Home Tests Dossiers Dossier netbook (partie III) : Comparatif de 6 netbooks

Dossier netbook (partie III) : Comparatif de 6 netbooks

Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 3
MauvaisTrès bien 
Écrit par Pascal Thevenier   
Jeudi, 21 Août 2008 14:45

Après un premier volet généraliste et un chapitre technique, il reste à comparer les netbooks déjà disponibles dans le commerce. Il est évident que l’Atom est le meilleur processeur pour un netbook, que les disques durs mécaniques ont plus d’un avantage sur les petits SSD, que poids et encombrement sont les ennemis de la mobilité et qu’une autonomie de plus de 5 heures n’est pas surréaliste. En marge des ces impératifs techniques, certains utilisateurs recherchent à tout prix le silence de fonctionnement… Nous avons donc aligné les Acer Aspire One, Asus EEE PC 900, Asus EEE PC 901, Asus EEE PC 1000 H, Medion Akoya Mini E1210 et MSI Wind afin de trouver l’éventuelle perle rare. Le netbook parfait fait-il partie des protagonistes ?




Voir aussi : Comparatif 2009 de 9 netbooks


Un choix difficile…

Tout le monde n’a pas les mêmes priorités dans la quête du netbook parfait. Certains préfèreront un modèle 10 pouces pour profiter d’un écran plus grand et d’un clavier plus confortable. Si l’autonomie nous semble être capitale, elle peut être secondaire pour des utilisateurs qui ne se serviront de leur netbook que dans la maison ou leur jardin. Mais après avoir lu les deux premiers volets de notre dossier spécial netbook, vous le savez déjà ! Cette dernière partie est 100% pratique : nous avons utilisé les six machines pendant plusieurs semaines et afin de synthétiser leurs points forts mais aussi leurs faiblesses. Nous n’avons porté aucune attention au côté esthétique des netbooks, ce critère étant bien trop subjectif. Si la présence d’un sac de transport peut–être un plus, ce n’est pas le genre d’accessoire qui doit faire pencher la balance en faveur d’un netbook ou d’un autre. Mieux vaut se focaliser sur les qualités intrinsèques du netbook. Il est bien plus facile d’acheter un sac de transport par après que d’essayer au prix fort d’augmenter la capacité d’un SSD ou d’investir un supplément de 100 € dans une batterie de forte puissance…



Les performances

Nous avons fait subir une batterie importante de benchmarks à nos six netbooks. Au niveau du processeur, les Atom affichent les mêmes prestations. C’est tout à fait normal étant donné qu’ils fonctionnent tous à 1600 MHz, que les netbooks utilisent tous le même chipset i945GSE et que la mémoire est systématiquement de la DDR2-533 (266 MHz en CL3). Les résultats obtenus dans CPU Mark, Fritz Chess, Cinebench, 3D Mark 03 score CPU ainsi que dans les tests d’encodage audio, vidéo et vidéo HD sont identiques aux erreurs de mesure près. A titre indicatif, nous avons repris les résultats d'un ordinateur portable de 2004 : le Compal CL56 basé sur un Pentiu M 1,6 GHz et une Radeon Mobility 9600.



En 3D, il existe bien trois catégories de performances avec respectivement ~615 points, ~700 points et ~750 points. Malgré la répétition des mesures, l’emploi des derniers BIOS, des tests avec les pilotes Intel et ceux des constructeurs, ces écarts subsistent. L’écart de performances ne permet pas de faire tourner des jeux beaucoup plus gourmands mais l’écart de 20% se retrouve bien souvent au niveau des FPS dans un même jeu… Si vous ne vivez que pour Counter Strike 1.6, mieux vaut opter pour un modèle performant en 3D. Dans ce domaine, l’Asus EEE PC 1000 H et l’Aspire One se démarquent.


L’indice PC Mark 2005 donne une note globale à chaque netbook. Cet indice est très intéressant car il fait intervenir les prestations du processeur, de la mémoire, du disque dur, du circuit graphique sous Windows (2D) et aussi en 3D (jeux). Plus l’indice est élevé, plus le netbook est performant. L’Asus EEE PC 1000 H sort grand vainqueur de cet exercice. Les MSI Wind et Medion Akoya Mini E1210 suivent de près. Pénalisés par leur SSD, les EEE PC 901 et Aspire One ferment la marche. La version Windows XP de l’Aspire One qui sera équipée d’un disque dur devrait d’emblée se placer dans le haut du classement.


