Newsletter

Abonnement
Désabonnement


Articles en rapport

Home Tests Hardware Aspire One 522 & APU C-60 : le netbook tel qu'il aurait toujours du être ?

Aspire One 522 & APU C-60 : le netbook tel qu'il aurait toujours du être ?

Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 
Écrit par Pascal Thevenier   
Vendredi, 24 Février 2012 12:59
Après avoir évalué l’Asus EEE PC 1215B et son APU Zacate E-450, nous étions vraiment curieux de découvrir quelles étaient les capacités des APU de la « C Serie » connues sous le nom de code Ontario. Par un heureux concours de circonstances, le netbook que nous avons retenu pour ce test est plutôt remarquable. En effet, l’Aspire One 522 est le seul netbook de 10 pouces équipé d’un écran en 1280x720, une caractéristique qui a déjà de quoi séduire face au sempiternel 1024x600 associé à cette diagonale. Cerise sur le gâteau, le modèle testé est équipé de l’APU C-60 alors que la majorité des Aspire One 522 sont livrés avec une APU C-50. Malgré ces atouts, ce netbook n’a jamais vraiment défrayé la chronique…


APU Ontario C-60 : 9 watts !

La plateforme AMD Brazos se compose des APU des séries E et C globalement similaires au niveau de leur architecture. A l’exception des C-30 et E-240, il s’agit systématiquement d’APU avec deux cores Bobcat, une Radeon HD 6000 avec 80 processeurs de flux et un contrôleur DDR3. Pour plus d’informations sur la plateforme Brazos et la microarchitecture Bobcat, rendez-vous dans le test de l’Asus EEE PC 1215B.

La principale différence entre les séries E et C vient du TDP. Les APU de la série E ont un TDP de 18 watts et AMD n’autorise leur installation que dans des machines de 11,6 pouces ou plus. Il n’existe donc aucun netbook de moins de 11,6 pouces équipé d’une APU « E serie »… Grâce à leur TDP réduit de seulement 9 watts, les APU de la série C prennent place sans problème dans les petits netbooks de 10 pouces. Pour diviser le TDP par deux, AMD a réduit la fréquence des parties CPU (de 1 à 1,33 GHz contre de 1,3 à 1,65 GHz) et GPU (275 MHz au lieu de ~500 MHz). A noter que seul l’E-450 bénéficie d’un contrôleur mémoire DDR3-1333 sans augmentation du TDP (certainement en raison de meilleurs yields depuis la mi-2011).


Le C-60 est une APU assez particulière. En effet, elle est la seule à bénéficier d’un mode Turbo sur le CPU et sur le GPU. Le C-60 et l’E-450 bénéficient du stepping C0 (contre B0 pour toutes les autres APU) mais malgré ce point commun, l’E-450 qui assure le haut gamme n’a pas droit à ce raffinement...

Cadencé par défaut à 1 GHz comme le C-50, le C-60 peut augmenter la fréquence de ses cores Bobcat jusqu’à 1,33 GHz. La Radeon HD 6290 du C-60 fonctionne par défaut à 276 MHz comme sur le C-50 et le C-30 mais son mode Turbo lui permet de grimper jusqu’à 400 MHz. Afin de rester dans son enveloppe thermique, le C-60 ne peut pas utiliser les deux turbos en même temps. L’APU adapte la fréquence du CPU et du GPU de manière à répondre le mieux possible à la charge de travail. Dans les cas extrêmes (Prime95 + Furmark), le C-60 utilise les fréquences de base. Dans un jeu, l’APU donne généralement la priorité à la Radeon.

Les APU Brazos sont secondées par une puce A50m (Hudson M1) relativement gourmandes avec un TDP de 4,7 watts en raison d’une gravure en 65 nm. Cette puce gère l’HD Audio, le SATA 6 Gbps et 14 ports USB 2.0. Le TDP total est ainsi porté à 13,7 watts.


