Home Tests Mobilité Samsung N220 et Atom Pineview-M

Samsung N220 et Atom Pineview-M

Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 1
MauvaisTrès bien 
Écrit par Pascal Thevenier   
Vendredi, 12 Février 2010 13:22

Il y a deux ans, Asus a eu l’idée de génie d’inventer un ordinateur portable aussi compact que bon marché. Pour arriver à ce résultat, le constructeur est allé piocher dans les stocks des vieux composants mais les premiers EEE PC ont suscité un intérêt peu commun… Conscient du potentiel énorme que représente ce marché, Intel a développé le processeur Atom adapté aux netbooks. Pas spécialement performant, il brille par sa consommation particulièrement faible. Hélas, il n’a jamais été associé à un chipset digne de ce nom. Ancien, le couple i945GSE et ICH7 consomme énormément… Quant au récent « Poulsbo », il se montre aussi économique qu’anémique ! Depuis le début de l’année, l’Atom Pineview-M prend la relève avec des raffinements issus de l’architecture Nehalem. Le Samsung N220 fait partie des premiers netbooks à profiter de ces avancées...



Débuts difficiles…

Le concept du netbook est une véritable révolution. Jamais un « ultra portable » capable de remplir les tâches basiques mais suffisantes à la majorité des utilisateurs n’avait été commercialisé à un prix si bas. En l’absence de composants développés pour ce nouveau concept, Asus est allé faire ses courses dans les composants les plus vieux et les moins chers toujours disponibles. Ainsi, les premiers EEE PC ont été conçus autour d’un processeur Celeron M 353 et d’un chipset 910GML. Malgré une gravure en 90 nm, le Celeron se contente d’un TDP de 5 watts mais le jeu de composants porte le TDP total à 19,3 watts…

Avec l’Atom, les choses évoluent de manière impressionnante. Radicalement nouveau et conçu avec comme fil conducteur une consommation minimale, Intel parvient à un TDP de seulement 2,5 watts tout en offrant de meilleures performances que celles du Celeron. Outre sa faible consommation, l’Atom embarque la technologie HyperThreading qui confère une certaine souplesse au système. En raison de l’absence d’une unité d’exécution « Out Of Order » et d’une limitation à 2 instructions par cycle dans le pipeline, les prestations restent modestes en regard de la fréquence. A titre informatif, les Atom N200 n’ont que 47 millions de transistors (45 nm) contre 144 millions pour le Celeron M 353 (90 nm)… Si l’Atom se contente de peu, il est toujours appairé à un chipset « dépassé ». L’945GSE et l’ICH7m consomment toujours 9,3 watts à eux deux, soit 11,8 watts avec l’Atom.


ICH7-m, i945 GSE et Atom, le coeur des netbooks...


Avec les Atom Z500 et l’US15W (ex-Poulsbo), Intel arrive à un TDP de seulement 4,3 watts ! La réduction de la fréquence de l’Atom à seulement 1,33 GHz et les trop modestes prestations du GMA 500 font que les performances globales deviennent trop justes… En outre, les constructeurs ont généralement revu la capacité des batteries à la baisse. Au final, les netbooks à base d’Atom Z500 sont juste « plus fins » mais au détriment des « performances » et d’une autonomie stagnante.


Atom N450 et NM10

Avec l’architecture Nehalem des Core i7, Intel a suivi la voie ouverte par AMD en intégrant le contrôleur mémoire au cœur même du processeur. Fin 2009, Intel est allé plus loin avec l’architecture Westmere en intégrant directement un circuit graphique dans le processeur. Malheureusement, il s’agit seulement de la transplantation d’un northbridge dans le même package que le processeur. Avec l’Atom Pineview-M, Intel réussit l’intégration complète du core graphique et du contrôleur mémoire dans une seule pièce de silicium. Le nouvel Atom gravé en 45 nm se compose à présent de 123 millions de transistors disposés sur 66 mm² (26 mm² pour l’ancien) mais le packaging conserve une taille de 22 x 22 mm. Etant donné que tout est intégré au processeur, le NM10 est un simple southbridge qui prend en charge les ports USB, SATA ainsi que les I/O à basse vitesse. La connexion entre l’Atom et le NM10 passe par une liaison DMI comme sur les processeurs Nehalem. Le NM10 n’occupe que 17 x 17 mm au lieu de 31 x 31 mm pour l’ICH7m ! Au final, l’encombrement des composants nécessaires à la plateforme Pineview est réduit de 60% par rapport à la génération précédente. Avec un TDP de 7,6 watts répartis en 5,5 watts pour l’Atom et 2,1 watts pour le NM10, un système Pineview consomme en moyenne 20% de moins qu’un Atom N280 avec un 945GSE et son ICH7m.