Les tests disque de PC Mark 2005 montrent clairement la domination des disques durs sur les SSD avec des indices nettement plus élevés !



Autonomie et mobilité

Nos mesures d’autonomie ont été réalisées avec le rétro éclairage à 50% et le wifi actif avec le test BatteryMark 4.0.1. Deux netbooks passent le cap des 5 heures d’autonomie : les Asus EEE PC 901 et 1000 H. Ce sont les seuls équipés d’une batterie 6 cellules. Grâce à une batterie 4 cellules, l’Asus EEE PC 900 permet de tenir 3 heures sans alimentation externe, un meilleur score que les netbooks Atom avec une batterie 3 cellules. En raison de leur petite batterie, les autres machines n’atteignent pas 3 heures d’autonomie. Les Medion Akoya Mini E1210 et MSI Wind peinent à atteindre 2 heures… On ne peut donc qu’espérer la généralisation des batteries 6 cellules !


En plus de l’autonomie, il semble important de prendre en considération le poids et l’encombrement du netbook mais aussi de son adaptateur secteur. Dans ce domaine, Asus semble être le seul à avoir compris qu’un mini adaptateur de 200 gr avec une prise deux pôles est la solution idéale. Compte tenu qu’Asus livre ses machines ainsi équipées, aucun concurrent ne pourra se retrancher derrière une excuse pour justifier son adaptateur format « parpaing » ou sa prise géante avec mise à la terre !


Photo de famille ! Les 10 pouces sont beaucoup plus gros que les 9 pouces sauf
l'Aspire qui est un excellent compromis.

 


Le plus gros (EEE 1000 h) et le plus petit (EEE 900)...



Les caractéristiques

Afin de faciliter les comparaisons, nous avons regroupé toutes les caractéristiques dans un tableau récapitulatif.


Avec généralement une housse de transport livrée et dans tous les cas un DVD qui permet de restaurer intégralement l'installation logicielle d'origine, les netbooks sont mieux nantis que bon nombre de portables !


L’Asus EEE PC 900 noir Windows XP
Châssis & Mobilité
A peine plus grand et plus lourd que l’EEE PC 701, l’EEE PC 900 conserve bien la philosophie originelle du netbook. Le design de l’appareil change d’ailleurs assez peu. S’il semble assez effilé vu de profil, l’EEE PC 900 est assez épais à l’arrière en raison d’un bossage engendré par la batterie. Ce qui est perdu sur le plan esthétique est compensé par une excellente prise en main lors du transport. Par rapport à certains modèles plus récents, le châssis est massif mais c’est au profit de la robustesse notamment au niveau des charnières qui maintiennent parfaitement l’écran.


L’EEE PC 900 ne dépasse pas la barre fatidique du kilo chère aux défenseurs de la mobilité extrême. Mais avec une autonomie de l’ordre de 3 heures, l’adaptateur secteur reste un compagnon indispensable. Heureusement, il est particulièrement petit et léger. La prise à deux broches prend elle aussi très peu de place. Grâce à une prise coudée et un connecteur placé à l’arrière, l’EEE PC 900 prend vraiment très peu de place sur un bureau.


Ergonomie & périphériques
Lors de nos tests, plusieurs EEE PC 900 sont passés entre nos mains et force est de constater des variations au niveau de l’écran. La luminosité a toujours été de bon niveau mais certains écrans avaient une dominance jaune et un moins bon contraste. Il est dès lors impossible de s’avancer outre mesure au sujet de l’écran. Dans l’absolu, il peut être qualifié de correct mais il ne fait pas partie des références.

Qui dit petit netbook dit aussi petit clavier. Le plus déroutant est la touche « M » de taille réduite. Sur le clavier QWERTY, il s’agit du « : » qui n’a pas besoin d’une taille standard… Le feeling des touches est agréablement ferme et le clavier est d’une rigidité exemplaire. Il n’y a malheureusement aucun témoin pour le verrouillage des fonctions du clavier (maj, num et scroll). Le touchpad Elantech multitouch est un régal au niveau des fonctionnalités. La bonne « glisse » de la zone tactile compense en partie son manque de précision.

Les enceintes de l’EEE PC 900 font partie des qualités marquantes. Elles sont bien au dessus de la moyenne que ce soit au niveau de la puissance ou du rendu sonore. Le micro et la webcam 1,3 Mpixel sont eux « dans la moyenne ».



