Home Tests Mobilité HP iPAQ hx4700 : Le dernier grand PDA innovant ?

HP iPAQ hx4700 : Le dernier grand PDA innovant ?

Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 28
MauvaisTrès bien 
Écrit par Pascal Thevenier   
Mardi, 04 Octobre 2005 00:53
De temps à autres, nous regardons un peu ce qui se passe du côté des PDA. Force est de constater que ce marché qui fût bouillant à une époque s’est fortement assagi puisque la durée de vie des modèles dépasse largement une année… Certains constructeurs comme Toshiba, pourtant pionnier dans le domaine notamment en intégrant un écran VGA, se sont aujourd’hui retirés. La concurrence n’en est pour le moins pas des plus rudes et tout mauvais choix dans la conception d’un PDA peut se révéler fatal au succès du modèle. C’est pourtant dans ce contexte qu’HP a pris le risque l’an dernier de lancer son iPAQ hx4700, un modèle à l’esthétique aussi peu conventionnelle que ses spécifications… Un pari gagné ?


Ca devait marcher…

Lors des premières « années 2000 », presque tous les constructeurs approchant de près ou de loin le secteur informatique ont lancé des PDA. On a ainsi eu droit à une vague de machines qui finalement se différenciaient bien peu… Pourtant à écouter ces mêmes constructeurs, les PDA devaient tout changer ! De nombreux accessoires allaient leur permettre de tout faire. Paraît-il ! Car chez certains, même les mises à jour ne sont jamais sorties et encore moins le hardware tant attendu… Contrairement à la récente « mayonnaise » Centrino parfaitement orchestrée sur une base saine, celle des PDA n’a pas bien pris. Beaucoup de geeks ayant acheté un Pocket PC de première génération ont vite déchanté… D’autres sont par contre devenus de réels inconditionnels. Il a fallu attendre le récent « boum » de la navigation GPS pour voir revenir les PDA au devant de la scène.

Entre ces deux périodes, les PDA ont suivi leur petit bonhomme de chemin. L’évolution s’est faite au niveau de la puissance des processeurs et des fonctionnalités, notamment l’intégration de Bluetooth qui – bien plus que l’infrarouge – leur ouvrait une belle porte de communication vers le monde extérieur. Certains points ont par contre peu évolué, comme la résolution de l’écran. Elle était de 240x320 sur les premiers PDA, ce qui est toujours le cas aujourd’hui. Toshiba avec son e800 a bien introduit le mode VGA mais le non support de ce mode par Windows Mobile 2003 a largement pénalisé le succès de ce Pocket PC assez révolutionnaire. Il est vrai que Microsoft avait chaussé des bottines en plomb pour avancer dans le développement de Windows Mobile 2003 SE… Sale temps pour les PDA surtout haut de gamme !

Actuellement, il n’existe plus que cinq Pocket PC haut de gamme dotés d’un écran VGA : Asus MyPal A730, Dell Axim X50v (en remplacement), Fujitsu Siemens Loox 720, HP iPAQ hx4700 et les derniers Toshiba e830 de stock (Toshiba ayant décidé d’abandonner ce marché). Ces modèles sont particulièrement bien équipés et disposent d’un processeur Intel PXA270, de 64 à 128Mo de RAM, des ports SD et CF ainsi que de Wifi et/ou Bluetooth.


hx4700, le vilain petit canard ?

Les « geeks » sont de grands conservateurs ! Etrange ? Non, amusant… Aussi vrai que les fans de portables ont eu du mal à accepter les machines e 15,4 pouces et 17 pouces, les amoureux des PDA ont toujours vu d’un mauvais œil les « gros PDA » tels que les e800, e830 et hx4700 dont la grande diagonale nuit à la portabilité… L’annonce du hx4700 a provoqué un véritable tollé : non seulement il est beau comme un Thinkpad avec un look taillé à la hache mais en plus il laisse tomber la classique croix directionnelle pour un touchpad identique à celui qui équipe les portables. Une chose est certaine, ce hx4700 ne laisse pas indifférent. On aime ou on déteste ! D’ailleurs, sans avoir essayé, on préfère souvent critiquer ce qui sort des sentiers battus…

