Home Tests Mobilité Samsun N510 (Ion) : le saint graal des nomades ?

Samsun N510 (Ion) : le saint graal des nomades ?

Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 
Écrit par Pascal Thevenier   
Mercredi, 30 Septembre 2009 14:48
En un peu plus d’un an, les netbooks ont connu une évolution extraordinaire et ont séduit un grand nombre d’utilisateurs. Alors que nous pensions avoir fait « le tour du propriétaire » dès le printemps 2009, de nouvelles machines équipées d’un écran de 11,6 pouces ont fait leur apparition avec pour « motorisation » un couple Atom Z & Poulsbo... Si le « 1366x768 » associé à la plus grande diagonale nous ont directement séduits, la perte de puissance sans augmentation de l’autonomie nous a laissé sur notre faim ! Avec l’Aspire One 751 (le premier netbook 11,6 pouces), Acer a déjà coupé l’herbe sous le pied d’Asus, l’inventeur du netbook… Cette fois, c’est Samsung qui brûle la politesse au « vétéran » en commercialisant le premier netbook 11,6 pouces reposant sur la plateforme NVIDIA Ion composée d’un Atom N et d’un GeForce 9400m… Entre netbook et ultra portable, le Samsung N510 est-il le saint graal des nomades ?


Plus dynamique que jamais !

Lors du raz de marée netbook de l’été 2008, plusieurs visions se sont rapidement opposées. Les « anti-netbooks » prévoyaient que ce type de machines ne passeraient même pas l’hiver une fois l’effet de mode retombé. Ils ont eu tort ! Les fans des premiers mini PC ont défendu bec et ongles le concept de base incarné par l’EEE PC 701 malgré un certain nombre de défauts comme un écran étriqué et une résolution à peine plus élevée que celle d’un smartphone. Malheureusement, beaucoup ont été déçus par la disparition des netbooks de 8 et 9 pouces mais aussi par l’augmentation de la taille et du poids ainsi que la course à l’armement/équipement qui ont fait grimper les prix... Enfin, d’autres ont suivi ce marché en pleine effervescence attendant toujours de nouvelles avancées technologiques. Force est de constater que ces derniers en ont eu pour leur argent ! En un peu plus de 18 mois (sur base des premiers modèles importés), l’écran est passé de 7 pouces en 800x480 à 9 et 10 pouces en 1024x600 pour aujourd’hui atteindre 11,6 pouces en 1366x768. Les vieux Celeron 900 MHz ont cédé leur place aux Atom N270 et 280, parfaitement adaptés à la mobilité avec les technologies HyperThreading et SpeedStep. Les disques durs et Windows XP ont remplacé les SSD (parfois rachitiques) et les distributions de Linux adaptées par les constructeurs. Enfin, Bluetooth s’est généralisé. Si toutes ces avancées ne sont pas au goût de tous, l’offre en netbooks a le mérite de s’être fortement étoffée et beaucoup trouvent chaussure à leur pied !


N510 : non gloss !

La majorité des netbooks est tombée sous la mode de l’ultra gloss : Pire que des publicités pour rouge à lèvres ! Impossible de toucher un netbook sans laisser des dizaines d’empreintes digitales et nul besoin d’être un expert pour les voir. Heureusement, Samsung a amorcé un virage dans le bon sens. Le N510 n’a qu’un capot brillant, tout le reste est mat. Mieux, la finition interne est de type « soft touch » et particulièrement agréable. Même l’écran est mat ! Incroyable ? Mais vrai ! Et pour ne rien gâcher, le N510 profite d’une ligne vraiment élégante. Il faut dire que depuis le NC10 avec son touchpad trop petit et son repose poignets « anguleux », Samsung a déjà revu sa copie plusieurs fois avec notamment le N120 mieux « galbé » et un dispositif de pointage plus grand puis avec le magnifique N110 noir injustement méconnu malgré ses nombreuses qualités. Compte tenu de sa lignée, le N510 peut-être considéré comme une machine très aboutie. Etant sous le charme des lignes du N510, nous ne nous éterniserons pas sur le sujet afin rester objectifs. Quoi qu’il en soit, un netbook noir, soft touch avec seulement un capot gloss a d’emblée des qualités majeures au yeux de certains…


11,6 pouces et le reste ?

