Home Tests Mobilité Comparatif : Dix netbooks sous le sapin de Noël !

Comparatif : Dix netbooks sous le sapin de Noël !

Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 
Écrit par Pascal Thevenier   
Vendredi, 05 Décembre 2008 13:54

Nous arrivons en fin d’année, et quatre mois après le « boum estival », les netbooks risquent de se retrouver au pied de nombreux sapins de Noël… Au fil des mois, les prix ont généralement baissé, parfois de manière très significative. Si presque tous les netbooks reposent sur un processeur Intel Atom et partagent des caractéristiques très similaires, ils sont pourtant bien différents ! En marge des spécifications techniques reprises dans les descriptifs, de nombreux « petits détails » pratiques font qu’un modèle est proche de la perfection alors que d’autres accumulent les défauts. Nous avons profité de la disponibilité du très attendu Samsung Sens NC10 et de l’arrivée du Fujitsu Siemens Amilo Mini Ui 3520 pour mettre à jour notre comparatif qui comprend à présent 10 netbooks ! L’Asus EEE PC 1000H est-il toujours le meilleur choix ?



Netbook : oui ou non ?

Au fil des années, les constructeurs et les éditeurs ont parfois voulu imposer des concepts à grand coup de battage marketing. Avec le netbook, nous sommes loin du concept du PDA pour lequel les constructeurs s’évertuaient à « inventer » des usages pour tout un chacun… C’est même l’inverse ! Beaucoup d’utilisateurs de netbooks ont trouvé un usage – parfois très ciblé – pour leur machine. A côté d’utilisations très conventionnelles comme lecteur multimédia portable, terminal de connexion à Internet et machine à écrire dans les auditoires, certains s’en servent pour décharger des « appareils numériques » comme des APN, des caméscopes (SDHC) ou même des théodolites (géomètres). Certains netbooks passent leur vie sur les routes alors que d’autres ne sortent même jamais de la maison… Quoi qu’il en soit, (presque) tout le monde s’accorde pour définir le netbook comme une machine d’appoint en complément d’une machine plus « ergonomique » et plus puissante. Ainsi, beaucoup d’étudiants préfèrent un netbook et un desktop qu’un portable correct. En effet, étant donné que les portables « grossissent », ils sont moins « portables » et moins autonomes et ne rivalisent pas en puissance 3D avec les ordinateurs de bureau. Quand ils y arrivent, c’est au prix d’une mobilité et d’une autonomie symbolique. Bien entendu, même un geek peut vivre sans netbook étant donné qu’il a déjà un PC fixe, un portable et un iPhone !


Netbook : un portable limité…

Selon nous, c’est la définition la plus courte et la plus réaliste mais il ne faut pas la considérer de manière péjorative. Avec un écran de 9 ou 10 pouces en 1024x600, le netbook offre un espace de travail limité. Les portables classiques affichent au moins 1280x800 pixels et les ordinateur de bureau un minimum de 1440x900 avec un écran de 19 pouces. Ensuite, le clavier est assez petit et même franchement étriqué sur un netbook de 9 pouces. La capacité de stockage type est à présent de 160 Go. Elle suffit dans la majorité des cas... Il est facile de brancher un écran externe, un disque dur externe, un graveur, un clavier et une souris USB pour pallier certaines faiblesses. Mais au niveau puissance, si l’Atom N270 à 1600 MHz suffit pour la bureautique et le multimédia, il est vraiment à la peine dans des tâches plus lourdes… Le second point faible est le circuit graphique insuffisant pour les jeux (sauf ceux des années 2000). Et il n’existe aucune solution pour remédier à ces deux défauts !


Les joies des limites !

Les premiers netbooks n’ont pas fait l’unanimité au niveau de l’autonomie. Les MSI Wind et Medion Akoya Mini sonnent encore comme d’amères déceptions : à peine deux heures sur batteries ! Alors que le concept de mobilité s’érodait, Asus a corrigé le tir avec ses EEE PC 901 et 1000H tous les deux capables de passer le cap des 5 ½ heures sur batterie. Pour se passer aussi longtemps d’une prise électrique, il n’y a pas d’autre alternative que d’équiper le netbook d’une batterie 6 cellules. Le poids, l’épaisseur et le prix en pâtissent un peu… Mais c’est le prix de la liberté ! C’est avec une joie non dissimulée que nous avons constaté que MSI et Acer ont revu leur copie en proposant des versions « six cellules » de leur machine. Compte tenu de la baisse des prix, la majorité des netbooks « six cellules » sont passés sous le cap des 399 €. Cet été, il fallait composer avec 3 cellules pour rester sous les 400 € ou payer 10% de plus pour un modèle 6 cellules.