Technologie & utilisation
L’EEE PC 900 est équipé d’un SSD de 4 Go (rapide) pour le système d’exploitation et d’un de 8 Go (nettement plus lent) pour les programmes et les données. Ils ne contribuent pas vraiment à dynamiser la machine contrairement au Celeron 900 MHz. Ce dernier ne manque pas de pêche mais il chauffe de manière assez importante. La chaleur se ressent vraiment peu agréablement dans le clavier et le touchpad. Heureusement, sur batterie, le Celeron réduit sa fréquence de 900 MHz à 630 MHz et l’EEE PC 900 est plus agréable à utiliser car il est moins chaud et le petit ventilateur ne s’active que rarement. A l’usage, on regrette aussi que la jauge de batterie ne donne pas une estimation de l’autonomie restante et quelle n’est graduée que par pas de 10%. Asus livre un petit utilitaire pratique qui permet de changer facilement de résolution et ajoute un mode 1024x768 bien pratique (bureau virtuel).


Bilan de l’Asus EEE PC 900 noir Windows XP
Excepté la chaleur dégagée par le Celeron d’ancienne génération, l’EEE PC 900 n’est pas dépassé. Il peut miser sur un solide châssis très compact, un adaptateur « minuscule », une autonomie correcte et un poids plus que contenu. Revers de cette excellente mobilité, le clavier est étriqué mais c’est surtout la petite touche M qui fâche.


Medion Akoya Mini E1210
Châssis & Mobilité
L’Akoya est un des premiers netbooks équipés d’un écran de 10 pouces. Il est donc plus grand et plus lourd que les modèles « 9 pouces ». Les lignes de l’Akoya sont élégantes mais ce design très lisse ne profite pas à la prise en main. Le châssis souffre d’un déséquilibre au niveau du poids qui se trouve trop à l’arrière. Dès que l’écran est largement ouvert, il tend à faire basculer le netbook. En outre, les charnières ont du mal à amortir les petits chocs qui se traduisent par des oscillations de l’écran.


Avec son écran de 10 pouces et un disque dur mécanique de 80 Go, l’Akoya atteint 1,15 kg malgré la petite batterie 3 cellules. Elle ne garantit une autonomie que de 2 heures et impose le gros et lourd (400 gr) adaptateur secteur au moindre déplacement. Il est équipé d’une prise deux broches peu encombrante et d’un interrupteur de mise sous tension.


Ergonomie & périphériques
En raison de sa diagonale de 10 pouces, l’écran de ce Medion offre une excellente lisibilité d’autant plus qu’il est très lumineux et présente un bon contraste. Pour ne rien gâcher, le rendu des couleurs est neutre et les dégradés sont bien rendus. L’écran est vraiment une qualité marquante de l’Akoya.

Le grand écran impose logiquement un châssis plus grand. Le clavier est le premier à en tirer parti. Les touches sont vraiment de bonne taille et aucune n’est réduite à une peau de chagrin. Le clavier dispose même des trois leds témoins comme les « vrais » claviers. Certains apprécieront moins que d’autres la position de la touche Fn à l’extrême gauche du clavier (à la place de contrôle) comme sur les Thinkpad. La webcam et le mode veille disposent même d’un témoin lumineux dédié. Le repose poignets de l’Akoya est peint, comme la zone tactile du touchpad. La peinture offre une glisse moins régulière qu’une surface spécifique, ce qui réduit parfois la précision. Les boutons sont quant à eux parmi les plus agréables à utiliser.

La logique voudrait qu’un grand châssis soit synonyme de « bonnes grosses » enceintes. Ce n’est pas le cas. Les speakers de l’Akoya manquent franchement de puissance et saturent très rapidement même à faible volume. Il n’y a par contre rien à reprocher à la webcam et au micro.



