Home

Comparatif : Tuniq Tower 120 - Noctua NH-U12 - Noctua NH-U9

Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 17
MauvaisTrès bien 
Écrit par Pascal Thevenier   
Jeudi, 12 Janvier 2006 13:36
Dans nos tests, nous utilisons habituellement le ventilateur livré avec les processeurs vendus en boîte. Si dans le cas des Athlon 64, Athlon 64 X2 et des Pentium 4 de puissance moyenne, le système sait se montrer discret pour peu que la carte mère dispose d’un pilotage du ventilateur asservi à la température du processeur, en cas d’overclocking, lors de la recherche du silence ou tout simplement avec les « gros » Pentium des séries 600, 800 ou 900, il vaut mieux passer à un HSF plus musclé. Peu de temps avant la réception de la plateforme i975X – Pentium Extreme Edition 955, nous avons reçu le Tuniq Tower 120 ainsi que les Noctua NH-U9 et NH-U12. Nous avons donc profité des 130Watts de TDP du dernier processeur Intel pour les mettre à l’épreuve…


Les radiateurs « box »

Actuellement, la majorité des membres de notre forum optent pour des processeurs en version boîte. Ces derniers présentent en effet quelques avantages dont une garantie de 3 ans ainsi qu’un système de refroidissement qui généralement fait bien son job sur le plan thermique… Mais le niveau sonore n’est pas toujours optimal, que du contraire ! Sans même aller jusqu’à se pencher sur la ventilation interne du PC de tout un chacun, il convient de se pencher sur la carte mère elle-même et une de ses fonctionnalités : le pilotage intelligent du ventilateur en fonction de la température du processeur. Dans le cas de notre Asus 18N-SLI Premium de référence, le système en question porte le nom de Q-Fan. Désactivée, cette option laisse tourner le ventilateur à plein régime. Dans le cas d’un Athlon 64 avec son HSF « box », le ventilateur tourne alors à 3200rpm et se montre bruyant. En activant cette option, le ventilateur tourne à ~1100rpm au repos et grimpe à ~2100rpm avec un Athlon 64 3800+, ~2300rpm avec un Athlon 64 X2 4200+. Dans le cas du Pentium 4 540 que nous avons également utilisé dans nos derniers tests, il se contente de 1800rpm avec le Q-Fan activé mais monte souvent à plus de 2200rpm et devient alors aussi bruyant que le ventirad AMD à plein régime… A noter que même au sein d’une même marque de cartes mères, le système de pilotage peut varier d’un modèle à l’autre. Dans le cas d’une Asus A8N-E Deluxe, le Q-Fan entretient un régime élevé de l’ordre de 2000rpm quand l’Athlon 64 est au repos. On notera également que certaines cartes mères bas de gamme sont dépourvues de ce pilotage asservi à la température… Bref, avant de maudire un « HSF box », regardez plutôt si ce n’est pas un mauvais (ou l’absence d’un) réglage dans le BIOS de votre carte mère.