10 netbooks !

Comparer autant de machines en une seule fois relève de la gageure. Mais l’arrivée dans notre labo des Samsung Sens NC10 et Fujitsu Siemens Amilo Mini Ui 3520 est une belle occasion pour mettre à jour nos tableaux de caractéristiques et nos résultats de benchs, notamment d’autonomie.
Nous vous invitons à relire certains articles :

  • Dossier netbook (partie I) : Comment faire son choix ?
  • Dossier netbook (partie II) : Les critères technologiques...
  • >Duel à 399 € : netbook contre portable
  • Dossier netbook (partie III) : Comparatif de 6 netbooks (EEE PC 900, Aspire One, EEE PC 901, EEE PC 1000H, Akoya Mini E1210 et MSI Wind)
  • Deux netbooks de plus: HP Mininote et Acer Aspire One HDD
  • Dans les deux articles, chaque netbook est jugé de la même manière suivant un canevas identique : Châssis & mobilité, Ergonomie & périphériques, Technologie & utilisation et Bilan. Toutes les données chiffrées sont reprises dans des tableaux…


    Caractéristiques techniques

    Au niveau des spécifications, rien ne ressemble plus à un netbook qu’un autre netbook ! Exception faite des HP Mininote 2133 à base de VIA C7m et des Asus EEE PC 900 reposant sur un Celeron 900 MHz, les 8 autres netbook utilisent un Atom N270 et le même jeu de composants… A noter qu’au niveau des ventes, les machines livrées avec Windows XP dominent largement et les modèles avec disque dur mécanique ont les faveurs des utilisateurs. La raison principale est semble-t-il l’usage multimédia pour lequel les 20 Go d’un SSD sont trop limités.


    La connectique est également très figée : sortie VGA, 2 ou 3 ports USB, Ethernet 100Mbps, lecteur SDHC, entrée et sortie audio. Seuls quelques modèles (Fujitsu et HP) sont équipés d’un port Express Card. Au niveau « sans fil », les netbooks les plus récents offrent Bluetooth en plus du Wifi. A propos de ce dernier, la norme 802.11 g est largement majoritaire et peu de modèles disposent du 802.11n. Une webcam et un micro complètent l’équipement…

    A noter que le Samsung NC10 est 110 grammes plus léger que l'Asus 1000H qui accuse une réelle surcharge pondérale. Il en va de même pour l'Amilo Mini franchement lourd en regard de ses prestations et caractéristiques.


    Performances

    Sans aucune surprise, les tests dépendant essentiellement du processeur donnent des résultats identiques sur tous les netbooks à base d’Atom. En 3D, on observe quelques écarts vraisemblablement liés à la fréquence du GMA950. Ceci dit, le plus rapide comme le plus lent sont logés à la même enseigne avec les jeux : manque de puissance. Le disque dur intervient pas mal dans l’indice PC Mark 2005 bien adapté à l’évaluation des performances des netbooks. Malheureusement, un même modèle de netbook n’est pas systématiquement livré avec le même disque dur : la marque et le modèle peuvent changer. De manière globale, il n’y a vraiment pas lieu de se focaliser sur les performances lors du choix…



    Autonomie

    De ce côté, il y a du nouveau ! Asus perd la première place du classement. Le Samsung NC10 atteint 7 heures 5 minutes à notre test de batterie. C’est carrément plus d’une heure de plus que l’EEE PC 901, ancien détenteur du record avec 5 heures 52 minutes. Il n’y a pas de réel secret à cette excellente performance. Le Samsung NC10 est équipé d’une batterie de 57,7 Wh contre « seulement » 48,2 Wh pour les EEE PC 901 et 1000H. A titre de rappel, notre test est réalisé avec le rétro éclairage à 50%, le Wifi actif et simule un usage bureautique connecté au net. Les résultats mesurés sont tout à fait en adéquation avec un vrai usage « surf multimédia »… Le Samsung NC10 est donc la nouvelle référence en terme d’autonomie.



