Home Tests Mobilité 5 netbooks de plus : Vostro, eCAFE, 1002HA, NB100 et S10e

5 netbooks de plus : Vostro, eCAFE, 1002HA, NB100 et S10e

Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 
Écrit par Pascal Thevenier   
Mercredi, 11 Février 2009 18:01

En informatique, la saga netbook ressemble aux séries américaines qui inondent les chaînes de télévision. Après un épisode pilote pour tâter le terrain, il reste à voir si la mayonnaise prend... Dans notre petit monde, le pilote s’appelle Asus EEE PC 700. Il est arrivé en import dès le début 2008 mais la série n’a réellement débuté qu’avec l’EEE PC 900 commercialisé au début de l’été dernier. D’un gadget pour geek nomade, le netnook est rapidement devenu un phénomène de société et comme toute nouvelle vedette, il a eu droit au chapitre dans les journaux télévisés ainsi que dans la presse non spécialisée. Un tel raz de marée ne s’était plus produit depuis l’avènement des PDA. Aujourd’hui, tous les constructeurs se sont lancés dans la course aux netbooks. Mais peuvent-ils tous courir pour le titre du meilleur netbook ?




Un marché dur à suivre…

Dans notre premier dossier consacré aux netbooks, nous avons brossé un petit historique des minis portables de première et seconde génération. Dès août 2008, les Acer Aspire One, Asus EEE PC 1000H, MSI Wind ainsi que le Medion Akoya Mini connaissent un succès fulgurant. Ils corrigent les défauts – rédhibitoires pour le grand public – dont souffraient les premier netbooks : écran trop petit (7 pouces), résolution trop faible (800x480), capacité de stockage trop limitée (SSD de 4 à 8 Go) et clavier étriqué. Le succès des netbooks a clairement incité tous les autres constructeurs à se ruer sur ce marché en plein essor. Mais avec un retard important sur les pionniers. Pendant que les retardataires préparaient leur cahier des charges, le public – très versatile – avait déjà d’autres exigences ! Au grand dam des premiers acheteurs qui ne juraient que par leur EEE PC 700, le netbook type est devenu une « grosse machine » avec un écran de 10 pouces, un clavier confortable et un disque dur de 160 Go. En août, nous (NDRL : comme une grande partie de la presse spécialisée) étions très critiques sur l’autonomie et force est de constater que les constructeurs ont été à l’écoute. Acer et MSI ont suivi Asus en dotant (certains de) leurs netbooks de batteries six cellules afin de garantir une autonomie digne de ce nom. Il n’est donc pas étonnant de constater dans des forums tels que celui de Blogeee.net que les Asus 1000H et Samsung NC10 soient les modèles les plus populaires.


Le netbook unique ?

D’un point de vue technologique, les netbooks sont d’un commun mortellement ennuyeux ! Et oui, la recette est toujours la même : Intel Atom N270 à 1,6 GHz, chipset i945GSE, 1 Go de DDR2 et disque dur 160 Go ou SSD. La connectique et les fonctionnalités sont logées à la même enseigne : wifi (g ou n), 2 à 3 ports USB 2.0, webcam (0,3 ou 1,3 Mpixel), sortie VGA, port Ethernet, micro, entrée et sortie audio, Bluetooth (sur certains modèles) et parfois un port ExpressCard.


Les netbooks peuvent cependant être classés en deux grandes familles. Ceux équipés d’un écran de 10 pouces sont plus polyvalents et offrent un confort d’utilisation correct. Les modèles équipés d’un écran de 9 pouces mettent la priorité sur la mobilité mais il faut composer avec un clavier petit et peu pratique. Entre les deux, il faut signaler l’Acer Aspire One : il est plus grand que la moyenne des 9 pouces (sans être aussi gros qu’un 10 pouces) mais son clavier est vraiment un des meilleurs…

Même si les 10 pouces – entendez par là les claviers confortables et les disques durs – règnent en maître, les 9 pouces ne devraient pas disparaître mais constituent déjà un « marché de niche ». Cette évolution s’explique simplement : si les premiers netbooks étaient prévus pour « seulement » se connecter à Internet, beaucoup les utilisent comme juke-box mp3 et lecteur DivX mais aussi pour la prise de notes durant les cours. Ces usages nécessitent un disque dur, un écran et un clavier agréables… En outre, la simple consultation de mails et le surf « basique » sont à la portée des smartphones (iPhone en tête), eux aussi en plein essor.


