Home Tests Hardware Maxtor DiamondMax 10 vs Western Digital Caviar SE : SATA-II et NCQ ?

Maxtor DiamondMax 10 vs Western Digital Caviar SE : SATA-II et NCQ ?

Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 4
MauvaisTrès bien 
Écrit par Pascal Thevenier   
Jeudi, 04 Mai 2006 11:51
Malgré une situation financière peu enviable, Maxtor est bien présent sur le marché des disques durs. Alors que les disques Hitachi, Western Digital et Seagate sont loin d’être présents dans toutes les boutiques, il est presque impossible de ne pas pousser une porte et se voir proposer un modèle Maxtor… Pour une fois, un Western Digital WD200 était présent au beau milieu des Maxtor DiamondMax 10 ! Sans chercher plus de détails, les deux disques sont embarqués. Après tout, c’est l’occasion de voir comment installer un disque dur SATA et « d’activer » le SATA-II, voire le NCQ. Sans prétention, il nous reste à opposer les Maxtor DiamondMax 10 et Western Digital WD200…


C’est pas le bon…

L’installation des disques durs SATA est des plus simples. Pas besoin de chercher un quelconque cavalier pour mettre le disque en master ou en slave. Il suffit juste de brancher le connecteur SATA et l’alimentation. Par contre, côté carte mère, il y a lieu d’examiner soigneusement quel port utiliser sur la carte mère. Le plus simple est d’utiliser un connecteur SATA directement géré par le chipset. Dans le cas de notre configuration de test à base d’A8N-SLI Premium, ce sont les ports de couleur rouge. En l’absence de sélection master et slave, mieux vaut quand même s’en tenir à « peupler » le contrôleur du port 1 au port 4. Il faut quand même noter que même si chaque disque est master, les ports SATA du nForce4 sont regroupés en deux contrôleurs dotés de deux ports.
Une fois les deux disques connectés en complément du Samsung SpinPoint qui nous sert de référence, un rapide passage dans le gestionnaire de périphériques permet de vérifier le mode de fonctionnement de chaque disque. A condition d’avoir installé les pilotes IDE livrés dans le package de pilotes nForce4, deux « NVIDIA nForce4 Serial ATA Controller » sont présents. Dans le cas contraire, le gestionnaire de périphériques affiche trois « Contrôleurs IDE standard double canal PCI ».


En double cliquant sur chaque « NVIDIA nForce4 Serial ATA Controller », les onglets « Primary Channel » et « Secondary Channel » affichent le mode de connexion de chaque disque dur. On remarque alors que le Western Digital WD200JS-22MHB0 est un disque SATA-II mais sans NCQ alors que le Maxtor DiamondMax 10 6L200M0 est un modèle SATA de première génération mais avec NCQ.



Tester SATA-II et NCQ…

Nos disques supportant finalement des fonctionnalités différentes, l’idée est donc venue de vérifier ce qu’apportait alors le passage au NCQ et au SATA. Nous avons donc ajouté notre Samsung SpinPoint HD160JJ qui lui supporte le SATA II et le NCQ. Par contre, malgré la possibilité de forcer le mode SATA 1.5G ou 3G, le Samsung semble passer outre cette sélection manuelle. Au final, nous voici donc avec un panel quelque peu hétéroclite !
Qu’à cela ne tienne, nous allons vérifier si le SATA-II apporte bien un meilleur débit en burst et si le NCQ donne bien un gain en utilisation « réelle ». Avant de plonger dans les tests, il y a lieu de rappeler qu’il existe deux grands types de tests pour les disques durs : en mode continu ou séquentiel, le logiciel teste en lecture et/ou écriture du début à la fin du disque. Ce dernier n’est pas très représentatif d’un usage réel mais ce genre de mesure permet de visualiser comment évolue le taux de transfert sur la totalité du disque. Des tests comme HD Tune ou HD Tach que nous avons retenus sont parfaits pour ce genre de mesure. Une autre façon de tester un disque est de lire et/ou écrire des fichiers situés à différents endroits. Le test est alors plus représentatif d’un usage réel par exemple lors du chargement de l’OS ou de programmes. C’est le cas de Sandra ou de TestLab. Enfin, il ne faut pas oublier le temps d’accès qui peut lui aussi être mesuré de différentes manière : moyen, minimum ou maximum.