Intel communique peu sur l’architecture interne de l’Atom mais selon les informations que nous avons recueillies, les unités d’exécution n’ont pas beaucoup évolué. Il faut cependant noter que cette génération supporte à présent le jeu d’instructions 64 bits. Le contrôleur mémoire dispose d’un seul canal pour un maximum de 2 Go de DDR2. L’Intel Graphics Media Accelerator ou GMA 3150 est un processeur graphique assez simple dérivé du GMA X3100, lui-même issu du GMA 950. Il ne dispose toujours que de 2 pixel pipelines cadencés à présent à 200 MHz. Il n’y a donc pas de gestion matérielle des Vertex Shaders, ce qui le cantonne à un support hardware limité de DirectX 9. L’interface LVDS est bridée à 1366x768 et la sortie VGA ne va pas au-delà de 1400x1050. Le décodage des flux vidéo n’est pas meilleur que sur les anciens GMA. Il ne faut donc pas attendre plus du GMA 3150 que d’un GMA 950…


Samsung N220

Châssis et mobilité
Contrairement à ce que nous pensions, le N220 n’est pas plus fin qu’un autre netbook mais il est plus léger que la moyenne. Bien que le plastique de la partie inférieure ne soit visuellement pas très flatteur, la rigidité est franchement excellente. Bien que de taille modeste, les charnières maintiennent très bien l’écran en place. Celui-ci semble d’ailleurs bien petit mais ce sont les bords qui sont particulièrement importants. Le N220 est d’ailleurs assez grand pour un netbook de 10 pouces… Côté design, chacun appréciera ou non les bordures chromées en périphérie du châssis et du carter d’écran.


Avec plus de 9 h 30 d’autonomie, le N220 (1,33 Kg) peut franchement partir en vadrouille sans son adaptateur secteur. Ce dernier est identique à ceux des autres modèles de la marque. Il n’est pas très volumineux mais est affublé d’une prise de terre et d’un connecteur droit assez long côté netbook. Pas vraiment pratique…


Ergonomie & périphériques
La partie supérieure en finition « soft touch » accueille un clavier tablette de chocolat. Les touches en elles-mêmes sont assez petites mais la séparation est bonne, ce qui permet une frappe rapide mais pas aussi agréable que sur les autres claviers de la marque. Le touchpad est lui aussi agréable avec une grande zone multi touch mais les boutons n’ont pas une accessibilité optimale. Ils sont assez étriqués et un rien en contrebas du repose poignets.

Le plus déroutant avec le N220 est le bouton de mise sous tension. Il s’agit d’une glissière en façade et non d’un bouton comme dans la majorité des cas. Cette disposition n’est pas des plus judicieuses. Il nous est arrivé plusieurs fois de mettre la machine en veille en la manipulant…

Samsung conserve cependant certaines habitude et on retrouve 5 leds : verrouillage des majuscules, activité du disque, wifi actif, charge de la batterie et mise sous tension. La partie audio est correcte malgré les très petites ouïes devant les speakers… La webcam fait bonne impression en 320x240 mais franchement décevante en 640x480 pour les clichés.


Technologie & utilisation
Le N220 est livré dans une boîte en carton brun comme tous les netbooks de la marque. Le bundle contient une housse mais Samsung ne livre aucun média pour restaurer le système. L’utilitaire Recovery Solution 4 permet de réinstaller Windows 7 mais pas de remettre la machine en version usine. Dommage ! Windows 7 Edition Starter est assez fluide sur la machine mais le disque dur Toshiba est franchement peu véloce. Avec un temps d’accès de plus de 18 ms, le démarrage des applications est laborieux. Il faut aussi signaler que le bloatware installé par Samsung n’aide pas vraiment…

A l’usage, le N220 est franchement silencieux. Le ventilateur s’est activé uniquement pendant les benchmarks comme 3D Mark. Et il faut coller l’oreille à la machine pour l’entendre tourner !


Caractéristiques

Les caractéristiques des netbooks ont très peu changé en 2 ans. Avec l'arrivé de Windows 7 Edition Starter, la capacité du disque dur passe de 160 Go à 250 Go. La connectique n'évolue pas mais Bluetooth et le Wifi 802.11n sont généralisés.




Performances


Le nouvel Atom N450 n’apporte aucun changement sur le plan des performances. Et le GMA 3150 non plus ! C’est le statu quo à ce niveau par rapport à un couple Atom N280 et 945GSE… Le disque dur Toshiba MK-55GSX de 250 Go avec son temps d’accès élevé contribue au faible score PC Mark 2005.


Conclusion

L’Atom N450 et le NM10 présentent deux avantages importants. En intégrant le contrôleur mémoire et le contrôleur graphique dans le die du processeur, Intel se passe de northbridge. Quant au NM10 avec ses 17 mm de côté, il est tout simplement minuscule à côté de l’ICH7m. Le passage de 3 à 2 puces permet donc de faire des cartes mères plus petites mais aussi plus simples avec seulement 4 couches au lieu de 6. En terme de consommation, le bilan est bien entendu très positif puisque le contrôleur mémoire et le GMA sont à présent en 45 nm. Le TDP passe de 11,8 à 7,6 watts soit 35% de moins. Intel avance une réduction de consommation moyenne de 20% et l’autonomie du N220 et 20% plus élevée que celle du N110… Les 9 ½ heures sur batterie apportent un réel confort ! Le N220 est un netbook correct mais il nous a quand même un peu déçus. Il est certes rigide mais les boutons du touchpad sont mal placés, la dalle est granuleuse (sur notre modèle), la webcam est en dessous de la moyenne et le disque dur Toshiba assez poussif. Pour 350 €, il est cependant à considérer notamment en raison de son autonomie et de son poids contenu. Enfin, dernier point à souligner, Windows 7 Edition Starter tourne de manière plus que satisfaisante sur ce type de netbooks.

Atom Pineview-m
Pour :
Consommation réduite, autonomie en progression
Contre : Les performances stagnent...

Samsung N220
Pour :
Prix, écran mat, silencieux, autonomie très élevée, rigidié, repose poignets soft touch
Contre : boutons du touchpad, clavier chocolat, webcam très moyenne, interrupteur de mise sous tension, pas de système de restauration de la configuration d'usine.

Mise à jour le Vendredi, 02 Mai 2014 09:17