Cinq de plus !

Avec cinq nouveaux netbooks épinglés à notre tableau de chasse, le total des machines testées monte à 15… En moins de six mois ! Tester autant de netbooks nous permet d’avoir un regard très critique sur de nombreux points, notamment en ce qui concerne le silence, la mobilité, l’ergonomie et l’autonomie. Comme dans les dossiers précédents, chaque netbook fait l’objet d’une critique spécifique (selon le même schéma) et d’une comparaison thématique… Nous tenons à remercier Rue Du Commerce pour le prêt des netbooks.


Caractéristiques

Ne cherchez pas la moindre nouveauté au niveau des spécifications. Comme nous l’avons déjà écrit, un netbook reste un netbook… Si Bluetooth se généralise, les reproches sont déjà de sortie. Ainsi, les Toshiba NB100 et Hercules eCAFE ne proposent aucun système de restauration de l’OS. Un peu mieux loti, le Lenovo S10e profite d’une partition de restauration. Le Dell Vostro A90 est un peu atypique car il est livré avec un CD de Windows XP OEM, un CD de pilotes et un dernier avec les utilitaires. Quant au 1002HA, il est choyé avec un DVD de restauration et une housse de transport (comme le 1000H). On peut signaler une paire d’autocollants pour personnaliser l’eCAFE.


Quid du contenant ?

Il semble aujourd’hui important d’inclure une note « écologique ». Nous avons donc examiné les emballages des netbooks... Dell remporte la palme avec un emballage totalement en carton (recyclé en grande partie). Asus n’utilise également que du carton mais du carton noir de qualité (du plus bel effet soit dit en passant). Dell et Asus ont aussi les emballages les moins volumineux. Les boîtes des Hercules et Toshiba ont quelques éléments en plastique et ce sont les plus grosses... Elles sont aussi très attractives visuellement : des caractéristiques peu écologiques pour tenter de se démarquer en rayon… C’est d’autant plus vexant que ces boîtes sont « pleines de vide »... Lenovo est bon dernier avec beaucoup trop de composants plastiques même si la boîte elle-même n’est pas des plus encombrantes.




Performances

Commençons par le plus simple : les performances. Avec les mêmes composants internes au disque dur près, il n’y a pas de surprise. Les performances de nos cinq protagonistes sont vraiment similaires. A noter que seul le Dell fait appel à un SSD. Ses performances sont bien meilleures que celles des premiers SSD catastrophiquement lents. Cependant, avec seulement 8 Go, on se sent vite à l’étroit… L’eCAFE étant livré avec une version de Linux et aucun média de restauration, nous n’avons pas été en mesure de le tester sous Windows XP (la machine devant encore passer chez des confrères).



Autonomie

Malgré un utilitaire de gestion de l’énergie assez abouti, le Lenovo S10e déçoit avec un peu plus de 2 heures d’autonomie. Il ne fallait cependant pas s’attendre à mieux avec une batterie 3 cellules. La batterie 6 cellules fait du eCAFE un véritable « Quasimodo » mais elle lui permet de dépasser les 5 heures d’autonomie. Le Dell, l’Asus et le Toshiba ont une batterie 4 cellules mais seul le Vostro dépasse les 4 heures sur batterie. L’Asus 1002HA et le Toshiba NB100 approchent des 3 ¾ heures.



