Home Tests Hardware Passer en AHCI, vraiment la galère ?

Passer en AHCI, vraiment la galère ?

Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 719
MauvaisTrès bien 
Écrit par Pascal Thevenier   
Lundi, 21 Avril 2008 17:28
Depuis le lancement de l’interface SATA courant avril 2003, les contrôleurs intègrent en option un « nouveau » mode de fonctionnement appelé AHCI ou Advanced Host Controller Interface. Ce mode de fonctionnement particulier permet d’exploiter les fonctionnalités introduites par l’interface SATA comme « Native Command Queuing » ou encore le « Hot Plug ». Lors de l’introduction de l’interface SATA, les disques disponibles n’ont guère mis en évidence les possibilités de ce mode et les gains de performances étaient assez anecdotiques. En outre, la majorité des cartes mères sont réglées par défaut en mode « Compatible » et activer l’AHCI dans le BIOS sur un système déjà installé se solde par un écran bleu au chargement de Windows XP ou de Windows Vista… Baignant dans un grand flou artistique, l’AHCI est pourtant plus que mature et apporte de réels gains de performances !

SATA = AHCI ?

La réponse est claire : non ! Depuis l’ICH5, les contrôleurs Intel disposent d’une interface SATA mais seuls les ICH6 et suivants en version R (pour Raid) et M (Mobile) ainsi que quelques variantes spécifiques intègrent le support de l’AHCI. Intel le précise clairement sur son site mais cette information n’est pas connue de tous… Ce manque de clarté a d’ailleurs contribué à entretenir un certain flou autour de la technologie qui a rapidement été jugée comme un peu « mystérieuse ». En effet, tenter d’installer Windows XP sur une machine configurée en AHCI se solde par un écran bleu dès le premier redémarrage de la procédure d’installation. Sur un OS déjà installé, même Windows Vista, changer le mode de fonctionnement du contrôleur de « compatible » à AHCI dans le BIOS se solde également par un écran bleu lors du chargement…


Le NCQ est un des avantages liés à l'AHCI


Pourquoi tant de problèmes ?

Les contrôleurs supportant le mode AHCI peuvent fonctionner en mode « compatible » pour des raisons de … compatibilité. Dans ce denier mode, ils se comportent comme un contrôleur IDE totalement conventionnel. Windows les reconnaît d’ailleurs en tant que tels et utilise ses drivers internes pciide.sys et atapi.sys pour les piloter. Il suffit de se rendre dans le gestionnaire de périphériques pour s’en rendre compte. En mode AHCI, le pilote nécessaire dans le cas des ICH d’Intel est iaStor.sys. Ce fichier n’est pas compris dans Windows XP SP2 mais bien dans Windows Vista. Pour installer Windows XP en mode AHCI, il faut passer par l’ajout de pilote en pressant F6 lors de l’installation ou avoir préalablement intégré le pilote dans le dossier i386. Avec Windows Vista, du moment que le contrôleur est configuré en AHCI à l’installation, il n’y a pas de problème.
Dans la base de registre de Windows, les contrôleurs de disques sont repris dans une section spécifique dont le nom de la clef est évocateur : CriticalDeviceDatabase. En changeant dans le BIOS le mode de fonctionnement du contrôleur, Windows tente d’utiliser le contrôleur de disque avec le pilote repris dans la base de registre. Comme les mode « compatibles » et AHCI demandent des pilotes totalement différents, le contrôleur ne répond pas si les demandes sont envoyées via un driver non adapté. Il faut également savoir que les pilotes du contrôleur de disque sont des pilotes « en mode texte ». Cette appellation fait référence à Windows XP et aux versions antérieures où leur installation (via F6 dans le cas de Windows XP) se fait dans la partie non graphique de l’installation, la partie dite « texte ». Ils ne sont donc pas aussi « Plug and Play » que tous les drivers installés par la suite. La modification de ce type de pilote reste donc une opération plus délicate. Il faut « prévenir » préalablement l’OS que le pilote va être modifié.


L’AHCI en vaut-il la peine ?

Avec une carte mère et des disques récents, la réponse est claire : oui ! Lors de notre comparatif de disques durs, nous avons testé des disques en mode compatible et en mode AHCI, les gains lors du chargement des applications ou en utilisation réelle sont bien présents et significatifs. Le taux de transfert lors du chargement des applications ou du démarrage de Windows peut progresser de 10 à 20%. Ces gains étant totalement « gratuits », il serait dommage de s’en passer d’autant plus que le disque dur est souvent considéré comme un des composants les plus lents du système.


Des contreparties ?

Si les gains sont bien présents, le passage en AHCI a certains revers. En effet, dans de nombreux cas, les unités optiques SATA ne sont plus bootables. Il est difficile d’identifier un coupable : le mode du AHCI lui-même, le BIOS de la carte mère, le graveur et/ou son frimware, le secteur de boot, etc.
Un membre de notre forum signale également un problème lors de l’enregistrement de musique avec le logiciel Samplitude. Une fois par heure, iastor.sys occupe le processeur entre 20 et 60% pendant une fraction de seconde et génère une erreur d’enregistrement du flux audio. Le problème serait bien connu dans le monde de l'audio pro.