Configuration de test

Matériel
  • Asus A8N-SLI Premium
  • AMD Athlon 64 X2 4200+
  • 2 x 512Mo DDR400 2226
  • Galaxy GeForce 7800 GTX
  • DiamondMax 10 6L200M0, Western Digital Caviar SE WD200JS-22MHB0 et Samsung SpinPoint P120 HD160JJ
  • ViewSonic VP171s

    Logiciel
  • Windows XP Pro + SP2
  • ForceWare 84.21
  • nForce4 AMD 6.70 WinXP2K international
  • Simply Software HD Tach 3.0.1
  • SiSoftware Sandra Professional 2004.SP2b


    SATA I vs SATA II

    Etant donné que le Maxtor est limité au SATA I et que le Samsung n’en fait qu’à sa tête, il n’est possible que d’examiner le comportement du Western Digital. Avec HD Tach, le temps d’accès et le taux de transfert moyen ne changent pas. Seul le débit burst, grimpe de 130,5 Mo/s à 170,9 Mo/s soit un gain de 31%. Le mode burst ne dure hélas que le temps de remplir ou vider le cache. A raison de 8 Mo, ce mode dure 0,047 seconde en SATA II contre 0,062 secondes en SATA I…



    Avec les tests de Sandra, on remarque aussi que les indices en mode burst du Western Digital grimpent tandis que tous les autres restent inchangés. Est-il nécessaire de souligner que le SATA-II n’apporte franchement pas grand-chose ?


    Avec ou sans NCQ ?

    Ici, nous avons été en mesure de tester l’impact du NCQ sur le Samsung et sur le Maxtor. Avec HD Tach, on n’observe aucun changement de performances avec le SpinPoint. Par contre, le Maxtor gagne une ms en temps d’accès, ce qui est énorme. Voire « trop important » par rapport aux annonces faites à propos des gains liés à cette technologie.



    Sous Sandra, le comportement du Samsung reste invariable. A se demander si ce mode est bien actif !? Avec le Maxtor, il y a de quoi se poser des questions. L’activation du NCQ augmente significativement le taux de transfert en burst et allonge le temps d’accès. Le pire est que sans installer aucun pilote pour le nForce4, ce disque obtient de meilleurs taux de transfert (ceux reportés en mode NCQ) et des temps d’accès plus faibles (9ms). De plus, le phénomène se produit dans Sandra et dans une moindre mesure avec TestLab ! Alors, qui est le coupable : les pilotes nForce4 ou le disque Maxtor ou la combinaison des deux ? Ce n’est pas la première fois que Maxtor et nForce ne font pas bon ménage. Quant aux gains du NCQ, ils semblent bien difficiles à mettre en évidence sur le Samsung. Une chose est certaine, quand les gains attendus sont comparables aux erreurs de mesures, ils sont durs à mettre en évidence. Et tout simplement non significatifs.


    Mais alors ?

    Il est amusant de noter que c’est le Western Digital qui affiche le meilleur temps d’accès et les meilleurs taux de transfert excepté en burst où il s’incline devant le Samsung. Ce sont aussi les Western Digital et Samsung qui chauffent le moins (42°C contre 44°C pour le Maxtor). Au niveau sonore, c’est encore Western Digital qui s’affiche en première position avec 44 dB(A) contre 45 dB(A) Samsung et 48 dB(A) pour le Maxtor… En terme de capacité formatée, nos deux disques de 200 Go sont bien entendu en dessous de la valeur annoncée étant donné que les constructeurs comptent 1 Go = 1000Mo et non 1024 Mo. Le Western Digital affiche 186.31 Go soit 3.61 Go de moins que le Maxtor DiamondMax 10 et ses 189.92 Go. On notera également que ni Western Digital ni Maxtor ne communiquent sur le nombre de plateaux et de têtes utilisés dans leurs disques. Par contre, il bénéficient tous les deux de trois années de garantie. On retiendra la présence des alimentations SATA et Molex sur le Western Digital alors que le Maxtor ne propose plus que la prise Molex.



    Conclusion

    Que penser de ce micro comparatif ? Deux choses : SATA-II et NCQ sont loin de présenter un intérêt significatif*. En effet, alors que le Samsung Spinpoint utilise le SATA II et le NCQ, il est moins performant que le Western Digital Caviar. Qui plus est, celui-ci chauffe moins et se montre le plus silencieux du lot… Un comble quand on sait que Western Digital est réputé pour ses disques bruyants ! Evidemment nous n’avions pas de Seagate à lui opposer. Quant au Maxtor, c’est clairement le moins bon élève surtout avec un chipset nForce4. Il semble en effet moins performant quand les pilotes sont installés et se comporte alors de manière assez erratique selon les tests. De quoi passer de longues soirées d’inquisition à comprendre des « pourquoi et comment ». De plus, c’est le moins performant, le plus chaud et le plus bruyant. Une chose est certaine, ce mini test nous laisse nous-même sur notre faim ! Un comparatif de modèle 250Go, nettement plus avantageux d’un point de vue prix par Go semble s’imposer.


    * Surtout en tenant compte qu’Hitachi livre par défaut ses disques configurés en mode SATA-I et que les Maxtor SATA-II posent de nombreux problèmes avec les nForce4…
  • Mise à jour le Mardi, 10 Novembre 2009 20:23