Le hx4700 est le seul PDA actuel à encore faire appel à du magnésium pour sa coque, tous les autres sont passés au plastique plus économique… Vu de face, ce Pocket PC est parfaitement symétrique, ce qui ne manque pas de porter à confusion entre le haut et le bas. Sous l’écran, on retrouve la zone tactile du touchpad et quatre boutons (contacts, calendrier, e-mail et iTask). Les trois premiers assurent une seconde tâche en cas de pression de plus de 3 secondes (basculement entre le mode curseur et le mode navigation, swtich entre paysage et portrait et iPAQ Wireless). Le quatrième bouton n’a par défaut pas de seconde assignation mais ils peuvent tous utiliser une première et une seconde fonction personnalisée… Au dessus de l’écran, HP a placé le speaker (avec 9 ouïes) sur la droite et en vis-à-vis trois « petits trous » qui renforcent l’aspect symétrique. Il s’agit en fait de deux leds (communication sans fil activée et charge de la batterie) et d’un capteur de luminosité. Quand le pilotage automatique de la luminosité de l’écran est activé, ce capteur adapte le rétro éclairage : plus il fait noir, plus l’écran devient lumineux et inversement. Une solution bien farfelue dans la mesure où dans le noir, il n’y a jamais besoin du rétro éclairage maximum… Du coté gauche, on retrouve le bouton d’enregistrement de mémo et la fixation du protège écran. A droite, rien à l’exception du silo pour le stylet. Le dessus du hx4700 reçoit les slots SD et CF. Ce dernier est muni d’un cache de protection mais pas de système d’éjection. Le coin supérieur droit est assez chargé : jack audio, bouton power et stylet. Avec une prise jack volumineuse, l’accès au stylet et au bouton de mise sous tension est difficile, voire impossible. La base du hx4700 abrite le port infrarouge, le reset et les loquets de verrouillage de la batterie.
A l’usage, la symétrie du design conduit toujours à une ou l’autre confusion entre le haut et le bas de la machine. Mais c’est surtout la position du port infrarouge et la proximité du bouton power, du stylet et du jack qui joue en défaveur de l’agrément d’utilisation…


Les technologies

La première chose qui marque quand on voit le hx4700, c’est son écran. Avec une diagonale de 4 pouces, c’est un des plus grands utilisés dans un PDA. Il affiche une résolution de 480x640 points et un excellent rendu des couleurs. Très lumineux, il est de type « brillant » comme sur les portables. Le contraste est donc optimal mais l’écran a tendance à refléter tout ce qu’il voit… Pour gérer l’écran, HP a retenu un circuit graphique spécifique au lieu du contrôleur intégré au processeur. Il est vrai qu’entre 320x240 et 480x640, il y a 4x plus de pixels à piloter. L’ATI Imageon 3220 sélectionné par HP est identique à celui qui équipe les Toshiba e800. Il dispose de 2Mo de mémoire dédiée mais contrairement au récent Intel Marathon 2700G et ses 16Mo (Dell X50v), il n’a pas d’accélération 3D… L’accélérateur graphique du hx4700 remplit bien son rôle quand on le compare à une machine qui en est dépourvue comme le Loox 720. Au niveau de la puissance, ce PDA est servi ! Avec un Intel XScale PXA270 à 624MHz équipé de la technologie Wireless MMX™ Technology (ou WMMX qui regroupe un total de 43 instructions issues des sets MMX, SSE ainsi que quelques autres fonctions multimédia). Pour que la puissance ne fasse pas qu’une bouchée de l’autonomie, le PXA270 du hx4700 dispose de l’Intel Wireless Intel SpeedStep, une technologie d’adaptation de la fréquence en fonction de la charge de travail ainsi que Media Power On-Demand ou la possibilité d’arrêter les unités multimédia non utilisées.


