Home Tests Mobilité Test du Lenovo Thinkpad X300

Test du Lenovo Thinkpad X300

Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 5
MauvaisTrès bien 
Écrit par Pascal Thevenier   
Vendredi, 10 Octobre 2008 17:05
Grands écrans et hautes résolutions ne vont pas toujours de pair avec légèreté et encombrement réduit. Il faut donc toujours faire des compromis difficiles : opter pour un petit écran, laisser tomber le graveur intégré, faire une concession sur l’autonomie, etc. Entre les Thinkpad série T puissants et assez richement équipés et les Thinkpad série X taillés pour la mobilité mais limités au niveau de l’écran, il y avait un segment vide. Le Thinkpad X300 a donc été conçu pour y pallier. Malgré un écran de 13,3 pouces en 1440x900 qui offre un espace de travail nettement plus confortable que les 12 pouces en 1024x768 ou 1280x800, le Thinkpad X300 embarque un graveur DVD et une batterie offrant plus de 4 heures d’autonomie alors que son poids ne dépasse pas 1 ½ kilo ! Cette machine intéressera certainement ceux qui regrettent la prise de poids et l’augmentation de la taille des Thinkpad serie T…


Entre deux mondes…

A l’image du Macbook Air, le Thinkpad X300 se situe entre l’ultra portable et le portable compact. Du premier, il conserve une taille mais surtout un poids contenu alors que du second, il hérite d’un écran plus grand et d’un graveur. Pour limiter la prise de poids ainsi que pour améliorer l’autonomie, le Thinkpad X300 est équipé d’un Core 2 Duo L7100 dont la fréquence maximale est de 1200 MHz.
Quand nous avons réceptionné le X300, ce n’est pas la taille de la machine qui nous a impressionnés. Que du contraire ! Ce 13,3 pouces occupe presque la surface qu’un T61 14 pouces. Il n’en va pas de même pour le poids – plume – de l’appareil. Du pur bonheur ! Le X300 est aussi nettement plus fin que les modèles de la série T. Fermé, il est tout juste aussi épais que la base d’un T61. Dans cette catégorie, seul le Macbook Air fait mieux…


Thinkpad T61 14 pouces wide et X300.


Des choix au service de la mobilité

Lenovo a fait appel à un écran à rétro éclairage led. Contrairement à une idée reçue, un écran led n’est pas synonyme de meilleur rendu des couleurs. En effet, par rapport à une dalle classique, seul le système de rétro éclairage change. Le néon alimenté en haute tension placé dans le bas de la dalle est remplacé par des diodes. Elles ont plusieurs avantages significatifs sur les néons. Plus petites, elles permettent de produire des dalles plus fines. Leur alimentation en basse tension élimine l’inverter (générateur de haute tension) qui consomme, chauffe, occupe un certain espace et pèse une dizaine de grammes. Le dernier avantage des leds est de produire plus de luminosité. Tout en consommant moins, un écran led est plus léger et plus lumineux.



Afin d’éviter les pièces mobiles, le X300 reçoit un Samsung MCC0E64GMPP-0VA, un SSD de 64 Go SATA 1,8 pouces. Au niveau de la consommation, un SSD présente un avantage certain. Au repos comme en activité, les SSD sont moins gourmands en énergie. Par contre, lors de certaines activités, notamment des copies et transferts de fichiers, ils n’ont pas toujours l’avantage sur leurs cousins mécaniques. Dans le cas du Samsung du X300, le taux de transfert n’est pas exceptionnel pour un SSD, avec une moyenne de 57 Mo/s en lecture, soit l’équivalent d’un bon 7200 rpm. Mais le temps d’accès de 0,4 ms fait la différence.

Le SSD est secondé par un graveur DVD Matshita UJ-844 ATA dont la particularité est une épaisseur de seulement 9,5 mm. Ce n’est pas une première en soi – les Thinkpad de la série T les utilisent depuis des années – mais dans un portable aussi fin, c’est particulièrement rare. Il n’est cependant pas extractible.

