Home Tests Mobilité Dell Latitude XT : examen d'un Tablet PC très haut de gamme !

Dell Latitude XT : examen d'un Tablet PC très haut de gamme !

Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 20
MauvaisTrès bien 
Écrit par Pascal Thevenier   
Jeudi, 12 Juin 2008 13:58

Alors que le marché des ordinateurs portables est toujours en plein essor, celui des Tablet PC reste marginal. Ces drôles de machines sont en quelque sorte le résultat du croisement d’un ultra portable de 12 pouces pour leur taille et d’un PDA pour leur écran tactile. Si les constructeurs proposent tous au moins un Tablet PC dans leur catalogue, les ventes restent très limitées et il est assez rare d’avoir l’occasion de les tester. Dès lors, quand l’occasion de tester un Dell Latitude XT richement équipé s’est présentée, nous avons saisi l’opportunité ! Ce Tablet PC est non seulement un des plus récents mais c’est aussi un des porte-étendards du constructeur. En effet, dans sa version haut de gamme – celle dont nous disposions – le Dell Latitude XT est un joli concentré de technologie : SSD de 64 Go, Core 2 Duo U7600, 3 Go de DDR2-667, dalle tactile WXGA à rétro éclairage, LED avec capteur de luminosité et stylet magnétique, seconde batterie « slice » et graveur DVD externe.




Waouw !

C’est le premier mot qui vient à l’esprit en voyant le Latitude XT ! Avec un capot noir en aluminium brossé et des plastiques anthracite particulièrement agréables au toucher, ce portable respire la qualité. La prise en main confirme qu’il ne s’agit pas que d’une impression. Certes, en raison de leur petite taille, les ultra portables paraissent toujours plus costauds mais quitte à nous répéter, ce n’est pas une illusion. Rien que la charnière impressionne ! La finition est excellente et les ajustements des plastiques sont irréprochables. La baisse des prix qui touche le marché et qui tire la qualité vers le bas n’a pas cours ici. D’ailleurs le prix de ce Latitude XT n’est pas victime de cette mode ! Le ticket d’entrée dans cette gamme est quand même de presque 2000 € HTA et la machine testée approche les 3000 € toujours hors TVA..
Côté design, ce Tablet PC est une réussite. Relativement carré mais sans être taillé à la serpe comme les Thinkpad, ses arrêtes légèrement courbes ou obliques suffisent à lui conférer charme et prestance. Même la charnière caractéristique des Tablet PC, généralement difficile à noyer dans le design, est ici relativement discrète, la base du carter d’écran aidant à son intégration.


Lever de rideau…

L’écran n’a pas de crochet de verrouillage, c’est la charnière qui le maintient fermé. La mise sous tension se fait via un bouton argenté au pied de l’écran afin d’être accessible en mode tablette. Comme toutes les leds témoin, ce bouton a un éclairage bleuté du plus bel effet. Malgré la présence d’un SSD, le temps de démarrage de Windows Vista n’est pas franchement impressionnant. Il semble juste normal sans plus… On n’ose même pas imaginer l’interminable temps de boot dont nous aurait gratifié un disque classique 1,8 pouces ! Nettement plus impressionnant que le disque : l’écran ! Grâce à son rétro éclairage LED (option), il est particulièrement lumineux et même presque trop dans l’obscurité même réglé au minimum.

Le clavier mérite lui aussi des éloges. Même si la course des touches est relativement courte, elles ont une taille standard et un rendu suffisamment ferme. Tout au plus, on peut déplorer un léger « bombé » dans certaines parties du clavier qui ne se ressent cependant que lors d’une frappe très forte. Côté pointage, ce Latitude XT offre un pavé tactile et un trackpoint. S’il n’y a rien à redire sur le pointeur tactile, le trackpoint est vraiment catastrophique ! Dell n’aurait pas pu faire mieux pour dégoûter l’utilisateur. Le petit capuchon bleu est bien trop bas par rapport aux touches et la matière utilisée est beaucoup trop souple. En outre, le pilote qui propose une volée de réglages pour le touchpad n’offre presque aucune option de configuration pour le trackpoint. Il n’y a donc rien à faire pour corriger le comportement : on a beau « pousser comme un bœuf », le curseur se déplace très lentement et répond très mal. Pour couronner le tout, le manque d’adhérence du capuchon ne facilite en rien les manipulations...