Mesurer le bruit…

S’il est facile de chiffrer une température ou d’illustrer un bug d’affichage par une capture d’écran, faire comprendre la notion de niveau sonore est une autre paire de manches ! Le bruit est mesuré en fonction de la variation de pression acoustique par rapport à la pression ambiante (pression atmosphérique). Ces pressions s’expriment en Pascal ou en N/m². L’oreille humaine est sensible à des pressions allant de 2 x 10-5 (minimum audible) à 20 Pascals (seuil de douleur ou maximum audible) soit un rapport de 1 à 1 million. Pour réduire la portée de cette trop longue échelle, on a fait appel aux logarithmes afin d’arriver à une nouvelle échelle allant de 0dB(A) à 120dB(A).
La mesure du bruit étant une pression acoustique, elle varie en fonction de l’éloignement de la source. Encore heureux, sinon même avec 100m de recul vous entendriez passer un train comme si vous étiez juste à côté. Dans le même ordre d’idée, si on mesure le bruit d’un ventilateur à quelques centimètres ou à plusieurs mètres, le niveau sonore est totalement différent. En outre, les bruits aigus sont généralement bien plus gênants que les bruits graves…
Typiquement, une pièce silencieuse est à 30dB(A), le beep de démarrage d’un PC génère une point de 50dB(A) à 1 mètre et claquer des doigts à quelques centimètres d’un sonomètre engendre un niveau de 70dB(A) ou 55dB(A) à 1 mètre... Voici à titre indicatif quelques valeurs :
  • 0dB(A) : Laboratoire d'acoustique parfait
  • 10dB(A) : Studio d'enregistrement (seuil d'audition)
  • 20dB(A) : Chambre à coucher bien isolée
  • 30dB(A) : Appartement vide
  • 40dB(A) : Chuchotements
  • 50dB(A) : Conversation à voix basse, PC
  • 60dB(A) : Conversation normale
  • 70dB(A) : Restaurant
  • 80dB(A) : Rue active, voiture particulière
  • 90dB(A) : Gros camion, métro, scooter
  • 100dB(A) : Circulation intense, scie à ruban
  • 110dB(A) : Raboteuse, concert de rock
  • 120dB(A) : Voiture de formule 1, marteau - piqueur
  • 130dB(A) : Sirène à 1m, seuil de la douleur
  • 140dB(A) : Turboréacteur au décollage (à 30 m )
  • Les dB(A) étant logarithmiques, ils ne s’additionnent pas comme de simples nombres. Par exemple dans notre labo de test, le niveau sonore est de 30,8dB(A). Avec un premier PC hyper silencieux sous tension, le niveau monte à 33,3dB(A), ce qui signifie que le PC seul engendre 29.71dB(A). Notre machine de référence seule qui se compose d’un Athlon 64 3800+, une GeForce 7800 GTX, une Antec NeoPower et Samsung Spinpoint 120Go SATA pour ne citer que les éléments générateurs de bruits affiche le même niveau sonore : ~30dB(A). Quand les deux PC sont actifs, le niveau sonore total est de l’ordre de 35.5dB(A), ce qui en fait toujours une pièce assez calme. A partir de 35dB(A) à 1 mètre pour lui tout seul, un PC est bruyant…On utilise la formule suivante pour retrouver le bruit généré par un PC par rapport au bruit ambiant :

    10 x log (10 ^ bruit total /10 - 10 ^ bruit ambiant /10) = bruit source


    Tuniq Tower 120

    Maintenant que nous avons quelques notions sur le bruit, il reste à examiner nos trois systèmes de refroidissement. Le premier que nous avons reçu est le Tuniq Tower 120. Tuniq est une marque de Sunbeam dont nous avons récemment testé le boîtier Trio. Le Tower 120 est la dernière production de la marque en matière de refroidissement et le moins que nous puissions dire est que ce système en impose. Ses dimensions sont pour le moins généreuses 131 x 108 x 153mm (largeur x profondeur x hauteur) et son poids impressionnant de 950 grammes, ventilateur de 120 x 120 x 25 mm compris. Avec sa cinquantaine d’ailettes, il déploie une surface d’échange thermique de l’ordre de 5000 cm² soit l’équivalent d’approximativement 71 x 71 cm !
    Sa base en cuivre de 60 x 50 mm accueille trois heatpipes qui grimpent dans les ailettes dont les premières se situent à 55 mm. Ces trois heatpipes sont particulièrement bien orientés vu qu’ils sont espacés de 30 mm entre eux et qu’il y a 60 mm entre les deux branches du U. La chaleur est ainsi distribuée de manière très homogène dans la surface d’échange. La base ne bénéficie par contre pas d’une finition extraordinaire. L’état de surface est comparable à celui d’un ventilateur AMD box et les traces d’usinage sont visibles. En outre, Sunbem n’a pas jugé bon de protéger la surface par un film autocollant…
    La ventilation est assurée par un 120 mm dont la référence DFS125512M conduit vers Yate Loon et des articles de nos confrères. Celui-ci est équipé d’un connecteur 3 fils et d’un second à deux fils qui se branche sur un braquet avec un potentiomètre afin d’ajuster la vitesse de rotation de 1100 à 2000rpm.


    Le montage du Tower 120 se fait sur la carte mère hors du boîtier. Dans les cas des Socket 478 et 775, il faut remplacer une plaquette métallique spécifique au dos de la carte mère tandis qu’il suffit uniquement de démonter la partie supérieure dans le cas des processeurs AMD « K8 ». Il faut ensuite passer la pièce en H entre les heatpipes. Elle assure à la fois le centrage et la fixation de la base au reste du support via un ergot central. Enfin, il reste à serrer les deux (AMD) ou quatre (Intel) vis à main munies de leur ressort taré pour un contact optimal. Au chapitre des doléances, on notera que certaines cartes mères ont des petits composants au dos du Socket et que ces derniers tombent malheureusement parfois en vis-à-vis de la contreplaque métallique. La petite couche souple n’est à nos yeux pas toujours suffisante pour compenser la différence de hauteur et il existe un risque de les endommager… Toujours dans les points à surveiller, vu la taille du Tower 120, Sunbeam recommande un boîtier large de 190 mm au moins sans quoi le panneau risque de buter contre le haut du radiateur. Dernière remarque à propos du Tuniq Tower 120, la documentation est en anglais mais les illustrations sont claires et on peut aisément se passer des textes.