Au niveau du processeur, on retrouve un Core 2 Duo L7100 basse tension alors que le Dell Latitude XT que nous avions testé dernièrement utilisait un U7600 ultra basse tension. Malgré un cache de 4 Mo et un FSB de 800 MHz, le processeur du X300 n’est pas beaucoup plus réactif que l’U7600 limité à 2 Mo de cache et à un FSB de 533 MHz. Le L7100 est aussi « pénalisé » par sa technologie de gravure. Alors que les derniers Core 2 Duo « Penryn » sont gravés en 45 nm, il est toujours gravé en 65 nm (Merom). Sans même faire appel à des benchs, le processeur montre ses limites sur des sites complexes en flash comme http://www.speedtest.net/ où les animations ne sont pas aussi fluides que sur des processeurs à plus haute fréquence.

Pas de surprise au niveau du chipset et du circuit graphique, l’Intel GM965 est au rendez vous avec son GMA X3100. Compte tenu de l’orientation bureautique de la machine, il est suffisamment puissant pour afficher l’interface Aero Glass de Windows Vista pro en 1440x900.


Quel châssis !

Malgré son poids plume et sa petite taille, le X300 bénéficie de la « Roll Cage » qui équipé les Thinkpad plus gros. A titre de rappel, il s’agit d’une structure en magnésium interne sur laquelle se fixent tous les éléments comme la carte mère, les charnières de l’écran, le graveur, la batterie, etc. La coque externe n’est plus qu’une sorte de « peau » qui n’intervient que très peu dans la rigidité. Toujours pour contenir le poids, Lenovo a développé une structure spécifique pour le carter de l’écran. Pas de seconde « Roll Cage » comme sur les Thinkpad T mais un carter composé de fibre de carbone et de fibre de verre. Exception faite de la base, le X300 est recouvert d’un revêtement « soft touch » très agréable. La carte mère du X300 est un exemple de miniaturisation. Elle est à peine plus grande qu’un boîtier de CD audio !


Sympa sur la route…

Quand nous avons commencé à utiliser le X300, nous avons rapidement eu une surprise peu agréable. Le ventilateur s’est mis à tourner à pleine vitesse (5700 rpm) avec un bruit très aigu. Après quelques réglages dans les profils de gestion d’énergie, la machine est heureusement devenue silencieuse et l’activité du ventilateur plus sporadique. Ouf ! Mais quelle drôle d’idée de ne prévoir que deux vitesses de rotation (1400~1800 rpm et 5400~5800 rpm selon la température) dont la seconde si élevée !

Une fois l’écran ouvert, on découvre un clavier identique à celui des T60 et T61. Grâce à des touches « full size », la frappe est particulièrement agréable. Le repose poignets est lui aussi un régal avec sa finition « soft touch ». Si le Trackpoint est toujours parfait, le touchpad souvent jugé trop petit est à présent nettement plus grand et son toucher plus agréable. Les enceintes sont correctes et bien meilleures que la moyenne, malgré qu’elles soient placées dans le repose poignets, ce qui est une position moins favorable que logées dans la tranche du châssis. Lenovo a suivi la tendance « loupiottes » qui touche aussi les portables professionnels. Un témoin lumineux orange s’allume quand le son est coupé, le bouton power est éclairé en blanc (alors que d’autres témoignent déjà de la mise sous tension). La Thinklight est elle aussi rétro éclairée. Petit détail sympathique, elle peut clignoter pour signaler l’arrivée de mails. Enfin, la Thinklight est toujours présente pour illuminer le clavier. Elle a été déportée sur la droite afin que la webcam conserve la position centrale.

Le plus grand plaisir est de retirer la prise d’alimentation et de regarder dans la barre des tâches. L’utilitaire affiche fièrement 5 heures ! La batterie de 43560 mWh n’est pas étrangère à cette bonne performance. En utilisation réelle avec le rétro éclairage à 50% et le wifi actif, la machine a tenu 4 heures et 22 minutes. Grâce au rétro éclairage led, la luminosité peut être modulée de manière intéressante au profit si besoin de l’autonomie. Même avec la luminosité réduite au niveau 1, l’écran reste plus lisible qu’un écran classique. En extérieur, l’intensité maximale est secourable mais certaines dalles brillantes font mieux. Si la lisibilité est bonne, le rendu des couleurs est correct mais les angles de vue sont très fermés, surtout verticalement. Toute vue avec une légère plongée se solde par une perte du contraste et une dégradation importante des couleurs. Nous avons fait quelques recherches sur la dalle Toshiba Matsushita LTD133EQ1B qui équipe le X300. Sans grand succès ! Impossible de savoir de combien de leds se compose le rétro éclairage…



En manque de port ?