Un écran peu courant

Un des plus gros reproches faits aux netbooks surtout depuis l’arrivée de Windows 7 Starter est leur résolution d’écran limitée. Si Windows XP restait utilisable en 1024x600, après tout, il date de 2001 et 1024x768 était un standard pour les portables de cette époque, Windows 7 avec ses icônes plus grosses et sa barre des tâches plus pratique mais aussi plus encombrante est péniblement exploitable dans ces conditions. Windows 7 s’exprime « bien mieux » en 1366x768, c'est-à-dire en HD. Nous avons déjà eu l’occasion de tester cette résolution sur une dalle de 10 pouces mais elle s’avère rapidement fatigante. Un des points forts de cet Aspire One 522 vient de son écran de 10 pouces en 1280x720, une résolution qui répond déjà à la norme HD (720 pixels de haut). Par rapport au 1280x800 qui a longtemps été un standard pour les portables « wides » de 12 à 15,4 pouces, la perte de 80 pixels en hauteur (10%) n’est pas trop gênante. Le compromis entre lisibilité, encombrement et espace de travail proposé par cet écran est, selon nous, idéal.


1024x600 : une résolution trop étriquée pour Windows 7.


1280x720 : un excellent compromis sur une dalle de 10 pouces.

Produite par AU Optronics, la dalle B101EW02 bénéficie d’un rétro éclairage LED. Comme toutes les dalles TN brillantes de ce type, elle brûle les noirs en raison d’un rétro éclairage très puissant et les angles de vision sont assez fermés. Ces défauts sont cependant monnaie courante dans le monde mobile…


Aspire One 522

L’Aspire One 522 est très compact mais aussi particulièrement fin, du moins pour un netbook. En effet, il ne mesure que 259 x 185 x 32 mm alors que la majorité des netbooks passés entre nos mains flirtent ou dépassent 40 mm d’épaisseur réelle (NDLR : mesurée par nos soins, batteries et pieds compris). Cette finesse contribue en grande partie à l’esthétique de la machine, qui, sans être un « canon », s’avère assez réussie au niveau du design.
Avec seulement 1176 grammes batterie 6 cellules de 48,8 Wh comprise, l’Aspire One 522 fait aussi partie des netbooks les plus légers. A titre indicatif, ce poids est comparable à celui des premiers netbooks de 9 pouces (6 cellules) et 10 pouces (3 cellules). Pour ne rien gâcher, l’adaptateur secteur type « vieux GSM » est compact (sans égaler l’encombrement minimum des modèles Asus) et très léger avec seulement 190 grammes. La fiche bipolaire est détachable et peut être tournée de 90° afin de s’adapter au mieux aux prises. Le connecteur côté netbook est peu encombrant et coudé.


Le clavier qu’Acer appelle « FineTip » a fait son apparition avec l’Aspire One 751 de 11,6 pouces. Les avis sur ces touches (plates) sont partagés. Certains aiment, d’autres détestent. Quoi qu’il en soit, ce système conduit à des touches larges de 16,5 mm et espacées de 1 mm. Le plus gros inconvénient du clavier de l’Aspire One 522 est la facilité avec laquelle des « crasses » se glissent sous les touches… A l’usage et grâce à un bon layout, il permet une frappe rapide. Notre modèle ne présente pas ou vraiment très peu de « flex » et n’a pas de zone « spongieuse ».

Le touchpad Synaptics offre une zone tactile de 78x49 mm noyée dans le repose poignets. Ce dernier profite d’une finition soft touch agréable qui ne conserve pas les traces de doigts. Le touchpad est programmable à souhait et gère jusqu’à trois points de contact (exactement comme sur l’Asus EEE PC 1215B). Les deux boutons sont regroupés dans une bande caoutchouteuse avec de mini picots en relief de 78x11 mm. Elle permet de retrouver facilement la zone tactile et les boutons. Les clics sont à la fois doux et nets, audibles sans être bruyants. Exception faite de la hauteur limitée, il n’y a pas de reproche à adresser à ce touchpad.

L’Acer Aspire One 522 a quatre leds bleues ou ambre selon l’état regroupées à gauche dans le repose poignet : marche, batterie, activité disque et wifi. Elles ne sont généralement pas visibles, masquées par la main gauche… Le bouton de mise sous tension est également éclairé de manière originale par une led bleue.