    Fujistu Siemens Amilo Mini Ui 3520
    Châssis & mobilité

    L’Amilo Mini reprend le design des portables Amilo. Le châssis et la coque marient donc plastiques blancs et noirs avec des raccords anguleux. En raison de son écran de 9 pouces, l’Amilo est étroit mais il est profond comme s’il était équipé d’un écran 4/3. Il est pour ainsi dire aussi profond que les netbooks de 10 pouces. Pire, il est aussi profond qu’un netbook de 10 pouces doté d’une batterie de six cellules. Ces considérations mises à part, le châssis est solide et les charnières fermes.


    L’Amilo Mini n’est pas un roi de l’autonomie mais il se défend quand même bien avec 4 heures sur batterie. Son adaptateur secteur est compact et léger. La prise à deux broches y contribue… Côté netbook, on apprécie aussi le connecteur d’alimentation coudé qui réduit l’encombrement.

    Ergonomie & périphériques
    Dès la mise sous tension, c’est un peu la douche froide… L’écran apparaît vraiment perdu au milieu de son carter en raison de bords démesurément larges : pas moins de 3 cm de bordure en haut et en bas et 2 cm de chaque côté. Exception faite de sa situation, l’écran est très agréable, une qualité généralisée soit dit en passant.


    Le clavier est en tous points identique à celui des Asus 900 et 901. En clair, il est vraiment petit et pas très pratique ! La touche « M » est nettement plus petite que les autres lettres… La taille réduite des touches conduit assez régulièrement à des fautes de frappe. Le touchpad ne profite pas non plus de la profondeur importante de l’Amilo Mini. Comme sur l’Acer Aspire One, les boutons sont placés de part et d’autre du touchpad. Ce n’est pas gênant outre mesure mais quand on voit l’espace perdu au dessus du clavier, c’est un peu vexant. D’autant plus que la paire de speakers qui squatte cette zone n’est pas meilleure que la moyenne… Il en va de même pour le micro et la webcam qui ne se démarquent pas.

    Technologie & utilisation
    Un netbook Atom de plus… Cependant, il s’agit d’un des rares 9 pouces équipés d’un disque dur mécanique. L’Amilo Mini embarque ainsi un Toshiba MK6028GAL 1,8 pouces (2 ½ pouces en général) d’une capacité de 60 Go. Compte tenu de son format, ses performances sont très correctes. A noter également que ce netbook dispose de Bluetooth, ce qui n’est pas des plus courants dans les 9 pouces. Il est aussi équipé d’un port ExpressCard qui constitue son seul gros point fort (bien que les cartes dépassent). Malgré la présence d’une fonction « silence » et d’un radiateur en cuivre visible par les évents, l’Amilo fait partie des netbooks les plus bruyants ! Dernier détail original, le capot de l’écran est amovible est peut être remplacé par un autre livré gracieusement (brun tirant vers le bordeaux). Enfin, c’est suffisamment rare que pour être signalé, Windows XP est livré sans « bloatware » !

    Bilan Fujistu Siemens Amilo Mini Ui 3520
    Peu d’arguments plaident en faveur de cet Amilo. Son encombrement important en profondeur et en épaisseur n’est même pas profitable au niveau de l’ergonomie. Le clavier est étriqué, surtout la touche « M » et le touchpad est un peu déconcertant. Généralement dans la moyenne, l’Amilo Mini ne s’en détache que par son niveau sonore élevé… Le positif se résume à Bluetooth, le port Express Card et une installation propre de Windows XP.


    Samsung Sens NC10
    Châssis & mobilité

    Le Samsung NC10 part avec un certain avantage sur ses concurrents car il est « universellement » reconnu comme étant joli. Soit… Peu importe la couleur, le châssis est rehaussé d’une bande chromée qui contribue à la finesse de la ligne. Le châssis assure une bonne rigidité et la batterie « qui dépasse » par le bas assure une bonne prise en main. Un petit bémol cependant au niveau des charnières. Elles empêchent le balancement de la dalle mais elles manquent un peu de fermeté.