Par rapport à un netbook de 10 pouces, le N510 est plus large de ~25 mm et plus profond de ~12 mm. L’épaisseur à l’arrière étant elle comparable à celle de la majorité des netbooks dotés d’une batterie de six cellules avec 38 mm (pieds et batterie compris). En comparaison avec l’Acer Aspire One 751 (284 x 218 x 31), le N510 est plus épais mais moins profond (288 x 199 x 38). La différence vient de la position de la batterie : en « sac à dos » sur l’Acer, elle se retrouve sous le châssis sur le N510. L’inévitable augmentation du gabarit par rapport aux modèles de 10 pouces a cependant un avantage. Le N510 a un clavier avec de très grandes touches (comme le N120) et le touchpad profite d’une zone tactile vraiment généreuse, bien plus grande que sur un Aspire One 751. Il y a cependant deux reproches à faire au N510 : le touchpad n’est pas multi touch et certaines touches du clavier ont une position exotique (², > et les deux touches Windows inversées sans raison). Malgré ce layout original (mais peu gênant en pratique), le clavier est selon nous une (voire la) référence. Quant au touchpad, sa bonne taille et des boutons irréprochables en font un des meilleurs. Enfin, pour ne rien gâcher, Samsung propose toujours une volée de leds témoins : sous tension, batterie, wifi, disque dur et verrouillage des majuscules. Par rapport aux autres modèles de la marque, les diodes témoin pour le pavé numérique et le défilement passent à la trappe.


Poids contenu !

Le N510 n’est pas un poids plume. Il accuse 1420 grammes sur la balance. C’est plus qu’un Aspire One 751 (1362 gr) mais moins qu’un Asus 1000H(E) (1440 gr) ou qu’un Samsung NC20 (1514 gr). L’augmentation de la taille en conservant un poids raisonnable n’a pas d’impact négatif sur la rigidité qui est excellente malgré la présence d’une grande trappe sous la machine. Elle donne accès à la barrette de mémoire et au disque dur. Ce dernier est monté sur un berceau avec un embout spécial sur les connecteurs (une sorte de renvoi d’angle). De prime abord curieux, ce montage permet visiblement d’installer un disque de 12,5 mm d’épaisseur si besoin (mais nous n’avons pas pu le vérifier). Rien non plus à reprocher aux charnières qui sont suffisamment fermes pour bien maintenir l’écran et empêcher toute vibration. Par rapport à d’autres netbooks, il faut souligner un système de refroidissement évolué en raison de la présence du GeForce 9400 (radiateur de grande taille avec heatpipe) et d’un port HDMI. Le reste de l’équipement est identique à celui de tous les netbooks, port VGA compris.


Technologies

Malgré les offres « indécentes » d’Intel qui propose l’ensemble Atom et chipset à 25 $ alors qu’il vend l’Atom seul à 45 $, Samsung utilise ici une plateforme NVIDIA Ion. Elle se compose d’un Atom N270 ou 280 (45 $) et d’un GeForce 9400 (35 $). Compte tenu de cette pratique anticoncurrentielle, un N510 coûte au minimum 55 $ de plus qu’un netbook 100% Intel ! Si le GeForce 9400 présente le même avantage que le Poulsbo, à savoir combiner northbridge et southbridge en une seule puce, la solution de NVIDIA est autrement plus puissante. Le GeForce 9400 un « vrai » processeur graphique (basé sur l’architecture DirectX 10 de NVIDIA) qui dispose de 16 processeurs de flux et d’un moteur de décompression vidéo PureVideo HD. A noter que l'Ion LE est destiné au machine livrées avec Windows XP et il ne prend pas en charge DirectX 10 (un hack devrait probablement contourner cette limitation). Il est cependant assez difficile de savoir avec certitude à quelles fréquences fonctionnent les unités de calcul. Les documents de NVIDIA évoquent 450 MHz pour le core et 1100 Mhz pour les 16 processeurs de flux. RivaTuner ne prend pas encore l'Ion en charge et Everest détecte 100 MHz / 100 Mhz dans le monitoring mais il affiche aussi d’autres fréquences possibles :
  • Level #1 : 200 MHz / 400 MHz
  • Level #2 : 300 MHz / 600 MHz
  • Level #3 : 350 MHz / 800 MHz
  • Level #4 : 450 MHz / 1100 MHz
  • Compte tenu des très bons indices obtenus dans les benchs, on peut penser à un mode 3D à 450 MHz / 1100 MHz (détectées par GPU-Z). Le GeForce 9400 supporte aussi nativement le SATA (contrairement au Poulsbo qui demande un bridge), une interface Ethernet (jusqu’au Gigabit selon le PHY) et un contrôleur HD Audio de type Azalia.