Technologie & utilisation
Le Medion Akoya Mini E1210 est un des netbooks les plus agréables à utiliser : le disque dur qui fonctionne en mode AHCI et l’Atom lui confèrent une réelle réactivité. L’interface wifi 802.11n qui permet une vitesse de connexion jusqu’à 150 mbps joue aussi en faveur de l’Akoya. Le système de refroidissement est aussi efficace que discret. Le netbook n’a pas de zones désagréablement chaudes et le bruit de la ventilation est un souffle peu dérangeant. Ses qualités font qu’en utilisation courante, on a vite tendance à oublier que l’Akoya n’est finalement qu’un petit netbook ! Ce constat est tout à son honneur…


Bilan du Medion Akoya Mini E1210 Windows XP
Le Medion Akoya E1210 s’illustre plus par son agrément d’utilisation et ses performances que par son côté nomade. Parmi les points forts, on peut citer l’écran qui fait partie des meilleurs, le 802.11n, le refroidissement efficace et discret ainsi que le clavier spacieux avec tous les témoins habituels. L’autonomie et le gros adaptateur secteur ternissent malheureusement le tableau…


Acer Aspire One Blanc Linpus
Châssis & Mobilité
L’Acer a conçu un netbook particulièrement intéressant au niveau du format. En effet, l’Aspire One reçoit un écran de 9 pouces dans un châssis plus grand que les EEE PC 900 mais bien moins encombrant que celui des 10 pouces. La ligne générale n’est pas sans rappeler celle de l’Akoya mais la prise en main est meilleure grâce au plastique granuleux de la base. Les charnières – elles aussi façon Akoya – maintiennent par contre l’écran parfaitement en place et empêchent toute oscillation de ce dernier. Malgré sa taille, l’Aspire One reste un netbook léger. Il affiche moins d’un kilo sur la balance. Si Acer a retenu à un adaptateur secteur aussi petit que sur les Asus EEE PC, on regrette d’emblée la grosse prise secteur avec mise à la terre. Elle est plus lourde (175 gr) et encombrante que l’adaptateur lui-même (150 gr) ! Compte tenu de l’autonomie de 2 ½ heures, il faudra donc s’encombrer de ce supplément de poids et de volume. Dommage !


Ergonomie & périphériques
Acer est le seul constructeur à avoir retenu un écran brillant. Même sans un être adepte de ce type de dalle, il faut reconnaître que c’est un choix heureux ! En effet, alors qu’il n’affiche qu’une diagonale de 9 pouces, la lisibilité est aussi bonne que sur un 10 pouces. Le contraste est impressionnant tout comme la luminosité.


L’Aspire One réserve aussi une très bonne surprise au niveau du clavier. A peine plus petit que sur un netbook de 10 pouces, il est nettement plus spacieux que sur un 9 pouces comme l’EEE PC 900 ou 901. En outre, l’Aspire a le seul clavier avec un accès direct aux touches page suivante et précédente (sans passer par Fn). Acer termine avec un sans faute grâce aux deux témoins MajLock et NumLock.

Avec ses boutons latéraux, le touchpad peut paraître déroutant. Mais après un premier contact avec ce netbook, ce n’est qu’au bout d’une bonne heure d’utilisation que nous nous sommes rappelé la disposition originale des boutons. Large mais étroite, la zone tactile permet une excellente glisse du doigt. Et comme le touchpad est précis, l’ensemble ne mérite finalement que des éloges. Malgré une résolution de seulement 0,3 Mpixel, la webcam soutient la comparaison avec celle en 1,3 Mpixel des autres netbooks. Les enceintes de l’Aspire One sont dans la bonne moyenne : sans égaler celles des Asus, elles sont bien meilleures que sur l’Akoya.



Technologie & utilisation
L’Aspire One testé ici est livré avec Linpus, une distribution de Linux adaptée par Acer. Pour les tâches courantes, elle est vraiment agréable à utiliser. Dans le cas d’une utilisation plus avancée, tout dépend de la présence ou non d’un assistant ou de la connaissance (ou non) le Linux. Ainsi, il est très facile de se connecter à une imprimante réseau grâce à un assistant. Par contre, pour formater une SD ou accéder à un disque réseau, Acer a oublié les novices. Même lire un DivX requiert quelques connaissances… Il faut donc mettre la main dans le cambouis quand on sort des sentiers battus ! S’il reste pas mal de parties non traduites et des erreurs de traduction, les mises à jour sont nombreuses et régulières. Certaines seront peut-être même corrigées d’ici la publication… Au niveau hardware, l’Aspire One est bien conçu. Même si le ventilateur tourne tout le temps, il est discret et empêche toute chauffe importante. On peut aussi souligner la présence de deux lecteurs SD dont un qui sert à étendre le SSD interne (grâce à la configuration spécifique de Linpus) et d’une led qui clignote selon l’activité réseau. Exception faite du SSD assez lent (surtout si on installe Windows), l’Aspire One fait partie des netbooks les plus rapides notamment en 3D. La version Windows XP, avec un disque dur, devrait donc afficher d’excellentes performances.