Acer a réussi à intégrer la batterie de six cellules sans trop massacrer la ligne de ce petit netbook. Au lieu de dépasser (exagérément) par le bas, la batterie dépasse en partie sur le dessous et remonte également devant le clavier, au pied de l’écran. Un très bon compromis entre design, finesse et « fonctionnalités ». Les charnières de l’écran se trouvent de part et d’autre de la batterie. Elles assurent une très bonne tenue de l’écran peu importe l’angle d’ouverture (jusqu’à 152°).


La rigidité globale de l’Aspire One 522 est bonne. Elle provient d’une plaque métallique sous le clavier, une technique déjà utilisée par le constructeur sur ses premiers netbooks. Corollaire de cette méthode de construction, l’accessibilité est mauvaise. En l’absence de trappe, il faut retirer le clavier et ôter 4 vis placées sous le clavier avant d’être en mesure de déclipser le fond pour accéder au disque dur, à la mémoire et à la carte Wifi. Visiblement, les constructeurs de netbooks ont décidé de « fermer » leurs machines probablement pour éviter les problèmes liés à des interventions de l’utilisateur…

En marge de la connectique classique qui se compose de trois prises USB 2.0, un connecteur Ethernet 100 Mbps, une sortie VGA, un lecteur SD-HC et deux jacks audio, l’Aspire One 522 dispose d’une sortie HDMI. A noter que cet avantage se retrouve généralement sur tous les netbooks Brazos. La puce Wifi Atheros AR5B125 est aussi médiocre que la Broadcom 4313GN de l’EEE PC 1215B. Il d’agit d’un chip 802.11n dont la vitesse de connexion est limitée à 65 Mbps dans la majorité des cas… Cette « arnaque » est malheureusement devenue courante tant pour les netbooks que pour les portables classiques.

La webcam 0,3 Mpixel est un peu moins décevante que la moyenne mais la qualité reste médiocre. Le véritable parent pauvre de l’Aspire One 522 est cependant le « système audio » qui se compose d’un seul malheureux speaker. Exit donc la stéréo à moins de passer par un casque ou des enceintes externes…


Un C-60 et 1 Go pour Windows 7 ?

Livré avec seulement 1 Go de mémoire et Windows 7 Starter, l’Aspire One 522 peine… Toutefois, à l’usage, il est difficile de faire la différence entre l’EEE PC 1215B et l’AAO 522. En effet, le disque de l’Acer est globalement plus performant et plus réactif que celui de l’Asus. Malheureusement, Windows 7 a bien du mal à se contenter de seulement 1 Go et les performances s’effondrent bien vite. Plusieurs options sont disponibles pour les bricoleurs : installer une barrette de 2 Go (le maximum géré par Windows 7 Starter), remplacer Windows 7 par Windows XP (à condition d’avoir une licence) ou installer une barrette de 4 Go et une version supérieure de Windows 7. Si vous tombez « amoureux » de l’Aspire One 522, vous pouvez toujours lui offrir 4 Go et un petit SSD bradé. Il devient alors assez agréable mais il ne faut pas attendre du C-60 d’autres prestations que celles d’un processeur de netbook comme le montrent les résultats des benchs qui suivent.



Performances


Avec un indice CPU Mark 99 de 105, le C-60 n’a guère de puissance « brute » pour les tâches mono thread. En passant d’un E-450 à un C-60 (-19%), on ne ressent pas la même perte de performances qu’entre un Atom N270 et un Atom Z520 (-22%)… Ce dernier manquait cruellement de « patate » avec un indice de seulement 86,5. Avec plus de puissance par MHz que l’Atom et un mode Turbo à 1,33 GHz, le C-60 est 10% plus lent qu’un Atom 1,66 GHz comme le N450.


Ce test FPU confirme un recul des performances de l’ordre de 20% en passant d’un E-450 à un C-60, ce qui correspond globalement à l’écart de fréquence (-19%). Le score obtenu par les APU d’AMD est cependant nettement plus élevé que celui des Atom et même d’autres processeurs repris à titre indicatif.