Adaptateur secteur…

Au niveau des adaptateurs, Asus est le seul à proposer une prise compacte coudée côté netbook, un adaptateur aussi petit que léger et une prise secteur bipolaire peu encombrante. De plus, la prise se trouve à l’arrière du 1002HA, ne gênant ainsi ni les gauchers ni les droitiers (lors de l’utilisation d’une souris externe). Asus signe donc un sans faute. Hercules et Dell ont retenu un adaptateur façon téléphone portable mais n’ont pas eu la présence d’esprit d’utiliser une prise coudée côté netbook… Idée que Lenovo a mise en pratique mais en affublant la prise secteur d’une mise à la terre inutile. Toshiba emploie aussi une grosse prise trois pôles. Mais côté netbook, on apprécie le connecteur d’alimentation placé à l’arrière qui n’occasionne aucune gêne.

Les avis divergent rapidement dès que les adaptateurs de type téléphone portable sont évoqués. S’ils sont compacts quand la prise est roulée, il peuvent se montrer encombrants une fois branchés dans une prise murale. A l’inverse, la solution d’Asus (à nos yeux la meilleure), ne pose aucun problème dans la prise murale. Lors des transports, il est facile de mettre l’adaptateur dans le fond de la housse et le netbook « par-dessus »…


Châssis = glossy

Raz le bol du gloss ! Ce genre de finition attire les traces de doigts et même les utilisateurs soigneux se retrouvent avec des appareils griffés. Les Dell, Hercules et Toshiba sont les incarnations mêmes de cette mode du kitch brillant qui n’a pour but que d’attirer le chaland en grande surface… Le Lenovo S10e avec sa finition noire très classique et l’Asus 1002HA en métal brossé du plus bel effet sont bien plus agréables au quotidien.


Côté disposition des ports, le Toshiba NB100 et l’Hercules eCAFE partagent la même erreur de conception avec les entrée et sortie audio juste devant le repose poignets… Placée en plein milieu du flanc gauche, la prise d’alimentation du S10e empêche une bonne prise en main lorsqu’il est connecté au secteur. Nous avons apprécié le placement des ports « encombrants » à l’arrière sur les NB100 (Ethernet et VGA) et 1002HA (VGA).


D’un point de vue esthétique, l’Asus 1002HA a recueilli les suffrages de toutes les personnes de passage à la rédaction…. Et l’Hercules, toutes les critiques ! La raison principale est la batterie qui surélève l’arrière et le rend difforme. Accessoirement, on peut se demander ce qui a poussé Hercules à utiliser un capot arrondi en plastique granuleux et peu rigide... Dur de faire plus désagréable ! Le petit Dell A90 est aussi jugé sympathique tandis que les S10e et NB100 manquent de « personnalité ».


Silence dans la salle !

Impossible de battre le Dell qui n’a aucune pièce mobile et est donc totalement silencieux. De plus, il chauffe peu, même en charge ! L’Asus 1002HA est aussi discret que le 1000H et EEEctl permet de contrôler son ventilateur. Il est donc possible de forcer un fonctionnement passif… Cerise sur le gâteau, le disque est isolé dans un berceau en silicone. Une excellente initiative habituellement réservée aux portables. La troisième place revient au Toshiba NB100 équipé d’un bouton qui coupe le ventilateur mais bloque l’Atom à 800 MHz. En activité, le NB100 et le S10e sont audibles et le ventilateur accélère bien trop souvent à notre goût mais ils chauffent peu. L’Hercules est le plus bruyant (ventilateur et disque dur) et le plus chaud du lot…


Asus EEE PC 1002HA
Châssis et Mobilité

L’Asus 1002HA est livré dans une boîte noire et présenté tel un bijou dans un écrin. Difficile de ne pas tomber sous le charme de la machine une fois sortie de sa housse. Avec son design soigné, le 1002HA ressemble vraiment à un mini « portable tendance ». Le dessus de l’écran en métal brossé et son châssis (en plastique noir mat) lui donnent une très bonne rigidité. Les charnières bien que de petite taille sont à la hauteur : l’écran ne bouge pas ! Il est même assez dur à ouvrir en raison de leur fermeté mais aussi du « manque de prise » au niveau du capot de l’écran.