Bilan de l’Acer Aspire One Blanc Linpus
Le format de l’Aspire One est le compromis idéal entre mobilité et confort d’utilisation. Il a aussi d’autres atouts comme un excellent écran, un clavier des plus pratiques et agréables, un touchpad précis, une qualité sonore correcte, deux lecteurs SDHC dont un prévu pour étendre le petit SSD interne. L’autonomie ne permet pas de se passer du petit chargeur affublé d’une prise encombrante. Linpus est simple tant qu’on ne cherche pas à utiliser le netbook de manière avancée.


Asus EEE PC 901 noir Windows XP
Châssis & Mobilité
L’Asus EEE PC 901 est à peu de chose près la version Atom de l’EEE PC 900. Il conserve le format compact de son prédécesseur mais reçoit un châssis noir brillant. Le lifting du châssis confère aussi au 901 un profil plus équilibré même si la partie chromée aux extrémité des charnières dénote. L’EEE PC 901 conserve le bossage caractéristique au niveau de la batterie qui constitue un réel avantage quand on le transporte. La prise en main est excellente. Les charnières sont comme toujours fermes et l’écran est parfaitement maintenu.


Par rapport a son prédécesseur, l’Asus EEE PC 901 a pris du poids mais pour la bonne cause ! En effet, cette augmentation pondérale est uniquement liée à la batterie 6 cellules qui lui confère une autonomie proche de 6 heures ! De quoi se passer du mini adaptateur secteur même si avec ses 200 gr et sa petite fiche, il n’est absolument pas encombrant... En cherchant la petite bête, on pourrait reprocher le connecteur d’alimentation placé à droite et plus à l’arrière.


Ergonomie & périphériques
L’EEE PC 901 partage son écran avec son prédécesseur. Ce n’est pas vraiment une bonne nouvelle compte tenu des écarts de qualité constatés sur les 900. Dans le cas du 901 testé, la dalle tire un peu vers le jaune et le contraste ainsi que la lisibilité sont moindres que sur le 900 dont nous disposons. Nous attendions mieux sur un netbook à base d’Atom…

Le clavier fait aussi partie des héritages de la génération précédente et souffre donc des mêmes défauts. Outre la taille réduite des touches, c’est le « M » trop petit qui est agaçant. Asus n’a toujours pas jugé utile d’ajouter les habituels témoins de clavier. On peut se consoler avec 4 boutons qui secondent le clavier dont deux sont programmables par l’utilisateur. Le touchpad Elantech « multi touch » reçoit une paire de boutons métalliques séparés et nettement plus agréables. La surface tactile n’est pas plus grande que sur l’EEE PC 900 mais le revêtement lui confère une précision supérieure.

L’EEE PC 901 est impressionnant au niveau sonore. Les enceintes ne méritent que des éloges ! La puissance ne fait pas défaut et le son est limpide. On a même presque l’impression d’avoir des basses. Voilà un netbook qui pourrait donner des leçons à bien des portables. A noter également que la webcam est secondée par un micro stéréo.



Technologie & utilisation
A l’exception du Celeron 900 MHz qui cède sa place à un Atom 1,6 GHz, la recette est la même : un SSD rapide de 4 Go pour le système secondé par un de 8 Go plus lent pour le stockage. Après avoir évalué un modèle à disque dur, force est de constater que les SSD pénalisent les performances et même l’agrément. L’équipement de l’EEE PC 901 est exemplaire avec en série Bluetooth et le Wifi 802.11n (150 Mbps contre 54 Mbps pour le g). Asus a bien optimisé la gestion de l’énergie avec l’utilitaire Super Hybride Engin qui permet de réduire (autonomie) ou d’augmenter (performances) la fréquence de l’Atom.

Sur batterie, le ventilateur s’active assez souvent et il est malheureusement audible surtout quand il atteint 50% de sa vitesse maximale, ce qui n’est hélas pas assez rare à notre goût. Non seulement présent, le bruit est aussi désagréable. Heureusement, sur batterie, le ventilateur tourne beaucoup moins souvent et vraisemblablement moins vite. Malgré l’activité du ventilateur, l’EEE PC 901 chauffe plus que l’Aspire One ou que l’Akoya. Etant donné qu’Asus n’en est pas à son premier netbook, le bilan refroidissement n’est pas brillant.


