Newsletter

Abonnement
Désabonnement


Articles en rapport

Home Tests Hardware Comparatif SSD 128 Go : Crucial M4, Samsung SSD 830 et Kingston HyperX

Comparatif SSD 128 Go : Crucial M4, Samsung SSD 830 et Kingston HyperX

Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 3
MauvaisTrès bien 
Écrit par Pascal Thevenier   
Vendredi, 06 Avril 2012 15:24

Avec des prix régulièrement revus à la baisse, les SSD séduisent de plus en plus d’utilisateurs. Vous êtes ainsi de plus en plus nombreux à opter pour ce type de stockage lors de la mise à jour d’une configuration existante ou de l’achat d’une nouvelle. Grâce à un prix au gigaoctet qui tend vers 1 et une capacité de stockage suffisante pour l’OS, les applications mais aussi des jeux, les SSD de 128 Go sont les plus sollicités. Nous avons donc réalisé un comparatif entre les SSD de 128 Go Crucial M4, Samsung SSD 830 et Kingtson HyperX avec comme référence un X25-m de 160 Go.




Généralités sur les SSD

Contrairement à un disque dur qui se compose de têtes de lecture & écriture qui survolent des plateaux en rotation, les SSD sont constitués de cellules de mémoire NAND MCL. Dans les deux cas, un contrôleur pilote le tout et assure la communication avec le reste de la machine via une interface SATA.

Les systèmes d’exploitation jonglent avec des lectures et écritures de 4 Ko d’où l’importance de cette mesure dans les tests. Il faut cependant savoir que sur un SSD, l’écriture d’une page de 4 Ko nécessite généralement la lecture et la réécriture de 512 Ko (soit un bloc).

A chaque cycle, les cellules de NAND s’usent. Le contrôleur veille donc à uniformiser l’usure sur la totalité des cellules. Sur certains SSD, une partie des puces est conservée en réserve pour pallier l’usure des plus utilisées qui viendraient à « rendre l’âme ». Le TRIM est également une solution pratique pour éviter une usure incontrôlée et des pertes de performances. Le TRIM permet en effet d’informer le contrôleur du SSD de quels sont les blocs qui ne sont plus utilisés et peuvent être effacés.

Tous les SSD et OS récents gèrent d’emblée le TRIM à l’exception d’OS X pour lequel il faut l’activer manuellement… Le contrôleur du SSD fixe également la norme SATA supportée. Actuellement, il s’agit du SATA 3 qui autorise des débits de 6 Gbps. Les SSD de notre comparatif supportent tous le TRIM et exploitent l’interface 6 Gbps.


Facteur à prendre en compte

Les SSD de 128 Go profitent d’un prix par Go fort intéressant. De plus, cette capacité est suffisante pour installer l’OS, des applications (jeux compris) ainsi que des données. Il faudra dans certains cas faire des choix et ne stocker sur le SSD que les jeux et données les plus utilisés. Il n’est pas spécialement conseillé de stocker de manière figée une collection de photos, films et albums sur un SSD…
Comme nous le verrons dans les tests, les taux de transferts mis en avant par les constructeurs ne sont pas forcément réalistes et ne reflètent pas nécessairement les performances globales. Par contre, la consommation qui varie de manière importante d’un modèle à l’autre ou la facilité de mise à jour du firmware peuvent être des points importants surtout si le SSD est utilisé dans un portable. Notons au passage que dans nos trois SSD, seul Crucial propose un système de mise à jour indépendant de l’OS. Les utilisateurs de Mac apprécieront…


Les SSD

Le Crucial M4 appartient à la troisième génération de SSD du constructeur après les M225 et C300. Il repose sur un contrôleur Marvell 88SS9174-BKK2 SATA 6 Gbps secondé par un cache de 128 Mo qui pilote des puces Micron gravées en 25 nm. Crucial annonce en séquentiel 500 Mo/s en lecture et 175 Mo/s en écriture ainsi que 45 000 IPS en lecture et 35 000 IOPS en écriture sur les fichiers de 4 Ko. Le Crucial M4 dispose d’un over provisionning de 7%

Le Samsung SSD 830 prend le relais des SSD Serie 470. Pour sa nouvelle gamme de SSD, Samsung a conçu son propre contrôleur sur lequel il ne livre guère d’information. Il repose sur une puce ARM9 multicore aidée par un cache de 256 Mo en DDR2 800 MHz et supporte le SATA 6 Gbps. Samsung utilise également ses propres puces de Toggle DDR NAND en 2x nm dont les performances sont similaires à celles des puces concurrentes. Le site annonce 520 Mo/s en lecture et 320 Mo/s en écriture séquentielles ainsi que 80 000 IOPS en lecture et 30 000 IOPS en écriture. A noter que ce SSD ne mesure que 7 mm d’épaisseur. Par défaut, aucun espace ne semble dédié à l’overprovisionning mais vu que la capacité finale est identique à celle du M4, 7% sert d’espace de réserve... L’utilitaire Magician SSD permet de mettre à jour le firmware, bencher le SSD, effectuer un secure erase et augmenter l’over provisionning etc.