Ecran orientable

La dalle est produite par AUO et porte la référence AUO8114 mais les recherches ne donnent aucune information à son sujet. Il s’agit d’un panneau de 12,1 pouces en 1280x800 à éclairage LED. Très lumineux (plus de 200 nits), il peut s’utiliser en extérieur mais la météo exécrable n’a pas vraiment permis de le vérifier. Le Latitude XT offre seulement 7 niveaux de réglage du rétro éclairage, ce qui en soi peut être suffisant, mais il est dommage que le niveau minimum reste quand même très voire trop lumineux. Pour économiser la batterie, un capteur de luminosité peut piloter le rétro éclairage en fonction de l’éclairage ambiant. Il ne peut malheureusement (et curieusement) pas être activé sur secteur.
Le rendu des couleurs est franchement bon et même très bon tout comme le contraste. S’il ne souffre pas de problème de dithering, un banding relativement marqué est observable dans les dégradés. Le blanc est pur et neutre. Le noir est profond et uniforme. Aucun défaut de rétro éclairage ne dégrade l’image même si la base est toujours un peu plus claire en raison de la position de la source de lumière. Sur le plan horizontal, les angles de vue sont très larges comme en plongée. Par contre, en contre plongée, l’angle est nettement moins important (moins de 35°). En pratique, avec le Latitude XT en mode tablette sur un bureau, qui voit l’écran côté charnière aura droit à des couleurs très dégradées voire inversées.

Au final et compte tenu de la présence du film tactile, l’écran peut franchement être qualifié d’excellent surtout au regard de la production actuelle !


Techologie

Au niveau processeur, le Core 2 Duo U7600 malgré son « gros chiffre » n’est cadencé qu’à 1200 MHz. Reposant sur le core Merom-m (65 nm), il embarque un cache L2 de 2 Mo et se contente d’un FSB de 533 MHz. Il ne s’agit donc pas d’un foudre de guerre étant donné qu’à pleine vitesse, sa fréquence est moindre que celle des derniers Core 2 Duo série T. A défaut de puissance brute, la technologie Dual Core offre quand même un bon confort d’utilisation. Le point fort du U7600 vient de sa faible tension d’alimentation qui – selon CPU-Z – n’est que de 0,9 volt en charge.

Le chipset est un Radeon Xpress 1250 qui joue aussi le rôle de contrôleur graphique. Gravé en 90 nm, cette puce ne fonctionne ici qu’en mode simple canal étant donné la présence de 1 Go de DDR2-667 soudés sur la carte mère et d’une barrette additionnelle de 2 Go dans le seul slot d’extension. La partie graphique est dérivée de la Radeon X300. Elle se limite au support des Pixels Shaders 2.0 suffisants pour Aero Glass. Par contre, il ne faut pas compter faire fonctionner une application 3D avec ce genre d’IGP. D’après Everest, cinq fréquences sont codées dans le BIOS pour la puce graphique :

State #1 GPU: 108 MHz, Mémoire: 133 MHz
State #2 GPU: 155 MHz, Mémoire: 133 MHz
State #3 GPU: 108 MHz, Mémoire: 133 MHz
State #4 GPU: 200 MHz, Mémoire: 266 MHz
State #5 GPU: 340 MHz, Mémoire: 333 MHz

Compte tenu des autres informations relevées par le logiciel, la fréquence effective serait de 340 MHz. Au niveau de l’indice de performances Windows Vista, c’est bien entendu l’IGP qui plombe le score avec une note de 2,4 (comparable à celle de l’Asus X51R équipé du même jeu de composants et testé en septembre dernier).


Le SSD Samsung PZA064 ATA de 64 Go procure un certain confort. Même si ses performances brutes sont assez modestes avec un taux de transfert de l’ordre de 40 Mo/s, les tests réalisés avec PC Mark montrent de très bons indices applicatifs, notamment pour le démarrage et le chargement des programmes. Assez curieusement, ce SSD est de type Parallel ATA (un choix techniquement discutable) et limité au mode ATA-66. Placé sous le touchpad, il ne fait pas chauffer la surface tactile.


Le southbridge est un SB600. Il gère le HD Audio qui n’est pas d’une grande utilité à moins d’utiliser un casque ou des enceintes, car le Latitude XT est mono voie avec un seul petit diffuseur sur la gauche. L’interface réseau filaire est signée Broadcom et se montre efficace, ce qui n’est pas vraiment le cas de la carte Wireless 1505 Dell 802.11n. Contrairement aux Intel Wireless WiFi Link 4965 qui se connectent à 130 Mbps sur notre routeur WRT-350N, sa meilleure vitesse de connexion n’est de que 60 Mbps avec une réception du signal limitée à 4/5 contre 5/5 pour les modèles Intel. Dell souligne cependant que sa carte est toujours « pré-N ».