Bilan de l’Asus EEE PC 901 noir Windows XP
Après les EEE PC 701 et 900, Asus lance sa troisième génération de netbook. Autonomie proche de 6 heures, logiciel de gestion de l’énergie, mini adaptateur secteur, poids contenu et taille réduite, au niveau de la mobilité, l’objectif est atteint à 100%. L’équipement est exemplaire avec micro stéréo, 802.11n et bluetooth mais le système de refroidissement laisse à désirer : bruit et chaleur sont plus importants que chez les concurrents.


Asus EEE PC 1000 H noir Windows XP
Châssis & Mobilité
La recette de l’EEE PC 1000 H est simple : prenez un châssis de 901, étirez le dans les trois dimensions et ajoutez un disque dur. Le châssis conserve toute sa rigidité et les charnières leur fermeté. Deux petits pieds – absents sur l’EEE PC 901 – relèvent l’arrière. Ils inclinent légèrement le clavier mais contribuent à donner une impression de grande taille à l’EEE PC 1000 H, surtout écran ouvert à côté d’un autre 10 pouces. La présence de ces pieds est visiblement nécessaire pour maintenir un espace suffisant sous le disque dur. Un choix discutable… Comme les autres EEE PC, la prise en main du 1000 est excellente en raison de la bosse de la batterie.


Avec plus de 1400 gr, l’EEE PC 1000 H est le plus lourd des netbooks. Par rapport aux autres 10 pouces équipés d’une batterie 3 cellules, une partie du poids supplémentaire (~160 gr) vient de la batterie 6 cellules. Le reste est à attribuer à divers éléments comme la grande plaque métallique sous le clavier. L’emploi d’un disque dur n’affecte pas trop l’autonomie qui dépasse 5 ½ heures. De quoi se passer du mini adaptateur secteur et de ses 200 gr.


Ergonomie & périphériques
Avec un superbe écran de 10 pouces exceptionnellement lumineux et très contrasté, l’EEE PC 1000 H laisse ses concurrents sur place. La luminosité est telle qu’à l’intérieur, elle est trop importante et le premier réflexe est de baisser le niveau. Tout bénéfice pour un usage à l’extérieur… Pour ne rien gâcher, le rendu des couleurs est très neutre.

Le clavier profite logiquement du grand châssis de l’EEE PC 1000 H. Si les touches sont de bonne taille et agréables à la frappe, le trop petit « Shift droit » placé à l’extrême droite du clavier est pour ainsi dire inutile. Sur les EEE PC de 9 pouces, son accès est plus aisé en raison de la compacité du clavier. On peut aussi s’interroger sur le rôle identique (éteindre l’écran) joué par le premier des 4 boutons situés au dessus du clavier et la combinaison Fn + F7. En plus, la fonction des deux premiers boutons ne peut être redéfinie. Regrettable !

Le touchpad ne mérite aucun critique. Zone tactile plaisante et adaptée au format de l’écran, boutons agréables et séparés sans oublier les multiples fonctionnalités liées au multi touch. Déjà excellentes sur le 901, les enceintes du 1000 H semblent encore un rien meilleures probablement en raison du châssis plus large et d’un écartement légèrement plus important. On retrouve, comme sur le 901, une webcam 1,3 Mpixel et un micro stéréo.



Technologie & utilisation
Le couple Atom & disque dur montre une fois de plus son efficacité même si le support de l’AHCI est absent. Comme l’Aspire One, l’EEE PC 1000 H affiche des prestations 3D supérieures à la moyenne et s’impose sur le plan des performances. Le 802.11n et Bluetooth ne font que consolider un bilan déjà plus que brillant. Enfin, l’utilitaire Super Hybrid Engin est un réel atout des netbooks Asus : il permet de forcer la fréquence de l’Atom à 600 MHz pour augmenter l’autonomie ou de le booster à 1710 MHz pour « plus » de puissance. En raison de sa taille plus importante, l’EEE PC 1000 H chauffe moins que le 901. Son ventilateur s’active pourtant aussi souvent et n’est pas plus discret. Quand sa vitesse atteint 50% du maximum, il est pénible à supporter. Sur batterie, il est heureusement moins souvent actif. Alors qu’Asus en est à sa troisième génération de netbooks et que le 1000 H est un 10 pouces, nous attendions franchement mieux…


Bilan de l’Asus EEE PC 1000 H noir Windows XP
L’Asus EEE PC 1000 H ne manque franchement pas d’atouts : autonomie exemplaire (5 ½ heures), performances de premier ordre, écran sublime, équipement excellent et très complet. Ces qualités éclipsent en partie le poids et la taille de la machine. Heureusement, l’adaptateur secteur ne pèse pas lourd dans la balance ! Compte tenu des dimensions de l’EEE PC 1000 H, nous attendions un clavier irréprochable et une meilleure maîtrise du refroidissement.