L’équipement du X300 comprend deux ports USB 2.0 ainsi que les entrée et sortie audio sur le flanc gauche, le graveur et l’encoche Kensington du côté droit tandis que l’arrière reçoit le port Ethernet gigabit, la sortie vga et l’interrupteur wifi. Enfin, le repose poignets est équipé d’un lecteur biométrique. En ajoutant la webcam, le 802.11n et Bluetooth 2.0, la liste est malheureusement complète. Le X300 n’a pas de port pour une station d’accueil ni de sortie vidéo numérique. L’absence de station d’accueil est quand même pénalisante compte tenu de la vocation de nomade de la machine et de son prix.



Performances

Cadencé à seulement 1200 MHz, le Core 2 Duo L7100 se fait naturellement distancer en puissance pure. Le T61p qui dispose d’un Core 2 Duo T9300 est plus de deux fois plus puissant… L’écart est d’ailleurs proportionnel aux rapports de fréquences.


Avec son petit GMA X3100, le X300 n’a que des capacités 3D limitées. Ce domaine n’est logiquement pas le terrain de prédilection de cette machine nomade.


Le X300 tire son épingle du jeu grâce à son SSD. Comme le montent les différents indices relevés avec PC Mark 2005. Malgré un excellent Seagate Momentus 7200.3 de 320 Go, le T61p est vraiment laissé sur place par le Samsung MCC0E64GMPP-0VA.


Plus que le processeur, c’est le SSD de 64 Go qui rend le X300 dynamique et tire l’indice PC Mark vers le haut. Il est cependant distancé par tous les autres Thinkpad que nous avons testé dernièrement.

Avec une autonomie de 4 heures 22 minutes, le X300 est plus endurant. Il est cependant talonné de près par le T61p qui passe aussi le cap des 4 heures. Le T61 et sa petite batterie n’a qu’une autonomie symbolique de 2 heures.


Conclusion

Attendu par beaucoup comme un successeur du Thinkpad X31, le X300 ne court pas dans la même catégorie. A part le poids, ils n’ont pas grand chose de commun... Le X300 est un portable assez grand en raison de son écran 13,3 pouces. Cette « grande » taille permet de profiter confortablement de la dalle à rétro éclairage led en 1440x900 et de loger un graveur DVD malgré un châssis de seulement 23 mm d’épaisseur. Grâce à la batterie six cellules, au SSD et à l’écran led, l’autonomie approche les 4 ½ heures sous Windows Vista. Quelques bémols viennent cependant ternir le tableau. L’écran est fort lumineux mais ses angles de vues sont vraiment très fermés et pour de faibles écarts de position, les couleurs peuvent être dégradées. Même s’il ne chauffe pratiquement pas, le ventilateur du X300 s’active plus que de raison. C’est gênant dans la mesure où il ne dispose que de deux vitesses. La première est faible et silencieuse (1400 à 1800 rpm selon la température interne) tandis que la une seconde, très élevée (plus de 5000 rpm), est franchement bruyante. Heureusement, TPfancontrol permet de n’utiliser que la vitesse la plus faible sans que la machine ne chauffe. Le X300 intéressera ceux qui cherchent un portable « bureautique » vraiment mobile, léger et autonome sans avoir à subir les contreparties d’un ultra portable (clavier réduit et graveur externe). A noter que compte tenu de la sortie du X301, le X300 devrait devenir une très bonne affaire !

Lenovo Thinkpad X300
Plus :
Poids plume, graveur DVD, SSD de 64 Go, bonne autonomie, châssis très rigide, finition, led programmable pratique, écran led lumineux mais...
Contre : angles de vue réduits, ventilateur parfois bruyant, pas de port docking, pas de sortie numérique.
Mise à jour le Vendredi, 15 Mars 2013 12:38