Fritz Chess Benchmark permet de tester le processeur de manière plus intensive étant donné qu’il s’agit d’un test mutli thread. Cette fois, le C-60 se montre 27% plus lent que l’E-450. L’écart s’explique par l’utilisation de DDR3-1066 au lieu de DDR3-1333 avec l’E-450 (1 Go de mémoire suffit au test). Le C-60 fait mieux que tous les Atom mono core aidés par l’HyperThreading mais s’incline devant un Atom dual core.


GeekBench tire le maximum du matériel. On remarque un recul des performances de 24% en passant de l’E-450 au C-60. Le C-60 ne se fait par contre pas trop distancer par l’Atom D525 qui se montre seulement 7% plus rapide.



Au test de transcodage vidéo Full HD, le C-60 fait mieux que les Atom single core mais nettement moins bien qu’un Atom dual core. Par contre, lors d’un transcodage en plus faible qualité, le C-60 dépasse tous les Atom…

Au final, la partie processeur de l’APU C-60 assure un « service minimum » comme la majorité des Atom mono core. Il ne faudrait vraiment pas moins de puissance sans quoi, l’APU tomberait dans le même travers que les Atom Z520. Face aux Atom mono core avec Hyperthreading, l’APU tire avantage de ses deux cores. Elle s’en sort même bien dans certains cas face à un Atom dual core.


Dans le test 3D Mark 2003, le seul compatible avec les plus vieux IGP, on remarque les écarts importants qui existent entre les puces graphiques intégrées. La palme de la lenteur revient au GMA500 des Atom Z avec un score de presque 400 soit 10x moins que la Radeon HD 6290 du C-60 ! La petite Radeon HD 6290 se montre plus rapide que l’ION de première génération du Samsung N510 (et comparable à l'association unique ION et DDR3 du Compaq 311c) mais s’incline devant l’ION de seconde génération. La Radeon HD 6290 du C-60 obtient un indice 41% plus faible que la Radeon HD 6320 de l’E-450.


Dans le 3D Mark 2005, le second bench compatible avec la majorité des IGP de netbooks, on observe des résultats similaires. Il ne faut pas perdre de vue que les APU d’AMD bénéficient d’un GPU DirectX 11 nettement mieux adapté aux dernières versions de Windows et aux jeux. Toutefois, la puissance de ces Radeon HD 6000 reste bien modeste pour des titres récents même en qualité minimale et en faible résolution (1280x720). Cependant avec plus de 5,5x la puissance de l’IGP d’un Atom, les APU font tourner bien plus de jeux que leurs concurrents.



Le PC Mark 2005 n’est plus tout jeune mais, une fois encore, il s’agit du seul bench du genre disponible à l’époque de nos premiers tests de netbooks. L’Aspire One 522 se classe en seconde position derrière l’Asus EEE PC 1215B. Les deux APU distancent tous les Atom, y compris le N570 dual core. Ce test est influencé de manière assez importante par le disque dur…


Consommation, nuisance et autonomie

AMD associe les APU « C serie » à un logo Internet HD, une appellation qui colle très bien à cet Aspire One 522 et son écran HD. Nous nous sommes empressés de vérifier les performances de la petite APU lors de la lecture des vidéos en Flash. Le bilan est très positif ! Pour lire une vidéo HD en plein écran, l’Aspire One 522 consomme en moyenne 8,5 watts. Avec sa batterie de 48 Wh, il peut lire jusqu’à 5 ½ heures de vidéo sans perte d’image. Même en mode économie d’énergie, l’Aspire One 522 lit les vidéos HD. Il ne consomme alors que 7,8 watts en moyenne, ce qui porte l’autonomie en lecture HD à 6 ½ heures. La lecture des vidéos Full HD demande moins de 10 watts.


La lecture d'une vidéo Flash en HD consomme dans les 8,5 watts.

Au repos, ce netbook consomme moins de 6 watts (5,5 watts typiquement), Windows affiche parfois jusqu’à 10 heures d’autonomie. En pratique, il est possible d’atteindre 8 heures sur batterie en surf/bureautique. Avec notre test habituel, l’Aspire One 522 est crédité d’une autonomie de 7 heures et 45 minutes.