MSI Wind U100X rose Linux Suze
Châssis & Mobilité
Le MSI Wind est le frère jumeau du Medion Akoya Mini E1210. Des jumeaux presque parfaits mais à quelques détails près. En effet, le repose poignets et la base du Wind sont teintées dans la masse et plus agréables au toucher. Le châssis accuse cependant les mêmes défauts : l’écran tend à faire basculer le netbook vers l’arrière et les vibrations se traduisent toujours par des oscillations au niveau de l’écran.


Le MSI Wind accuse 15 gr de plus que son jumeau sur la balance. Ils s’expliquent par la présence d’un module bluetooth intégré. La batterie 3 cellules conduit également à seulement 2 heures d’autonomie. Si l’adaptateur du Wind est plus petit que celui de l’Akoya, il est affublé d’une grosse prise 3 broches avec mise à la terre et est à peine plus léger. Toujours au chapitre des griefs, la prise n’est pas coudée du côté du netbook. Elle augmente l’encombrement du Wind sur un bureau.


Ergonomie & périphériques
L’écran de notre Wind n’est pas aussi bon que celui présent sur l’Akoya. Il est plus granuleux. Le rétro éclairage est peu uniforme sur le haut avec une alternance de zones claires et sombres. Il faut espérer qu’il s’agit d’un défaut de notre exemplaire de test.

Le clavier ne suscite aucune critique exception faite de l’inversion des touches Fn et Control. On retrouve tous les témoins habituels d’un vrai clavier mais dans le Wind, la led de la webcam de l’Akoya indique l’activation ou non de Bluetooth. La zone tactile est uniformément lisse et nettement plus agréable sur le Wind que sur son jumeau, tout bénéfice pour la précision. Les boutons figurent toujours parmi les plus agréables…

La webcam et le micro font leur office mais les speakers sont médiocres. Une fois encore, le Wind partage les défauts de l’Akoya…



Technologie & utilisation
Le Wind a aussi les mêmes points forts que l’Akoya au niveau du confort d’utilisation. Le ventilateur est discret et le netbook ne chauffe jamais. La réactivité et les performances sont excellentes mais la perte du 802.11n est regrettable surtout quand on y a goûté auparavant. A l’usage, le Wind se fait « oublier ». Quand on ne peste sur aucun composant, c’est qu’ils remplissent tous leur tâche correctement !

Notre Wind de test est livré avec Linux Suze Entreprise. Voilà bien une distribution qui laisse penser à une sécurité à toute épreuve. Et bien, non ! Au boot, le Wind propose durant quelques secondes un menu qui laisse le choix entre lancer Suze ou restaurer la machine dans sa configuration d’usine ! Il ne faut que quelques secondes pour tout perdre… Lors de l’assistant d’installation, le clavier ne passe pas en layout français, ce qui pose un sérieux problème lors de la création du compte et de la saisie des mots de passe. Nous avons fini par créer un compte fictif avec un mot de passe réduit pour terminer l’installation. Ce n’est qu’après avoir corrigé la configuration du clavier que nous avons été en mesure de créer un vrai compte. Hormis ces erreurs de configuration, Suze Entreprise est une distribution qui plaira aux utilisateurs avertis. Toutes les options avancées sont accessibles et le contrôle sur la machine est total. Certaines connaissances de base sont préférables pour en tirer le meilleur parti. C’est en quelques sortes l’antithèse de Linpus livré avec l’Aspire One.


Bilan du MSI Wind U100X rose Linux Suze
Comme l’Akoya, le Wind s’apprécie plus pour ses prestations et son confort d’utilisation que pour son côté nomade. On retrouve un très bon clavier avec les témoins classiques et un touchpad plus agréable que sur son jumeau. Côté équipement, la perte du 802.11n est compensée par un module Bluetooth… La prise de l’adaptateur secteur est à revoir tant du côté secteur que du côté netbook.


Un gagnant ?