    Noctua NH-U9 et NH-12

    Noctua est une société autrichienne qui mise sur la qualité et le design dans le but de séduire les utilisateurs exigeants. Pour compléter ses NH-U9 et NH-12, Noctua est proche de Coolink le constructeur initial des célèbres ventilateurs Noiseblocker de première génération (avant que ce dernier ne se fournisse çà et là)… Pour les tests, nous avons donc utilisé les Noctua NH-U9 et NH-12 couplés respectivement à des Coolink SWiF 92mm et 120mm équipés d’un braquet avec potentiomètre. D’un point de vue design, les deux Noctua sont identiques, le plus petit ressemblant à un modèle réduit du gros à l’échelle ¾.
    Malgré qu’il soit destiné à accueillir un ou deux ventilateurs de 120mm, le NH-U12 semble bien petit à côté du titanesque Tower 120. Il affiche pourtant déjà de belles dimensions : 124 x 70 x 155 (largeur x profondeur x hauteur) sans ventilateur. Avec un 120mm, la profondeur monte à 95mm et même à 120mm avec deux. Au final, il développe une surface de l’ordre 3200 cm² (57 x 57 cm) soit 37% de moins que le Tuniq 120. Sa « petite » taille cache bien son poids vu qu’il affiche 718 grammes sur la balance (sans ventilateur).
    Le Noctua NH-U9 fait presque figure de jouet à côté des deux autres radiateurs. Sa taille est plus modeste avec une hauteur de seulement 128 mm, il s’accommode d’un plus grand nombre de boîtiers. Les dimensions totales du NH-U9 (95 x 70 x 128 mm) et ses 38 ailettes conduisent quand même à une surface d’échange importante de 2500 cm² (50 x 50 cm) soit seulement 21% de moins que le NH-U12 mais carrément la moitié de l’immense Tuniq Tower 120. En dépit de sa petite taille, il ne s’agit pas d’un poids plume vu qu’il approche les 600 grammes (592 pour être précis – sans ventilateur).
    Les NH-U9 et NH-U12 sont équipés d’une base de cuivre de 47 x 35 mm particulièrement bien finie : même si la surface ne fait pas encore miroir, elle reflète clairement les objets. En outre, le constructeur a pris soin de protéger la base par un autocollant. La partie supérieure de la base est un peu plus grosse car elle sert à fixer deux supports spécifiques au type de Socket. La chaleur est évacuée par 4 heatpipes en U mais ceux-ci ne sont pas répartis au mieux dans les ailettes. Ils sont en effet « collés » les uns aux autres…


    Les deux Noctua utilisent une contre plaque en métal à fixer au dos de la carte mère. Elle est spécifique à chaque support (LGA 775, Socket 478 ou Socket 940/939/754). Dans le cas des processeurs Intel, ce sont les mêmes pièces que celles livrées pour le Tuniq Tower 120. Il sera donc judicieux de vérifier si l’arrière du Socket est exempt de composants. Le montage est expliqué dans un tout petit manuel multilingue. L’installation est un peu plus longue étant donné qu’il faut fixer deux plaquettes à la base avant de monter le radiateur avec deux vis à ressorts tarés pour un contact et un serrage idéal (et sans dégâts).
    Le montage d’une Noctua nécessite encore la fixation d’un ventilateur. Afin de limiter les vibrations, deux supports autocollants sont livrés. Il faudra les coller au ventilateur avant le montage sur le radiateur via des fines tiges métalliques.


    Configuration de test

    Avec un Pentium Extreme Edition 955, il n’y a pas réellement besoin de forcer pour avoir des Watts à évacuer. Pour mettre le processeur en charge, nous avons lancé 2 instances de ScienceMark 2.0 étant donné que ce test exploite sans problème chaque core ainsi que l’HyperThreading.
    Pour les tests, nous avons réalisé les mesures à la vitesse minimale du ventilateur et à sa vitesse maximale. Dans le cas du Noctua NH-U9, il a fallu se contenter de la vitesse maximale sans quoi le Pentium EE 955 dépassait les 85°C.


    Niveau sonore
    A l’exception du HSF Intel box qui s’époumone à 4380rpm pour refroidir le Pentium EE 955 en charge, les trois autres systèmes de refroidissement opèrent à la vitesse fixée. Soit 1100rpm pour les deux 120mm et 1480rpm pour le 92mm du NH-U9. A noter que les mesures ont été faites à 80 cm du ventilateur, boîtier ouvert.