Avec un poids de 1 ¼ kilo, le 1002HA ne fait pas partie des poids plumes sans pour autant tomber dans la catégorie poids lourds comme le 1000H. La différence de poids vient de la batterie 4 cellules et plus légère qui fait tomber l’autonomie à un peu plus de 3 ½ heures. Heureusement, Asus conserve son chargeur compact et léger (200 grammes, prise bipôles). A l’usage, on apprécie toujours la prise coudée d’autant plus qu’elle est à présent située à l’arrière du netbook.


Ergonomie & périphériques
Comme tous les netbooks Asus, le 1002HA utilise un touchpad multitouch signé Elantech. Logé au milieu d’un repose poignets en métal brossé, il prend en charge des gestes à 2 et 3 doigts. La surface est de bonne taille et très lisse mais « les » boutons sont moins pratiques que sur le 1000H. En outre, le clavier conserve un défaut connu : la touche « shift droite » est trop à droite… Le 1002HA n’a plus de boutons programmables mais reçoit une led témoin pour le verrouillage des majuscules.


Les enceintes sont dans la moyenne et il n’y a rien à redire au sujet de la webcam. Le 1002HA conserve le micro stéréo introduit par les EEE PC 901 et 1000H. L’écran est agréable, même s’il s’agit d’une caractéristique assez commune des netbooks. Le cadre brillant autour de l’écran est la seule partie « gloss » du 1002HA. Enfin un mini PC qui n’est pas un aimant à traces de doigts !


Technologie & utilisation
Le 1002HA se différencie des autres EEE PC sur le plan technologique. Bien que reposant sur le trio traditionnel Atom, 945GSE et ICH7m, sa conception interne est plus proche de celle d’un portable. La sortie d’air se trouve à l’arrière, ce qui le rend très discret. A noter qu’il est possible de piloter la fréquence de l’Atom et la vitesse du ventilateur via EEEctl (qui peut fonctionner en même temps que Super Hybrid Engine comme sur le 901). Discret, le 1002HA peut devenir totalement passif... Les bidouilleurs apprécieront ! Autre nouveauté, le disque dur est monté dans une capsule en silicone et est à peine audible. Equipé du 801.11n et de Bluetooth, le 1002HA fait vraiment partie des netbooks les plus complets. La batterie est logée sous le repose poignets. Du coup, le 1002HA n’a jamais tendance à basculer même quand l’écran est ouvert au maximum. En contrepartie, il ne sera pas possible de monter une batterie plus grosse…


Bilan Asus 1002HA
Le 1002HA bénéficie d’un design très soigné et ressemble vraiment à un portable miniature… Si son design est assurément un de ses points forts, le 1002HA peut aussi miser sur sa discrétion et son équipement complet (802.11n et Bluetooth). Sa finition en métal brossé ne conserve pas les traces de doigts comme une coque « gloss ». L’autonomie (~3 ½ heures) a par contre été sacrifiée sur l’autel du style mais heureusement, l’adaptateur secteur est léger et compact.


Hercules eCAFE
Châssis et Mobilité

Hercules propose son second netbook avec l’eCAFE 10 pouces. Couleur café, la machine a une forme trapue et pour le moins originale. La batterie 6 cellules surélève considérablement l’arrière de l’appareil qui devient assez encombrant. Le capot d’écran bombé n’arrange pas les choses… Sa texture granuleuse est peut-être adaptée aux autocollants mais elle n’est pas du tout agréable. Son côté vilain petit canard mis à part, l’eCAFE est une machine plutôt robuste et les charnières sont fermes.