Le côté « Tablet PC »

Windows Vista Ultimate qui équipe la machine prend directement en charge les fonctionnalités propres à ce type de PC. Le système de pointage est conçu par N-Trig. Il se compose d’un stylet magnétique et d’une dalle tactile qui réagit également au doigt. Appelé DuoSense, ce système se montre franchement agréable à utiliser grâce à un pilote bien conçu.

Il faut bien entendu un peu de temps avant de se familiariser avec le pilotage au doigt sans quoi les fausses manoeuvres sont assez courrantes (la perte des nombreuses captures d'écran dans mon cas). Dès qu’on touche l’écran, une sour12:02 12/06/2008is virtuelle apparaît. Il suffit ensuite de l’utiliser au doigt comme une vraie souris. La navigation dans le menu après un clic droit est assez déroutante au début dans la mesure où on a envie de pointer directement l’option voulue. Pas toujours facile même sans avoir de gros doigts ! Il vaut mieux laisser son doigt sur l’écran et le déplacer dans le menu puis « taper » quand l’option voulue est sélectionnée. Globalement, le pointage manuel est plutôt agréable et pratique sauf dans les coins (par exemple fermer une fenêtre affichée en plein écran). Qui dit écran tactile dit aussi traces de doigts sur l’écran. Heureusement, les traces sont facilement effaçables de l’écran à condition de travailler avec des mains propres…

Le pointage au stylet est beaucoup plus conventionnel : « taper » pour le clic gauche et maintenir pour le clic droit. Dans les zones de saisie, le bouton supérieur du stylet active la gomme. A noter que la reconnaissance des caractères a très fortement progressé par rapport à Windows XP Edition Tablet PC (version 2002) avec lequel nous avions réalisé notre premier (et unique) test de Tablet PC. Avec Windows Vista, il est possible de corriger très facilement un caractère (mal) écrit et déjà converti en texte. La saisie peut se faire soit via un clavier virtuel soit en écriture directe continue ou case par case. Enfin, l’apparition d’une case à cocher lorsqu’un objet est sélectionné au stylet permet des sélections complexes assez facilement.

En plus des périphériques tactiles, le Latitude XT dispose d’une molette de défilement (clic supporté) et secondée par un bouton « retour arrière ». Très rapide pour la navigation, la molette mériterait d’être complétée par un bouton « Tab » afin de basculer entre les colonnes (par exemple dans l’Explorateur). Il est donc nécessaire et un peu « vexant » de devoir systématiquement utiliser le stylet ou le doigt en complément même pour des tâches simples…


A l’usage : mobilité extrême ?

L’utilisation courante du Latitude XT est agréable principalement en raison de l’excellent écran, du clavier bien supérieur à la moyenne et du touchpad de bonne taille. Sans se montrer vraiment « lente », la machine manque quand même un peu de réactivité. C’est en grande partie lié au Core 2 Duo Merom qui plafonne à 1200 MHz mais cette sensation reste très relative et dépend fortement du référentiel de chacun… Malgré le processeur basse consommation, le Latitude XT est équipé d’un refroidissement actif qui maintient la machine à une température très acceptable. Sans être vraiment bruyant, son bruit un peu aigu casse le silence offert par le SSD. Afin d’être utilisable en mode Tablet PC, le lecteur biométrique se trouve à la base de l’écran et son accessibilité n’est pas toujours idéale. En mode Tablet PC, les boutons de fonctions et la molette sont plus ou moins facilement accessibles selon l’orientation choisie.