    Au niveau de la mobilité, le NC10 est un 10 pouces compact et son adaptateur secteur ne joue pas les boulets. Léger, il utilise une prise à deux broches peu encombrante. Dommage que le connecteur ne soit pas coudé côté netbook... Compte tenu des 7 heures d’autonomie, on peut franchement envisager de partir une journée avec le netbook seul !

    Ergonomie & périphériques
    Compte tenu des charnières assez souples, l’écran très lumineux s’ouvre facilement. Dans la majorité des cas, un rétro éclairage de 3 sur une échelle de 8 est largement suffisant à l’intérieur. Il dévoile un clavier avec un bon layout et particulièrement agréable à la frappe. A noter que ce clavier est traité avec les microparticules d’argent (Ag+) afin d’éviter le développement de bactéries (technologie utilisée dans les réfrigérateurs). Le superbe clavier est un peu desservi par le touchpad. Assez large, il est cependant beaucoup trop étroit. Dès lors, on active souvent involontairement le scroll horizontal. Les boutons sont par contre un vrai régal… Pour ne rien gâcher, le NC10 embarque pas moins de 7 leds témoins.


    Si la webcam et le micro sont dans la moyenne, la partie audio est le parent pauvre avec une paire de speakers médiocres. Il est amusant de constater que le Samsung NC10 a précisément les défauts et qualités inverses de l’Asus EEE PC 1000H (excellents speakers, meilleur touchpad mais clavier peu pratique à cause du shift droit).

    Technologie & utilisation
    A l’usage, le Samsung NC10 est un des netbooks les plus agréables. Il est très silencieux, même quand le ventilateur tourne. Le bruit est un souffle peu agressif à l’oreille. Au final, c’est le disque dur Toshiba de 160 Go qui se fait le plus entendre. Samsung a pris soin de développer un petit utilitaire de gestion de l’énergie. Sans être révolutionnaire, exception faite du contrôle de la luminosité de l’écran, il se contente de centraliser des possibilités de Windows XP. A noter que même sans cet utilitaire, l’autonomie atteint 7 heures… Toujours au rayon logiciel, un utilitaire permet de sauver et restaurer la configuration de son NC10 à tout moment. Dommage que l’installation de Windows XP soit une des « moins propres » !

    Bilan Samsung Sens NC10
    Le Samsung NC10 établit un nouveau standard en matière d’autonomie : 7 heures ! Et le petit adaptateur secteur ne vient pas ternir le tableau. Grâce à un excellent écran, un des meilleurs claviers et un système de refroidissement très discret, ce netbook est proche de la perfection. Trois bémols sont cependant à épingler. Le NC10 dispose de Bluetooth mais contrairement au 1000H, le wifi est limité au 802.11g. Le touchpad n’est pas non plus aussi pratique que celui de son concurrent et les enceintes sont un point faible.


    Le classement final…

    L’Asus EEE PC 1000H et Samsung NC10 méritent la première place du podium. Ces deux netbooks collectionnent les atouts notamment une autonomie exemplaire et un magnifique écran. Ensuite, les points forts d’un sont les points faibles de l’autre… L’Asus s’illustre par son touchpad et ses enceintes mais pèche par son clavier alors que le Samsung brille par un clavier parfait mais souffre d’un son médiocre et d’un touchpad pas assez « haut ». Si le Samsung est plus discret, il fait l’impasse sur le 802.11n. Un choix difficile mais à titre personnel, j’avoue une préférence pour le Samsung Sens NC10.

    Deux autres netbooks sont très intéressants : les Asus EEE PC 901 et Acer Aspire One avec disque dur et batterie de six cellules. Ces machines sont plus compactes que les 10 pouces et briguent donc une clientèle plus mobile. Les qualités du EEE PC 901 sont bien entendu son autonomie et son touchpad mais le clavier est peu agréable à cause du petit « M ». Moins autonome, l’Acer Aspire One HDD/6cells est plus agréable avec un excellent clavier mais son touchpad est un peu déroutant.

    Les autres netbooks ne sont pas aussi intéressants sauf peut-être au niveau de leur prix mais deux ont tendance à collectionner les défauts. Nous ne conseillons donc pas le Fujistu Siemens Amilo Mini Ui 3520 et surtout pas le HP Mininote 2133 !

    Mise à jour le Lundi, 06 Septembre 2010 10:59