Autre innovation introduite par Intel de paire avec ses processeurs PXA de dernière génération, la mémoire Intel StrataFlash. Qu’est-ce donc ? Les premiers PDA disposaient d’une ROM (pour l’OS) et d’une RAM répartie entre les programmes et les applications. Qui plus est, il fallait conserver assez de RAM libre pour faire fonctionner les applications… La ROM était de type EPROM, c’est à dire qu’elle pouvait être mise à jour comme le BIOS d’une carte mère. En cas d’épuisement de la batterie, tout ce qui avait pris place en RAM était alors perdu. Seul l’OS et les programmes présents en ROM restaient disponibles… Les nouveaux PDA sont toujours équipés de RAM mais leur ROM est à présent bien différente. La StrataFlash peut être utilisée comme une mémoire non volatile. Dans le cas du hx4700, on retrouve 64Mo de RAM et 128Mo de ROM avec respectivement 55Mo et 80Mo accessibles à l’utilisateur.

Avec Windows Mobile 2003 SE, on dispose donc de 55Mo de mémoire volatile à répartir entre les programmes, les données personnelles et les besoins de l’OS mais aussi de 80Mo de ROM (appelés iPAQ File Store) également utilisables pour des applications et des données. Une solution au final assez peu pratique… Windows Mobile 2005 qui sera disponible pour le hx4700 sous forme de mise à jour payante au printemps 2006 apportera de grands changements. Tous les PDA Windows Mobile 2005 utiliseront alors la ROM (à l’Image du disque dur d’un PC) pour l’OS, les programmes et les données alors que la RAM servira aux données utilisées et aux programmes en fonctionnement (également comme sur les PC). Si on peut dans l’état actuel des choses trouver les 64Mo de RAM assez chiches par comparaison aux autres PDA haut de gamme, il ne faut pas oublier les 80Mo d’iPAQ File Store qui viennent en complément. Avec la prochaine version de Windows Mobile, le hx4700 sera plus fonctionnel : 80Mo de « disque dur » et 64Mo de RAM. Les Loox 720 et A730 qui ont 128Mo de RAM mais seulement ~20Mo de StrataFlash libres seront certainement moins à l’aise avec le futur Windows Mobile… Autre détail important, la StrataFlash ne nécessite pas d’alimentation électrique pour conserver ses données. Avoir plus de « StrataFlash libre » et moins de RAM (par exemple 64Mo au lieu de 128Mo) devrait aussi garantir une meilleure autonomie.

Au niveau de la communication, le hx4700 est bien armé. Il dispose d’un port infrarouge (certes mal placé), du Wifi, de Bluetooth et d’un port de communication USB 2.0. Ce dernier n’est cependant pas de type USB Maître. Il ne peut donc pas accueillir une clef USB ou un disque dur externe… La partie Wifi est performante et offre une très bonne portée. La stack Bluetooth est signée Widcomm et supporte la norme 1.2. A noter que contrairement aux machines PalmOS, les Pocket PC sous Windows Mobile supportent plusieurs liaisons Bleutooth simultanées.

Le touchpad du hx4700 est signé Synaptics et propose deux modes de fonctionnement. En mode navigation, il se comporte plus ou moins comme un pad traditionnel. Le mode curseur est identique à celui d’un portable y compris le clic’n’darg assez difficile à maîtriser dans un premier temps. Dans tous les cas, la sensibilité du NavPoint (puisque c’est son vrai nom) est ajustable. A titre personnel, j’ai été très attiré par le touchpad et surtout le mode curseur. Après une période d’apprentissage un peu fastidieuse, j’ai fini par trouver le système très astucieux et après pas mal de pratique, diablement efficace. Enfin, si vous êtes déjà du genre à utiliser une souris externe sur un portable et/ou ne jurer que par le D-Pad de votre PDA, le Navpoint du hx4700 risque de ne pas vous plaire. Inversement, cette nouveauté HP pourrait bien vous séduire…

Enfin, le hx4700 bénéficie d’une qualité de fabrication qui tend à disparaître à notre époque. L’assemblage est parfait et les matériaux sont tous de grande qualité.