Côté autonomie, c’est un peu la déception. La batterie interne Sanyo DELL WR0158 de 46620 Wh (une capacité au dessus de la moyenne) à 6 cellules ne confère qu’une autonomie de 3 ½ heures avec le rétro éclaire réglé à 4 (sur une échelle de 7) et le Wifi actif. Avec la batterie interne, le Latitude XT affiche 1922 grammes sur la balance. La seconde batterie double presque l’autonomie qui passe à 6 ½ heures dans les mêmes conditions d’utilisation. Elle fait cependant grimper le poids à 2510 grammes. Compte tenu de la puissance limitée du processeur et la présence d’un SSD, le rapport performances/poids/autonomie n’est pas vraiment exceptionnel. Il ne faut par contre pas perdre de vue que l’unique charnière de tout Tablet PC impose certaines contraintes techniques au niveau du châssis qui tirent le poids à la hausse. En outre, le Latitude XT est une machine qui respire la solidité avec un carter d’écran particulièrement résistant et un châssis vraiment très rigide. Mais ce sont surtout les dimensions contenues qui en font une machine très facile à déplacer : 297 x 218 x 25,4 mm (33,9 mm avec la seconde batterie). En déplacement, le chargeur est assez compact et léger (250 grammes) mais on se demande pourquoi Dell livre une prise coudée qui le rend si épais et peu pratique. Etant donné qu’elle est détachable, une sortie droite aurait été bien plus économe en place… Toujours dans le cadre d’une utilisation nomade, il faut éventuellement emporter le graveur DVD externe qui ajoute encore 470 grammes. Au final, le poids total avec les accessoires courants peut atteindre 3230 grammes. Certains portables classiques en 14 pouces sont donc capables de rivaliser avec le Latitude XT en poids et en autonomie tout en offrant des performances nettement plus élevées. Avec l’avantage de tenir « en une seule pièce » mais bien entendu sans le côté Tablet PC…

La connectique filaire est correcte : RJ45, 3 USB (dont un autoalimenté), FireWire, entrée et sortie audio, ExpressCard et VGA. Au niveau sans fil, le Wifi et Bluetooth sont de la partie. Un micro complète l’ensemble. Sous la machine on retrouve un port spécifique sur lequel se connecte la batterie « slice » qui épouse la base du portable. Dell propose également une « station d’accueil slice » avec lecteur DVD et qui réplique des ports.


Quelques indices de performances…

La note CPU Mark de 165 correspond à celle d’un Pentium m 710 à 1400 MHz. Grâce à sa technologie Dual Core, le Latitude XT obtient un indice CPU au 3D Mark 2006 de 939, soit le plus faible indice de notre base de données pour un processeur de ce type. Les prestations graphiques sont inférieures à celles d’un GMA 950 d’Intel. Les indices de performances affichés par Windows Vista sont très modestes avec cependant une bonne note que le SSD.

 


Comparé à disque dur classique de 500 Go à 7200 rpm SATA 3Gb/s en AHCI, le SSD Samsung est bon en lecteur mais très lent en écriture... Ceci explique en partie sa lenteur dans des opérations telles que la restauration système ou l'installation d'applications...



Les performances détaillés dans 3D Mark 2006 en comparaison avec d'autres machines...




Conclusion

Le Latitude XT avec la seconde batterie, le graveur DVD externe et garantie de trois ans sur site approche les 3000 € HTVA. Autant le dire de suite, le tarif de ce Tablet PC est élitiste voire prohibitif et il faut vraiment avoir l’usage des fonctions tactiles pour justifier un tel investissement. En tant qu’ultra portable, le Latitude XT pèche quand même par des performances relativement modestes liées à un processeur « basse puissance » au propre comme au figuré. Heureusement, le SSD de 64 Go confère un bon agrément d’utilisation tout comme l’écran LED. Côté finition, c’est un véritable retour en arrière ou un bond en avant. Il y a effectivement bien longtemps que nous n’avions eu entre les mains une machine d’une aussi grande qualité et à la finition absolument irréprochable. Tant que le Latitude XT est utilisé seul ou avec sa batterie secondaire, la portabilité est excellente et le poids est contenu. A partir du moment où il faut balader les accessoires, c’est un peu moins pratique mais il s’agit de la contrepartie de n’importe quel « ultra ». Au final et outre son prix, ce Latitude XT nous a plus impressionnés par sa solidité, sa finition et son écran que par ses performances et son autonomie. Sans jouer les conservateurs, le concept Tablet PC nous échappe toujours un peu mais avec Windows Vista, il faut reconnaître qu’il est particulièrement abouti.

Dell Latitude XT :
Pour :
écran LED magnifique, finition exceptionnelle, qualité des matériaux, rigidité, design, batterie slice pratique, encombrement de la machine seule.
Contre : Trackpoint inutilisable, lecteur biométrique peu accessible, rapport performances/autonomie, compatibilité limitée du 802.11n Dell, prix.

Mise à jour le Jeudi, 22 Juillet 2010 15:51