Avec Prime95 en activité, la consommation de l’Aspire One 522 atteint ~10 watts. La température monte alors à plus de 75°C et le ventilateur est clairement audible. Même en sollicitant le processeur au maximum, la batterie offre plus de 4h ½ d’autonomie. A noter que le turbo reste actif, C-60 à 1,33 GHz, lors de ce test extrême.

En ajoutant FurMark à Prime95, la consommation monte à 12,5 watts et la température flirte avec les 80°C. Le ventilateur ne tourne cependant pas plus vite qu’avec Prime95 seul. Même dans ce test absolument pas représentatif de l’usage d’un netbook, l’autonomie reste bien supérieure à 3 ½ heures. Le CPU fonctionne à 1 GHz et la Radeon à 280 MHz, les turbos sont donc inactifs.

Sous FurMark, le GPU monte à 406 MHz tandis que le CPU reste à 1 GHz. La température de l’APU se stabilise aux alentours de 75°C avec une consommation de ~12 watts. L’autonomie est donc de l’ordre de 4 heures dans ces conditions.

Même si le ventilateur ne s’arrête plus une fois qu’il s’est mis en route, l’Aspire One 522 est assez discret. Le bruit émis par le ventilateur est en partie masqué par celui du disque dur. Il devient par contre assez audible une fois le troisième palier de vitesse atteint. L’autonomie fait partie des points forts même en utilisation intensive ou lors de la lecture de vidéo HD.


Conclusion

Avec un TDP de 9 watts, l’APU C-60 est bien adaptée à un netbook de 10 pouces. Le bilan énergétique de cette APU est même meilleur que celui de l’E-450. En effet, les performances CPU reculent de manière proportionnelle à la fréquence, soit une vingtaine de pourcents tandis que celles du GPU baissent d’approximativement 40% alors que le TDP a été divisé par 2. La puissance reste suffisante pour lire des vidéos HD et même Full HD de manière fluide en consommant respectivement moins de 8 watts et 9 watts. Le concept d’Internet HD (NDLR : la norme HD requiert un écran avec 720 pixels de haut) mis en avant par AMD pour les APU « C serie » prend tout son sens avec l’Aspire One 522. En effet, ce netbook compact (10 pouces) et léger (1,15 Kg) bénéficie d’un écran en 1280x720 et d’une APU C-60 tous deux parfaitement adaptés à la HD. L’autonomie en surf est très sympathique et ne s’effondre pas complètement lors de la lecture de vidéo HD ou même Full HD en Flash. L’Aspire One 522 est également bien fini et plutôt solide pour un petit netbook vendu à 299 € en Belgique fin 2011. Malgré sa taille réduite, l’Aspire One 522 profite d’un bon clavier et d’un excellent touchpad. Au chapitre des points faibles, on peut épingler le seul speaker, la webcam et les performances Wifi ainsi que la limitation à 1 Go liée à Windows 7 Starter qui plombe la machine. L’accessibilité rend aussi tout upgrade assez délicat… Malgré ces défauts, l’Aspire One 522 n’est pas loin d’être ce qu’aurait toujours dû être le netbook !

AMD Ontario C-60 : 8,5/10
Pour :
Performances suffisantes pour la lecture HD et Full HD, consommations, performances 3D correctes
Contre : Performances CPU modestes

Acer Aspire One 522 : 9/10
Pour :
Taille (épaisseur surtout), poids, adaptateur secteur, autonomie, écran 1280x720, autonomie, bon clavier, excellent touchpad, discret en bureautique, repose poignets soft touch, port HDMI, prix
Dans la moyenne : niveau sonore, ventilation continue.
Contre : Le couple 1 Go et Windows 7 Starter, 1 seul speaker, webcam, wifi limité à 65 Mbps, disponibilité du modèle C-60, écran peu contrasté, accessibilité pour mise à jour.
Mise à jour le Lundi, 05 Mars 2012 11:38