En raison de la batterie 6 cellules, l’eCAFE affiche 1200 grammes sur la balance. C’est le plus lourd des 9 pouces à passer entre nos mains. Grâce à son autonomie de plus de 5 heures, il peut se passer de son adaptateur très léger (166 gr). Dommage que la prise côté netbook soit droite et élargisse la machine de 3 bons centimètres…


Ergonomie & périphériques
L’eCAFE est livré avec une distribution linux personnalisée par Hercules. La distribution est agréable à utiliser et bien finie : jauge de batterie avec indication de l’autonomie, témoins num lock et caps lock, facilité de personnalisation, etc. Mais les temps de chargement des programmes sont parfois longs, notamment l’application webcam. Le dispositif de pointage multitouch est plaisant et reconnaît les commandes à trois doigts… Par contre, le clavier est malheureusement un clone de celui des Asus EEE PC 90x avec une mini touche « M ».


La connectique du eCAFE est mal disposée. Le micro situé dans le repose poignets est obturé par les mains et les prises audio sont pour ainsi dire inutilisables tant elles gênent les paumes. La webcam et les enceintes sont correctes… L’écran bien qu’ayant de bons angles de vision n’est pas spécialement lumineux et la plage de réglages du rétro éclairage est étroite.


Technologie & utilisation
On regrette rapidement la chaleur de la coque malgré une ventilation quasi constante et assez sonore… L’eCAFE devient même franchement bruyant dès que l’activité est un peu soutenue. Livré avec Linux et en l’absence de système de restauration, il n’a donc pas été possible de lui faire subir la batterie de tests habituels. Comme celui du Fujistu Siemens Amilo Mini, le disque dur de 60 Go 1,8 pouces de l’eCAFE n’est pas franchement véloce. Pas besoin de benchmark pour s’en rendre compte… A l’image d’Asus, Hercules propose un espace de stockage en ligne. Il atteint ici 30 Go. Enfin, les trappes d’accès aux composants sont couvertes d’autocollants « Warranty void if seal broken or removed »… Il faut cependant souligner le 802.11n et Bluetooth présents en série.


Hercules livre des autocollants pour personnaliser le capot de la machine. Une attention sympathique mais pas vraiment suffisante pour que cet eCAFE se démarque de la concurrence.


Bilan Hercules eCFAE
L’eCAFE peut compter sur son tarif, une distribution agréable, un bon touchpad, une autonomie de plus de 5 heures ainsi que sur le Wifi N et Bluetooth. Petit, il est cependant trop épais à cause de la batterie 6 cellules. Un sacré défaut pour un netbook qui peut difficilement miser sur son look… Sonore au repos, il devient bruyant en activité. Le clavier étriqué avec sa mini touche « M » est peu agréable. Les connecteurs audio et le micro sont mal placés. Le vilain petit canard ?


Dell Vostro Mini
Châssis et Mobilité

Basé sur un écran de 9 pouces, ce Dell Vostro A90 aurait pu être le « netbook originel ». Le châssis est très compact, les lignes sont fluides et il est livré sans fioritures. N’est-ce pas le concept même du netbook ? Le capot super brillant conserve la moindre trace de doigts mais il est fixé au châssis par des charnières fermes à souhait. Par contre, le châssis manque un peu de rigidité. La grande trappe d’accès aux composants n’y est probablement pas étrangère. Globalement, la prise en mains est bonne…


L’adaptateur secteur « façon téléphone » n’est pas des plus pratiques une fois branché dans une prise murale. Côté netbook, Dell nous gratifie d’une prise droite de 45 mm (sic) de long qui se loge dans le flanc gauche. C’est vraiment dommage car le Vostro occupe à lui seul très peu de place. L’autonomie dépasse les 4 heures, une bonne performance pour un netbook aussi léger que compact.


Ergonomie & périphériques
Comme tout netbook qui se respecte, le Vostro A90 est équipé de 3 ports USB, une interface Ethernet, une sortie VGA ainsi que les entrée et sortie audio. Il dispose aussi d’un micro, d’une webcam (médiocre), d’un lecteur SD et même du Bluetooth. Côté fonctionnalités, il n’est donc pas en reste. Même si leur proximité réduit leur efficacité, les enceintes sont satisfaisantes. Avec ses deux leds, le Vostro A90 n’informe guère l’utilisateur sur son état…


Le clavier du A90 perd carrément une rangée complète ! Les touches F1 à F10 sont reportées sur la ligne « QSDFG… » et accessibles via « Fn ». F11 et F12 passent à la trappe tout comme Pause. Les touches sont un peu plus grandes que sur un Asus EEE PC 900 mais la touche « M » et toutes celles qui se trouvent à sa droite sont ridiculement petites. Pour couronner le tout, le clavier manque franchement de rigidité et s’enfonce dans certaines zones. Le trackpad n’est pas d’un grand secours : il n’est pas multitouch, sa surface granuleuse est désagréable et les boutons trop enfoncés souffrent d’un accès peu pratique.