Une belle offre !

Comme tous les PDA haut de gamme, le hx4700 est livré avec un cardle USB 2.0 et un adaptateur secteur. Point intéressant, le hx4700 supporte la charge par le port USB moyennant la validation d’une option dans les paramètres d’énergie. On peut donc se contenter du cardle pour une utilisation fixe et embarquer le chargeur seul en déplacement. Cette solution est déjà proposée sur le Loox 420 testé l’an dernier. Par contre, contrairement à d’autres PDA récents, le socle du hx4700 ne comporte pas de chargeur de batterie. Les batteries haute capacité proposées par HP sont par contre vendues avec un chargeur…


C’est surtout du coté logiciel que ce hx4700 se démarque. Comme beaucoup d’autres constructeurs, HP offre 4 points qui permettent de choisir des logiciels en ligne. L’offre est intéressante car on retrouve des softs incontournables tels que Spb Pocket Plus (fonctionnalités étendues pour Windows Mobile) ou DVD to Pocket PC mais aussi des jeux, traducteurs, etc. Le hx4700 offre déjà une logithèque interne de plus complètes.
  • Pocket Informant : un PIM étendu compatible avec Outlook.
  • BT Phone Manager : un logiciel de connexion aux téléphones Bluetooth.
  • ClearView PDF : un programme pour visualiser les documents PDF.
  • ClearView Presentation : une visionneuse de fichiers Power Point.
  • DockWare : un économiseur d’écran qui affiche un calendrier et un fond d’écran.
  • HP Image Zone : un logiciel de visualisation et de retouche d’Images.
  • HP Mobile Printing : un utilitaire d’impression via Wifi sur imprimante HP.
  • iPAQ Backup : une application de sauvegarde et restauration des données.
  • iTask Manager : un utilitaire de lancement des applications et gestion des boutons.
  • iPAQ Audio : un égaliseur pour la sortie audio.
  • iPAQ Wireless : un assistant de connexion sans fil.
  • HP Asset Viewe : un applet pour voir l’état du hx4700.
  • HP Enroller : un enregistreur de certificats.
  • TodayPanel Lite : un add-on pour la page « Aujourd’hui ».
  • Aujourd'hui et le plug in TodayPanel Lite iTask Manager, un lanceur d'applications qui centralise des fonctions utiles.

    Paramètre 1/2 Paramètre 2/2

    Programmes 1/2 Programmes 2/2

    Ce belle offre complète tout ce qui se trouve déjà en série dans Windows Mobile 2003 SE… Face à des concurrents, le prix du hx4700 est certes plus élevé mais il n’est pas nécessaire de compléter son offre logicielle, ce qui conduit à une élévation rapide de la note. Contrairement à d’autres constructeurs, HP ne livre aucun logiciel pour gérer manuellement le SpeedStep du PXA270…

    Gestion du NavPoint Gestion des connexions sans fil

    Nombreuses intensités de rétro éclairage et option d'ajustement automatique Batterie de LiIon de forte capacité et batterie de backup NiMH

    Seulement 64Mo... Mais 85Mo d'iPAQ File Store !

    Informant Pro 5 iPAQ Backup

    HP Image Zone, pour visualiser et éditer les Images DockWare, économiseur d'écran combiné à un calendrier et un diaporama des Images de My Pictures


    Performances

    SPB Benchmark est le logiciel incontournable de mesure des performances pour les Pocket PC. Nous l’avons utilisé pour évaluer le hx4700 et ses principaux concurrents : Axim X50v, Loox 720, A730 et e830.