En pratique…

Attention : Ne tentez pas cette opération sur une configuration en RAID. Faites un backup de vos données avant de vous lancer dans les manipulations à chaud. En cas de problèmes, revenez aux anciens réglages du BIOS et utilisez F8 au démarrage de Windows pour utiliser : Dernière bonne configuration connue.

  • Windows XP/Vista : Passer en AHCI à chaud !

    Il a été écrit beaucoup de choses sur le passage en AHCI. Il est d’ailleurs courant de lire que ce changement nécessite une réinstallation de Windows, ce qui n’est pourtant pas obligatoire. La procédure qui suit explique comment passer du mode « compatible » au mode AHCI sous Windows XP avec un ICH9R. La procédure est comparable pour tout autre contrôleur et/ou sous Windows Vista. Avant de procéder, vérifiez si le contrôleur de votre carte mère supporte bien le mode AHCI.

    Il faut télécharger Intel® Matrix Storage Manager et extraire les pilotes avec le paramètre –a. Les pilotes seront décompressés dans le dossier C:Program FilesIntelIntel Matrix Storage Managerdriver.


    Si vous avez installé l’Intel® Chipset Software Installation Utility, c'est-à-dire le pilote pour les chipsets Intel, vous avez dans le gestionnaire de périphériques : Intel® ICH9 Family 2 port Serial ATA Storage Controller 2 et Intel® ICH9R/DO/DH 4 port Serial ATA Storage Controler 1.



    Dans les propriétés Intel® ICH9R/DO/DH 4 port Serial ATA Storage Controler, choisissez l’onglet pilote et Mettre à jour le pilote…


    Il faut procéder à une installation manuelle du pilote en sélectionnant : Installer à partir d’une liste ou d’un emplacement spécifié (utilisateurs expérimentés).


    L’opération est totalement manuelle : Ne pas rechercher. Je vais choisir le pilote à installer.


    Windows propose un contrôleur générique ou de réinstaller le pilote actuel. Il faut cliquer sur Disque fourni…


    Avec la commande Parcourir, donner l’emplacement C:Program FilesIntelIntel Matrix Storage Managerdriver.



    Vous devez choisir manuellement le pilote à installer. Ici, il s’agit de l’Intel® ICH9 SATA AHCI Controler. En cas de doute, vous pouvez utiliser CPU-Z qui affiche le nom du Southbridge dans l’onglet Mainboard. L’utilitaire permet de mettre en rapport le nom spécifique du contrôleur comme « 82801IR » avec ICH9R…


    Windows se montre un peu contrarié par votre choix… Si vous êtes sûr de vous, cliquez sur oui !

    Le système demande un redémarrage qu’il suffit d’accepter. Lors de ce reboot, il faut passer par le BIOS et modifier le mode de fonctionnement du contrôleur en AHCI sans quoi, Windows XP affiche un bel écran bleu et reboot !


    Byebye les vieux contrôleurs IDE, bonjour le nouveau contrôleur SATA AHCI !


  • Injecter le pilote dans Windows XP

    Avec l’utilitaire nLite, il est très facile d’intégrer le pilote de l’ICH9 (et d’autres) pour disposer d’un nouveau CD qui permet une installation automatique en mode AHCI sans avoir besoin de passer par F6 et un antique lecteur de disquettes.

    Téléchargez et installez nLite ainsi que Microsoft .Net nécessaire à son fonctionnement. Insérez votre CD-ROM de Windows XP dans un lecteur et lancez nLite. Le logiciel demandera le chemin de Windows XP, donnez-lui celui du lecteur optique qui contient le CD. Ensuite, fournissez-lui un dossier (peu importe le nom) où il copiera l’intégralité du CD-ROM.


    Cliquez deux fois sur suivant pour arriver à l’étape de sélection des tâches. Ici, nous allons simplement injecter des pilotes et créer un nouveau CD. Il suffit donc d’activer Pilotes et ISO bootable.


    Les pilotes AHCI s’intègrent via l’option Dossier pour plusieurs pilotes. Utilisez parcourir pour accéder au dossier où vous avez décompressé Intel® Matrix Storage Manager. Dans notre exemple, le dossier a été déplacé dans un autre dossier sur D.


    Les drivers AHCI sont dans le fameux mode Pilote en mode texte évoqué précédemment dans l’article. Sélectionnez les pilotes dont vous avez besoin pour votre contrôleur. Pour l’ICH9 en AHCI, seul le dernier suffit mais tant qu’à faire…


    nLite affiche le résumé des pilotes qui seront intégrés. Il reste à suivre l’assistant qui proposera ensuite de graver un CD-ROM de Windows XP avec les pilotes intégrés ou de créer une image sans la graver. Si vous préférez uniquement conserver le dossier i386 avec les nouveaux pilotes, il suffit de récupérer celui qui se trouve dans le dossier de travail donné au début de l’assistant de nLite.

    Le CD permet d'installer directement Windows XP sur un système équipé d'un ICH9R réglé en AHCI.
  •