Technologie & utilisation
Dell signe un véritable exploit avec un netbook totalement passif … qui ne chauffe pas ! Même après les tests les plus intensifs, le Vostro A90 est moins chaud que l’eCAFE dont le ventilateur s’esclaffe. Dommage car le SSD du Vostro A90 est réellement véloce. Il n’égale cependant pas un disque dur classique ou un SSD 2 ½ pouces mais il est largement au dessus de la moyenne pour un netbook. Compte tenu de ses huit petits Mo, le Vostro A90 est vraiment limité à une utilisation basique… S’il n’y avait pas les médiocres clavier et touchpad pour pester régulièrement, il ferait partie des netbooks les plus séduisants !


Contrairement à la concurrence, Dell ne livre pas un DVD de restauration mais un CD-ROM avec Windows XP SP3, un second avec les pilotes et un troisième avec les applications. Les fans « d’installation propre » seront ravis...


Bilan Dell Vostro A90
En l’absence de pièce mécanique, dire que le Dell Vostro A90 souffle le chaud et le froid serait paradoxal ! S’il est compact, autonome, silencieux, performant tout en chauffant peu, l’ergonomie du Vostro est franchement médiocre avec un clavier en dessous de tout et un touchpad très désagréable. Malgré le prix, il est difficile de faire son deuil de l’ergonomie. Il faut encore ajouter un léger manque de rigidité... La mise en pratique du concept 0 dbA est un peu bâclée. Dommage.


Lenovo IdeaPad S10e
Châssis et Mobilité

Dès la sortie de sa boîte, le S10e nous a intrigués. Il est anormalement petit pour un 10 pouces… Le châssis noir mat respire la robustesse et les charnières sont presque trop fermes. Certes la batterie n’a que 3 cellules et ne dépasse pas mais rien n’explique encore cette petite taille. Ce n’est qu’après un premier démarrage que tout devient clair : la dalle se contente d’une résolution de 1024x576 pixels contre 1024x600 habituellement. Au format 16/9, elle est moins haute que les dalles classiques.


Le S10e est certainement le plus petit des 10 pouces et son adaptateur équipé d’une prise coudée est lui aussi assez compact. Mais pourquoi l’affubler d’une énorme prise 3 pôles ? La mobilité en prend un coup d’autant plus que l’autonomie est médiocre (un peu plus de 2 heures). Il faudra donc souvent partir avec l’adaptateur sous le bras…


Ergonomie & périphériques
Le Lenovo IdeaPad S10e dispose d’un port ExpressCard qui permet d’étendre ses capacités. Hélas, il n’est pas doté d’un mécanisme d’éjection et les cartes dépassent. Outre l’équipement invariable des netbooks, le S10e dispose de Bluetooth. La partie audio souffre d’un défaut très irritant : régulièrement (démarrage, entrée et sortie de veille, après certains son de Windows), un « poc » comparable à celui produit lors du branchement à chaud d’une paire d’enceintes se fait entendre.


Le touchpad est tout simplement trop petit pour un usage acceptable. Il est en léger retrait par rapport au repose poignets, ce qui ne permet pas d’exploiter toute sa surface. Enfin, le dispositif n’est pas multitouch et les boutons sont déplaisants. Les touches du clavier sont assez fermes. Malgré une disposition comparable au 1002HA, la touche shift de droite est plus facilement accessible. En comparaison à d’autres netbooks 10 pouces, la taille réduite de l’IdeaPad S10e limite un peu la taille des touches et la vitesse de frappe. Les témoins num lock et caps lock sont présents et bien pratiques.