Aucun netbook n’est parfait quand on est exigeant au niveau de la mobilité, des performances et du silence. En acceptant de laisser tomber un de ces critères, le choix est beaucoup plus aisé ! Dans la négative, il faudra patienter ou composer. Côté attente, nous nous languissons de l’arrivée de l’Acer Aspire One avec un disque dur (en priant pour qu’il reçoive une batterie six cellules de série). Côté composition, les bidouilleurs pourront toujours calmer les ardeurs des ventilateurs Asus avec l’utilitaire EEEctl…

Il est ardu d’émettre un jugement ferme sur base des tarifs compte tenu des variations importantes. Cependant, il faut signaler que l’Aspire One Linux est le seul disponible sous la barre des 300 € alors que l’Asus EEE PC 1000 H approche les 450 €, soit 50% de plus ! Les Medion Akoya Mini E1210, MSI Wind U100X et Asus EEE PC 901 se négocient aux alentours de 400 €, un tarif déjà « haut de gamme ». Quant à l’EEE PC 900, son prix devrait se stabiliser aux alentours de 300 €. Sur base du tarif, l’Aspire One offre un rapport prix/prestation imbattable !

Les MSI Wind et Medion Akoya Mini E1210 nous ont franchement déçus en raison de leur autonomie de seulement 2 heures et d’adaptateurs secteur peu adaptés à la mobilité. Le son de piètre qualité et l’écran qui oscille trop facilement ne jouent pas non plus en leur faveur. Un peu trop de défauts pour contrebalancer un agrément général plutôt bon et des prestations sympathiques ? A vous de trancher…

L’EEE PC 900 de démérite pas même s’il ne dispose pas d’un processeur dernier cri, il offre quand même une autonomie de 3 heures et son format super compact est un avantage indéniable. Au final, on ne peut que lui reprocher de chauffer un peu trop au niveau du clavier. Sa carrière sera certainement écourtée par les EEE PC 900A et 901…

Avec l’Aspire One Acer a trouvé le compromis idéal entre encombrement et confort d’utilisation. Le clavier est aussi complet que sur les 10 pouces alors qu’il est à peine plus grand qu’un 9 pouces. L’écran est excellent, la qualité sonore au dessus de la moyenne et la ventilation discrète. Cette version Linpus, laisse présager le meilleur pour la version disque dur. S’il n’y avait pas cette autonomie limitée à 2 ½ heures…

L’Asus EEE PC 901 incarne le concept même du netbook : petit, léger et autonome (presque 6 heures). Sur le plan de la mobilité, Asus gagne son pari haut la main. En prime, il dispose d’un équipement complet et d’excellentes enceintes. Il faut cependant composer avec un clavier étriqué et cette petite touche M. Asus devrait aussi améliorer le refroidissement avec notamment un ventilateur plus discret.

L’Asus EEE PC 1000 H est en quelques sortes le « super » netbook qui fait rimer puissance avec autonomie mais aussi avec poids et encombrement. Il a également d’autres cordes à son arc comme le meilleur écran, les meilleures enceintes et un équipement complet. S’il n’y avait pas cette petite touche Shift et ce bruit de ventilateur…


A titre personnel...

J’ai actuellement retenu l’EEE PC 1000 H en raison de l’écran, l’autonomie, le disque dur, le touchpad « multi touch » (vraiment multifonction), la taille des touches, le mini adaptateur secteur et le 802.11n. Le problème du bruit du ventilateur a été réglé par l’utilisation du mode « Power save » et EEEctl. Mon second choix serait l’Acer Aspire One pour son format idéal et son écran de 9 pouces qui n’a rien à envier aux 10 pouces au niveau de la lisibilité. Mais le SSD et Linpus ne m’ont pas convaincu… J’attends donc de pieds ferme l’Aspire One avec un disque dur et, je l’espère, une batterie six cellules. Sans quoi, je m’en tiendrai probablement à l’EEE PC 1000 H en attendant plus léger mais avec autant de qualité. En tant que rédacteur, entendez par là quelqu’un qui passe sont temps à taper des kilomètres de texte, les claviers des 9 pouces manquent réellement de confort et ne permettent pas une frappe assez rapide. Les MSI Wind et Medion Akoya Mini E1210 ne m’ont séduit qu’en utilisation sédentaire. En déplacement, ils manquent d’autonomie, leur adaptateur est gros/lourd/encombrant et les oscillations de l’écran au moindre choc me gênent réellement...

Mise à jour le Jeudi, 19 Novembre 2009 09:30