de texte, d’un tableur, d’un logiciel de présentation, c’est souvent la résolution limitée du netbook qui est pénalisante. Il faut « scroller » beaucoup et dans tous les sens car les barres d’outils sont très envahissantes en 1024x600 !
    Côté jeux, vous pouvez replonger dans les titres d’il y a quelques années ou peu gourmands en ressources ! Les circuits graphiques des netbooks n’ont de 3D que le nom… Ils sont bien moins puissants que ceux des portables classiques eux même largement en retrait par rapport à ceux des ordinateurs de bureau. Des listes de jeux compatibles avec les netbooks se trouvent facilement sur Internet dans des forums spécialisés.


    Extrait de ce guide sur l'écran d'un netbook.


    De manière globale, les netbooks peuvent faire un peu de tout exception faite des applications 3D mais ils montreront rapidement leurs limites que ce soit en puissance de calcul, en espace de stockage ou encore en raison de leur écran de taille réduite et de la résolution modeste.


    Upgrader son netbook ?

    A l’image des portables, les netbooks offrent des possibilités d’évolutions réduites voire même très réduites. Le processeur et la majorité des composants sont soudés. Exception faite des Asus EEE PC qui disposent d’une trappe d’accès aux compostant remplaçables, il faut généralement démonter le netbook pour ajouter de la mémoire. Sans être insurmontable, ce genre de manipulation arrêtera plus d’un utilisateur… Une fois le netbook ouvert, il est souvent possible d’ajouter de la mémoire, de monter un disque dur 2 ½ pouces ou un SSD mini PCI-Express plus rapide ou de plus grande capacité voire de remplacer la carte wifi mini PCI-Express 802.11g par un modèle 802.11n. Il reste bien entendu préférable de bien cerner ses besoins dès le départ !


    Tout est accessible dans l'Asus 1000 H.

    Bien vivre avec son netbook…

    Voici quelques conseils pratiques qui peuvent toujours être utiles pour profiter au mieux de son netbook.
  • Laissez le netbook éteint jusqu’à ce que la batterie soit totalement chargée. Mettez ce temps à profit pour lire la documentation qui comporte parfois des indications très utiles notamment le rôle de différents témoins.
  • Ne déposez pas votre netbook n’importe où : Evitez les endroits instables comme une pile de revues ainsi que les sièges !
  • L’adaptateur secteur des netbooks supporte de 100 volts à 240 volts de 50 à 60 Hz. Il fonctionne donc dans tous les pays du monde. Il faut cependant prévoir une prise adéquate.
  • Il n’est pas nécessaire de retirer la batterie même si vous utilisez le netbook principalement sur secteur. Utilisez la batterie au moins une fois par mois. Il est fortement déconseillé de vider totalement la batterie (jusqu’à 0%) sous peine de réduire sa capacité. Arrêtez le netbook quand la charge restante atteint 5% ou 10%. De préférence, rechargez la batterie en une fois.
  • L’écran est le plus gros consommateur d’énergie : pour augmenter l’autonomie, baissez autant que possible la luminosité. Avec la luminosité au maximum, la consommation d’un netbook au repos est de l’ordre de 12 watts. Elle descend à 8 watts avec la luminosité au minimum !
  • Visitez régulièrement le site du constructeur du netbook pour télécharger des mises à jour des logiciels et des pilotes. Utilisez Windows Update ou le cas échant l’utilitaire de la distribution Linux pour maintenir le système d’exploitation à jour.
  • Si le netbook ne répond plus suite par exemple à un « plantage » : appuyez plus de 4 secondes sur le bouton de mise sous tension. Si le système ne répond toujours pas, retirez la batterie et débranchez l’adaptateur secteur. Evitez de recourir à cette dernière manipulation.
  • Un graveur DVD externe USB est un accessoire très pratique : installation de programmes, lecture de films, sauvegarde des données, etc. Il peut aussi servir à remettre l’installation logicielle originale.
  • Des accessoires utiles : un dongle USB Bluetooth, une mini souris, une carte SDHC, un second adaptateur secteur et une batterie haute capacité.

    Dossier netbook (partie II) : Les critères technologiques...
  • Mise à jour le Jeudi, 22 Juillet 2010 15:49