    Le hx4700 sort premier dans la majorité des tests y compris pour l’autonomie. Il faut dire qu’il utilise une batterie de 1800mAh, il devance largement les A730 (1100mAh), X50v (1100mAh) et autres Loox 720 (1640mAh).
    Les tests graphiques sont à mettre de côté. En effet, Windows Mobile 2003 SE gère les écrans 480x640 (VGA) mais seulement en 240x320 (QVGA). En fait, seul le fond d’écran est en haute résolution ou des applications spécifiques, mais l’affichage de l’OS se fait toujours en QVGA. Les résultats de tests sont donc en mode QVGA et comme Windows Mobile 2003 est incapable de gérer correctement les Intel 2700G et ATI Imageon 3220, les performance des hx4700 et X50v sont inférieures à celles de ceux utilisant le contrôleur graphique du PXA270. En pratique, on observe aisément le contraire… Le moins que l’on puisse dire est que Microsoft n’a pas fait grand chose pour gérer les innovations des PDA. Espérons que la prochaine mouture corrige le tir !

    Le Mode VGA SE Le mode real VGA via le hack SE_VGA
    Il faut utiliser un logiciel tiers pour passer du QVGA lissé, le
    mode par défaut ou mode real VGA. Attention à la lisibilité !



    TT-Hardware en mode par défaut (VGA SE)


    TT-Hardware en real VGA (nécessite un reboot du PDA).


    A l’usage…

    Le hx4700 est un grand PDA : 131 x 77 x 15mm pour 187 grammes. Il n’est donc pas très adapté pour prendre place dans une poche de chemise. Son grand écran lumineux permet une utilisation dans toutes les conditions de luminosité. Il s’avère particulièrement efficace en utilisation GPS. La partie sonore est aussi à la hauteur dans cette optique. L’autonomie est aussi un point fort du hx4700. Il autorise jusqu’à 3 ½ heures de navigation soit 1 heure de plus que le Palm Tungsten | T3 qui jetait généralement l’éponge avant 2 ½ heures… La puissance de calcul du PXA270 se ressent dans les calculs d’itinéraire et l’affichage 3D est des plus fluides avec TomTom Navigator 5.1. Le port infrarouge n’est pas un modèle de portée. Qui plus est, situé à l’arrière, il n’est vraiment pas pratique pour une utilisation comme télécommande même si les logiciels permettent une rotation rapide de l’écran… En lecture MP3, l’appareil atteint la demi-journée à savoir 12 heures !



    Conclusion

    Le hx4700 est un PDA qui a le mérite d’innover sur un marché assez conservateur. Il se démarque par un look et un système de pointage tous les deux originaux. Ca passe ou ça casse ! Ces détails mis à part (ils en auront peut-être déjà rebutés certains), le hx4700 revendique clairement son appartenance au haut de gamme. Il peut miser sur son magnifique écran lumineux de 4 pouces, un processeur surpuissant, un châssis en magnésium et une autonomie exemplaire. Sa connectique est complète (Wifi, Bluetooth, infrarouge, SD et CF) et on ne peut que reprocher à son port USB 2.0 de ne pas être USB maître. De plus, l’offre logicielle est exemplaire et évite de nombreux frais cachés. La critique la plus courante à l’égard du hx4700 vient des 64Mo de mémoire jugés trop étriqués. Cependant, il y a lieu de tempérer. L’iPAQ File Store de 80Mo est parfaitement utilisable comme complément de RAM avec l’avantage d’être non volatil. Ce défaut pourrait même devenir un avantage sous Windows Mobile 2005… Il reste un prix franchement élevé à une époque où beaucoup ne considèrent plus que le tarif comme critère principal. On regrettera également que la mise à jour vers Windows Mobile 2005 sera non seulement payante mais qu’elle est reportée de l’automne 2005 au printemps 2006 à cause d’un pilote (probablement celui du touchpad).

    HP iPAQ hx4700 : 8,5/10 ou 9/10 (selon l’intérêt pour le touchpad)

    Plus :
    Ecran, Wifi, Bluetooth, CF, SD, PXA270 à 624MHz, iPAQ File Store de 80Mo, offre logicielle, autonomie, finition et matériaux
    Moins : Prix, 64Mo de RAM, position infrarouge, jack – bouton power et stylet trop proches, mise à jour tardive vers Windows Mobile 2005.
    Mise à jour le Mardi, 10 Novembre 2009 20:23