Technologie & utilisation
Les portables Lenovo Thinkpad sont remplis de hautes technologies. Le S10e hérite d’un système de refroidissement à heatpipe que nous espérions silencieux. Il n’en est malencontreusement rien. Certes le S10e ne chauffe pas mais le ventilateur tourne aussi régulièrement que vigoureusement et fait de ce netbook un des moins discrets... L’utilisation de l’utilitaire de gestion de l’énergie pourtant très complet ne permet hélas pas de calmer les ardeurs du ventilateur. Déjà faible sur les netbooks classiques, la résolution réduite de l’écran du S10e est bien plus pénalisante que sa finition très brillante (et des reflets qui vont de paire). L’accessibilité est un point fort de ce netbook : une grande trappe sans scellé donne accès au disque, à la mémoire et à la carte réseau.


Côte innovation, le S10e dispose d’un OS léger (Lenovo Quick Start) qui peut être amorcé directement après le BIOS. Si l’idée est bonne, les fonctionnalités franchement limitées et la relative lenteur de cette interface font qu’il est plus pratique de démarrer Windows. On déplore un « bloatware » composé d’Office 2007 en version d’essai et Norton IS prêt à être installé. Il faut signaler que la résolution très réduite en hauteur a bloqué deux de nos programmes de test (HD Tach et Battery Mark)… Contrairement à Asus, Lenovo ne livre pas un utilitaire permettant de passer en 1024x768 via un bureau virtuel ou un affichage compressé.


Bilan Lenovo IdeaPad S10e
Etriqué ! Ce terme qualifie très bien l’IdeaPad S10e avec son minuscule touchpad et son écran 16/9 réduit à 1024x576 pixels. Lenovo a beau vanter la compacité de son « 10 pouces », la grosse prise secteur dénote et, au final, le S10e est moins agréable à utiliser qu’un Aspire One pourtant plus petit. On regrette la ventilation fréquente et bruyante. Malgré un bon logiciel de gestion d’énergie, l’autonomie est médiocre... Il existe mieux et moins cher ailleurs !


Toshiba NB110
Châssis et Mobilité

Toshiba a conçu un netbook assez compact sur papier. Trop peut-être !? La batterie 4 cellules dépasse à l’arrière de la machine mais le constructeur se garde de communiquer les dimensions de son NB100 avec cette excroissance. Quoi qu’il en soit, la ligne est plutôt sympathique malgré la bosse qui nuit à la prise en main. Les charnières sont de bonne facture et le châssis est fort rigide. Pourrait-il en être autrement sur un 9 pouces doté d’une seule mini trappe d’accès à la mémoire ?


La prise d’alimentation comme le port Ethernet et la sortie VGA se trouvent à l’arrière du netbook laissant ainsi les flancs libres. Mais une fois de plus, on s’interroge sur les raisons de livrer un adaptateur secteur aussi gros et doté d’une prise de terre… Heureusement, l’autonomie (presque 3 ¾ heures) est très satisfaisante vu la taille et le poids de ce netbook.


Ergonomie & périphériques
Les entrée et sortie audio sont logées dans le repose poignets et la gène occasionnée par les prises les rends « inutilisables ». Bien que petite, la surface du touchpad est douce au toucher mais elle est bombée et ne supporte pas le multitouch. Toshiba a implémenté des boutons de tailles différentes. Drôle d’idée ! Au final, le système de pointage est assez affligeant. Comme sur tous les netbooks de 9 pouces, les touches sont petites mais leur « feeling » assez particulier nous plait beaucoup. Le NB100 a même droit à un pavé numérique (via Fn) et tous les témoins lumineux d’un vrai clavier.