    Côté processeur, l’Atom est déjà bien connu. Par contre, la politique de Samsung est assez curieuse. En effet, les N510 sont livrés avec un Atom N270 ou N280 selon le pays… Il en découle des différences de performances minimes en raison d’une différence de 66 MHz et d’un FSB plus rapide (667 MHz contre 533 MHz). L'Atom rappelle cependant que le N510 n’est « qu’un netbook » malgré ses excellentes prestations 3D et son gabarit d’ultra portable…

    Le N510 se démarque aussi par le support du Wifi 802.11 dans sa version « N » fraîchement finalisée et Bluetooth avec EDR en norme 2.1. Quant à l’interface HDMI, elle permet de brancher un le N510 à un téléviseur Full HD sans perte de qualité au niveau du signal.


    A l’usage…

    Avec une puissance graphique nettement plus importante que celle du GMA 950 d’un i945GSE (TDP de 9,3 Watts avec l’ICH7M) , le GeForce 9400m consomme inévitablement plus. Nous avons comparé l’autonomie des Samsung N110 (Atom N270, 945GSE, 10 pouces) à celle du N510 (Ion, 11,6 pouces) tous les deux équipés d’une batterie de 57 Wh. Le N110 (plateforme 100% Intel) offre une autonomie de 8 heures soit une « consommation » moyenne de 7,1 Watts. De son côté, le N510 (plateforme Ion) ne tient que 4 heures 55 minutes soit 11,6 Watts en moyenne. Malgré une consommation plus importante, le N510 chauffe peu et le système de ventilation est vraiment discret. L’Acer Aspire 751 (Atom Z520, Poulsbo, 11,6 pouces) atteint 6 h 40 avec une batterie de 48,8 Wh soit une consommation de 7,32 Watts. Il faut cependant préciser que l’écran du « 751 » est beaucoup moins lumineux que celui des N110 et N510…Enfin, l’adaptateur secteur du N510 est un des plus petits mais il est affublé d’une part par une prise trois pôles et d’autre part par un long connecteur droit…


    Comme déjà signalé, le clavier et le touchpad sont un véritable régal et la partie audio n’est pas en reste. Les speakers orientés vers le bas ont une « bonne présence » pour une machine de cette taille. Le pilote SRS contribue à renforcer le rendu audio mais le N510 n’égale cependant pas l’Asus 1000H(E). La webcam ne figure ni dans les meilleures, ni dans les plus mauvaises ; elle fait son office sans plus...

    L’écran LED 1366x768 (Samsung LTN116AT01000) nous a donné satisfaction. Il est nettement plus lumineux que celui de l’Acer Aspire One 751. Nous avons aussi apprécié sa finition mate qui ne produit pas de reflets ! Le rendu des couleurs est moins soutenu qu’avec un écran brillant mais il ne présente pas de dominante. Son plus gros défaut vient des angles de vision assez fermés…

    Le N510 permet de jouer dans de meilleures conditions que bien des portables d’entrée de gamme équipés d’un GMA X4500. Des jeux anciens mais lourds comme Doom III ou Tomb Raider Legend passent en 640x480 en qualité faible ou moyenne à ~30 fps alors que d’autres moins gourmands comme Need For Speed Hot Pursuit 2, UT2004, FarCry ou encore Half-Life² passent sans problème avec des réglages plus poussés. Des titres récents comme Street Fighter IV, Call of Duty 4, World of WarCraft, Les Sims 3; Portal ou encore Spore sont exploitables au moins en 640x480 basse qualité mais d’autres comme World In Conflict restent de vrais slide show… Selon nous, l’Atom est le maillon faible de la chaîne et les jeux demandant plus de ressources processeurs seront injouables. D’un point de vue global, le N510 offre la même puissance que les premiers Pentium-M (Banias à ~1,3 GHz) avec des prestations 3D comparables à celles des portables équipés d’un GPU dédié d’entrée de gamme.