Le Kingston HyperX repose sur un contrôleur SandForce SF-2281 comme l’OCZ Vertex 3. La particularité de son contrôleur est de compresser les données avant de les écrire. A condition toutefois qu’elles soient compressibles ! A noter également que ce contrôleur SATA 6 Gbps n’utilise pas de mémoire cache contrairement aux deux autres. L’HyperX embarque des puces Intel NAND en 25 nm. Kingtson (comme les autres constructeurs qui exploitent un SF-2281) est assez optimiste pour les performances de son SSD : jusqu’à 555 Mo/s en lecture, jusqu’à 510 Mo/s en écriture et jusqu’à 95 000 IOPS. 14% de la capacité est destinée à la gestion interne du SSD dont l’over provisionning.


Configuration de test

Pour permettre des comparaisons plus faciles, nous avons utilisé AS SSD Benchmark et Anvil Benchmark (Beta11) tous deux disponibles en téléchargement gratuit. Ces outils permettent de faire toutes les mesures nécessaires pour évaluer un SSD.

Matériel

  • Intel DX79SI (LGA2011)
  • Core i7 3960X
  • 4 x 2 Go DDR3 1333 CL8
  • GeForce GTX 560 Ti
  • Intel X25-m 160 Go et Western Digital Caviar 640 Go, Crucial M4 128 Go, Samsung SSD 830 128 Go, Kingston HyperX 120 Go
  • Dell 2407WFP
  • Intel RTS2011LC
  • Lian Li PC-8N

Logiciel

  • Windows 7 64 bits SP1
  • Driver GeForce 285.62
  • Intel Inf update 9.2.3.1022
  • iaStor 3.0.0.3011
  • AS SSD Benchmark
  • Anvil SSD Benchmark tools



Performances

 


Nous avons utilisé AS SSD et Anvil pour tester les débits séquentiels. En lecture, les trois SSD SATA 6 Gbps approchent ou dépassent les 500 Mo/s. On note également des écarts (acceptables) dans ces mesures de performances selon le bench utilisé. Le cas du Kingston HyperX et son contrôleur SandForce SF-2281 est particulier. Avec des données compressibles (Anvil), ses performances en écriture sont exceptionnelles (484 Mo/s) tandis qu’avec des données compressibles à seulement ~20% (AS SSD), la vitesse d’écriture descend à seulement 161 Mo/s. On peut par contre épingler le Samsung SSD 830 pour ses excellentes performances en écriture dans les deux tests.


Crucial M4 128 Go

 


Kingston HyperX 120 Go

 


Samsung SSD 830 128 Go

 


Intel X25-m 160 Go


AS SSD intègre un outil qui permet d’évaluer les taux de transfert en fonction de la compressibilité des données. Il faut bien entendu examiner l’allure générale de la courbe sans se focaliser sur les pics. Contrairement aux autres SSD qui ont des courbes très plates en lecture comme en écriture, ce test montre clairement l’évolution du taux de transfert de l’HyperX : il passe de 150 Mo/s avec des données incompressibles à 490 Mo/s avec des données fortement compressibles. Dans la majorité des cas, les fichiers sont compressibles à moins de 10% et le taux de transfert en écriture séquentielle de l’HyperX (comme tout autre SSD à base de SF-2281) est inférieur à 170 Mo/s.


Les performances en accès aléatoires sont surtout importantes en lecture pour un disque système, ce qui est généralement le cas pour un SSD. Les résultats sont présentés avec 1, 4, 16 et 64 requêtes. Pour un usage normal ou même avancé, il faut se focaliser sur les QD de 1 et 4, les deux autres valeurs sont destinées à pousser le SSD dans ses retranchements. Les écritures aléatoires sont nettement moins importantes à moins de travailler par exemple avec des bases de données. Exception faite du test QD 64 qui utilise des données incompressibles, les valeurs obtenues en QD 1, QD 4 et QD 16 utilisent des données compressibles.