Les enceintes et la webcam 0,3 Mpixel sont catastrophiques : le son est nasillard et l’image décolorée. Dans le bas, l’écran (du moins celui de notre machine de test) souffre de zones nettement plus lumineuses. Elles correspondent aux positions des leds…


Technologie & utilisation
Le Toshiba NB100 est livré avec un « bloatware » aussi impressionnant qu’inutile : online product information, DVD player, Disc creator, Direct Disc writer, Picasa 2, Google tool bar, Adobe Reader, liens vers ebay.fr et Amazon.fr. Que faire de programmes de gravure/lecture DVD sur un netbook sans graveur ? Ne parlons même pas des programmes gratuits… A leur place, nous aurions aimé au moins une partition de restauration.


Un bouton permet de couper la ventilation du NB100 (mais bloque l’Atom à 800 MHz). Une aubaine, sinon le ventilateur oscille entre audible et dérangeant… Très réussi graphiquement, l’utilitaire de gestion des liaisons sans fils 802.11g et Bluetooth est amusant puis devient lassant en raison de sa lenteur/lourdeur.


Bilan Toshiba NB100
Qualifié le NB100 de médiocre serait réducteur, pourtant les enceintes, la webcam, l’écran et le touchpad ne méritent pas mieux. On regrette la volée de logiciels inutiles pré-installés alors qu’aucun système de restauration n’est fourni. Le netbook de Toshiba offre par contre une bonne autonomie, un clavier « sympathique » et une touche miracle qui fait taire un ventilateur trop souvent actif. Nous attendions mieux d’un spécialiste du portable comme Toshiba.


L’heure des comptes…

Inventeur du netbook, Asus maîtrise vraiment le sujet. A l’heure où certains débarquent, le constructeur se permet de proposer des machines raffinées presque sans défaut. Si ce n’est le prix ! En effet, le 1002HA monnaie son look… Il peut aussi miser sur le meilleur des touchpad, un bon clavier (sauf le shift droit), un refroidissement discret, la compatibilité avec EEEctl, le disque sur support en silicone, un micro stéréo, le 802.11n et des speakers dans la bonne moyenne. C’est de loin le meilleur netbook de ce petit comparatif et il entre dans le top 3 avec l’Asus 1000H et le Samsung NC10.

Avant les autres machines de ce comparatif, nous conseillons l’Asus EEE PC 901 ainsi que les Acer Aspire One disque dur et MSI Wind notamment en version six cellules. Leurs prix ont baissé et ils affichent plus de qualités que les Vosto A90, eCAFE et NB100. Sans déconseiller ces derniers, nous ne pouvons pas vraiment les recommander (à titre personnel, je le les achèterais pas)... Si tout le monde peut faire un netbook, concevoir un bon netbook n’est pas donné à tous !

L’Hercules eCAFE est offre un excellent rapport prix/autonomie/équipement. Son touchpad est agréable mais son clavier est aussi critiquable que celui des Asus de 9 pouces. Il fait aussi partie des plus bruyants et son épaisseur est une vraie tare (qui s’ajoute à un physique assez ingrat).

La Dell Vostro A90 est intéressant pour son silence absolu et sa bonne autonomie compte tenu de sa petite taille. Le SSD pénalisant sur les premiers netbooks est ici performant et contribue à l’agrément. S’il n’y avait pas ce clavier si flexible, ce touchpad granuleux et ce châssis un peu trop souple...

Le Toshiba NB100 ne laisse pas un souvenir impérissable. Le clavier est certes agréable au toucher mais il reste étriqué et le petit touchpad légèrement galbé dérange. Sa batterie en sac à dos n’en fait pas un 9 pouces des plus compacts. Le positif se limite à une autonomie correcte et un mode fanless…

Avec son touchpad minuscule, le Lenovo S10e est pénible à utiliser. Pire, son écran en 1024x576 pose de réels problèmes à certains programmes qui demandent au moins 600 pixels de haut. Enfin, il est bruyant et peu autonome. Au final, il ne reste qu’un clavier correct, le slot ExpressCard et le mini OS Lenovo Quick Start…

Mise à jour le Jeudi, 22 Juillet 2010 15:21