    Spécifications et performances

    Dans les tests qui dépendent essentiellement du processeur, le N510 se comporte comme un netbook normal. L’Ion fait cependant la différence dans le test global PC Mark 2005, ce qui permet à ce Samsung d’obtenir le meilleur indice relevé à ce jour malgré la présence d’un disque dur peu performant. En 3D, le GeForce 9400 laisse le GMA 950 sur place et enterre complètement l’anémique GMA 500. Il n’y a pas de problème pour lire les vidéos Full HD avec la plateforme Ion mais l’utilisation des ressources varie de manière assez importante selon le logiciel de lecture utilisé… La lecture de flux Full HD prend ici tout son sens en raison de la présence d’un port HDMI idéal pour se connecter à un écran ou un téléviseur Full HD. Dans ces conditions sédentaires, la consommation n’a plus beaucoup d’importance mais il ne faut pas perdre de vue d’un Ion consomme toujours plus qu’une plateforme Intel. Dans les circuits graphiques pour netbooks, les GMA 950 et Chrome9 HC3 sont les moins bien lotis pour la restitution de flux Full HD…

    Résumé des caractéristiques des derniers netbooks testés :


    Résumé des performances des derniers netbooks testés :



    Conclusion

    Le Samsung N510 est certainement un des plus beaux netbooks actuels (bien que ce critère soit très subjectif) et son ergonomie est exemplaire avec un clavier et un touchpad parmi les meilleurs. C’est aussi un des premiers netbooks qui tourne – en partie - le dos à la pitoyable mode du « gloss » avec une finition interne soft touch et un écran mat (seul le capot demeure brillant). Nous l’avions déjà largement découvert et apprécié avec l’Aspire One 751, une dalle de 11,6 pouces en 1366x768 donne enfin un espace de travail digne de ce nom. L’Ion offre de très bonnes performances 3D et permet de jouer à des jeux beaucoup plus récents que l’antique GMA950 même en résolution native ! Il faut aussi ajouter le moteur PureVideo HD, le support de CUDA et les pilotes GeForce qui proposent bien plus de régalges que ceux livrés par Intel pour ses GMA... Pour ne rien gâcher, le N510 est silencieux en bureautique et même en charge, il reste très discret. Le bât blesse cependant au niveau du prix et de l’autonomie. En effet, le N510 est cher (bien qu’à présent déjà disponible à partir de 475 €) en raison de la politique tarifaire d’Intel qui brade l’Atom quand il est vendu en bundle avec un chipset de la marque. Du coup, un Ion coûte au moins 55$ de plus qu’une plateforme 100% Intel... Avec presque 5 heures d’autonomie, le N510 ne fait pas partie des netbooks les plus endurants. Il ne faut cependant pas oublier qu’il y a moins d’un an, l’Asus 1000H détenait un record avec 5 h 37, soit « seulement » une quarantaine de minutes de plus et que le MSI Wind peinait à dépasser les 2 heures !

    Samsung N510 : 9/10
    Pour :
    Design, performances 3D, pilote graphique, finition, résolution, écran luminueux et mat, poids, encombrement, Wifi N, Bluetooth 2.1, HDMI, clavier, touchpad et faible niveau sonore
    Contre : « Seulement » 5 heures sur batterie, prix supérieur à la moyenne, angles de vision.


    Nous aurions au final aimé un processeur plus puissant que l'Atom dans ce N510. Etant donné que le GeForce 9400 est de loin le plus gros consommateur de cette plateforme, un processeur CULV serait le bienvenu ! Certes il réduirait encore un peu l’autonomie mais pas de manière aussi drastique que le passage d’un 945GSE à l’Ion…Avec une batterie de 5900 mAh au lieu de 5200 mAh, un Core 2 Solo U3500 1,4 GHz à la place de l’Atom N, le N510 serait une machine parfaite : puissante et suffisamment endurante (~ 5 ½ heures d’autonomie).