Tous les SSD testés présentent de bonnes performances en lecture aléatoire. On notera cependant que malgré des données compressibles en QD 4 (valeur prédominante), l’HyperX joue la lanterne rouge alors que le M4 prend une belle avance. On note également qu’il est le seul à s’effondrer en QD 64 sur des données incompressibles. En QD 1, l’HyperX prend par contre l’avantage, on retrouve ensuite le M4 et le SSD 830.


Les résultats sont plus disparates en écriture aléatoire. L’HyperX prend le large grâce à la compression de données. Toutefois, il se fait « ramasser » au test en QD 64 sur données incompressibles. Le SSD 830 qui était très performant en écriture séquentielle est cette fois laissé sur place par le M4.


Après les tests théoriques, place à quelques mesures plus concrètes comme la copie de fichiers. Dans ce test, l’HyperX termine toujours dernier. A l’opposé, le Samsung SSD 830 s’offre deux fois la première place contre une seule fois pour le Crucial M4. En cumulant les temps pour les trois opérations de copie (ISO, programmes et jeux), le M4 l’emporte d’une courte tête devant le Samsung SSD 830.


Enfin, nous avons fait subir les tests disque du PC Mark Vantage et du PC Mark 7. Les trois SSD SATA 6 Gbps offrent des performances proches. L’HyperX termine dernier dans les deux tests alors que les M4 et SSD 830 s’offrent chacun une première place. Il faut cependant préciser qu’à l’usage, M4, SSD 830 ou HyperX, on ne remarque aucune différence…


Consommation


L’HyperX qui a quelque peu été malmené par ses concurrents du jour dans les tests de performances prend ici sa revanche. Il consomme à peine plus que le SSD 830 au repos et c’est aussi le moins gourmand en lecture comme en écriture. Si le Samsung SSD 830 est le plus économe au repos, c’est aussi le plus glouton en écriture avec 4,3 Watts ! Le M4 fait figure de mauvais élève au repos, en lecture et en écriture. Dans le cas d’un ordinateur portable, le Kingston HyperX s’impose assez naturellement.


Divers

Le Crucial M4 est livré nu comme un ver ! Actuellement, il est disponible à moins de 140 € en version 128 Go. Le Samsung SSD 830 est accompagné d’un kit de transfert (adaptateur SATA vers USB) et d’un CD avec Norton Ghost ainsi que l’utilitaire SSD Magician. Le modèle 128 Go se dégote à moins de 150 €. Enfin, le Kingston HyperX 120 Go se vend aux alentours de 160 €. Il se démarque par un joli bundle : kit de fixation aluminium 3 ½ pouces, boîtier 2 ½ pouces externe USB, CD avec un logiciel de clonage et un tournevis torqx très design. Le boîtier externe justifie à lui seul l’écart de prix…

Une chose reste difficile voire impossible à déterminer : la durée de vie d’un SSD. Dans un premier temps, nous avons rempli tous les SSD de données et constaté des pertes des performances jusqu’à ce que le TRIM fasse son effet. En général, une fois le système laissé au repos une demi-heure, les SSD retrouvent leurs performances d’origine. Ceci étant, le fait de retrouver les performances d’origine ne permet pas d’estimer la durée de vie qui dépendra avant tout de l’usage que chacun fera du SSD…

 



Conclusion

Même si dans certains tests, un des trois SSD SATA 6 Gbps de ce petit comparatif prend la tête, les performances globales sont finalement assez proches. Si le Kingston HyperX affiche des résultats en retrait par rapport à ce qu’annonce le constructeur (comme pour tout SSD à base SF-2281), il n’en demeure pas moins très performant même s’il tend à « s’incliner légèrement » devant les Crucial M4 et Samsung SSD 830. Pour nous, la qualité marquante du Kingston HyperX est surtout sa faible consommation qui en fait un excellent choix pour un portable, d’autant plus que son boîtier USB permettra de recycler l’ancien disque dur. Le Crucial M4 affiche de très bonnes performances dans les tests aléatoires ainsi qu’en lecture séquentielle. Il pèche par contre au niveau de la consommation, surtout au repos. Le Samsung SSD 830 est surtout impressionnant en écriture séquentielle. Dans les tests de lecture aléatoire, il est presque aussi bon que le Crucial M4. Il est par contre nettement moins bon en écriture aléatoire… Ce SSD souffle également le chaud et le froid au niveau de la consommation : très faible au repos, elle s’envole en lecture comme en écriture.

Mise à jour le Mercredi, 30 Avril 2014 14:20