    Tempérure
    Au niveau des températures, les Tower 120 et NH-U12 sont assez proches. Il est vrai que vu leur surface d’échange et la taille du ventilateur, l’évacuation de la chaleur n’est pas un réel problème. De prime abord, nous attendions une certaine domination du Tower 120 vu sa surface très généreuse et ses 3 heatpipes bien dispersés. D’un autre côté, sa base est moins bien finie, ce qui peut légèrement brider les performances. Si le Tower 120 cède 1°C en charge au NH-U12, il est aussi un rien moins bruyant. Au repos, c’est même l’inverse, tout en étant plus silencieux, le Tuniq maintient une plus faible température. Bien entendu, c’est surtout sur les tests en charge qu’il faut se pencher ! Quoi qu’il en soit, il ne faut pas perdre de vue que le NH-U12 est nettement plus compact que le Tower 120, ce qui le conduit quand même à un rendement assez exceptionnel.
    Le petit Noctua a un peu de mal à refroidir le Pentium EE 955. Il ne court d’ailleurs pas dans la même catégorie que les deux géants. Avec une température de 81°C contre 77°C pour le radiateur box, on serait tenté de dire qu’il ne vaut pas le détour. Ce serait vite oublier son niveau sonore de seulement 32.6dB(A) contre presque 50dB(A) – un enfer sonore – pour le système d’origine Intel.


    A fond les 120mm !

    Nous avons aussi poussé les deux « grandes tours » à plein régime, ce qui se traduit par une vitesse de 2000rpm tant pour le NH-U12 que pour le Tower 120. A une telle cadence, ce dernier devient très bruyant, affichant 46.8dB(A). Le bruit est en très grande partie lié à la conception même du radiateur qui englobe le ventilateur. L’effet de sirène se fait ressentir tant à l’aspiration qu’à l’extraction. Avec 40dB(A), le NH-U12 n’est pas non plus un modèle de discrétion quand son ventilateur est à plein régime. Au repos, les deux systèmes maintiennent le Pentium EE 955 à 51°C. C’est que le bougre chauffe rudement bien ! En charge, le Tower 120 maintient la température à 67°C soit trois degrés de moins que le NH-U12 (70°C). Compte tenu des gains de température en regard de l’augmentation du niveau sonore, on ne considérera guère ces résultats… A moins bien entendu de n’avoir aucune attention au silence de fonctionnement.


    Conclusion

    Si on fait intervenir le prix, le Tuniq Tower 120 commercialisé à ~50€ ventilateur compris est certainement une excellente affaire. A ~1000rpm, il est un peu plus silencieux que le NH-U12 et on oubliera vite le petit degré qu’il cède à son concurrent en charge. Très efficace également surtout si on considère son encombrement plus modeste (bien que les têtes des heatpipes dépassent d’un bon centimètre la dernière ailette), le NH-U12 est proposé à ~50€ mais sans ventilateur. Il bénéficie donc d’un moins bon rapport prix/performances. Même si on ne peut oublier sa finition plus soignée… Le Noctua NH-U9 souffre malheureusement d’un prix comparativement très élevé de l’ordre de 45€ sans ventilateur. Bien entendu, il peut miser sur sa taille nettement plus « passe partout » et s’impose aussi au niveau sonore face aux deux autres. Il fait en tout cas des merveilles sur les processeurs les plus courants. Quant aux ventilateurs Coolink recommandés par Noctua, ils sont particulièrement silencieux et leur potentiomètre monté sur un braquet est bien pratique. Hélas, le moyeu du 120mm émet un bruit peu agréable et plus marqué que le Yate Loon du Tuniq Tower 120.

    De manière globale, ces trois "tours" ont donné des réssultats au dessus de nos attentes...

    Tuniq Tower 120 : 9/10
    Pour :
    Rapport prix/performances/silence très intéressant, ventilateur correct livré, potentiomètre sur braquet
    Contre : Encombrement, accès aux vis, insertion de plaquette en H


    Noctua NH-U12 : 9/10
    Pour :
    Finition de la base et de l'ensemble, rendement, autocollant anti vitrabrations, support de 2 ventilateurs
    Contre : Ventilateur non fourni


    Noctua NH-U9 : 8.5/10
    Pour :
    Rapport performances/encombrement, très silencieux avec un 92mm, autocollant anti vitrabrations, support de 2 ventilateurs
    Contre : Ventilateur non livré, prix élevé
    Mise à jour le Mardi, 10 Novembre 2009 20:23