Home Tests Mobilité Test du MSI X-Slim X340

Test du MSI X-Slim X340

Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 
Écrit par Pascal Thevenier   
Jeudi, 28 Mai 2009 14:13

Après la déferlante des netbooks de 2008, cette année s’annonce sous le signe de la plate-forme CUVL. Mais de quoi s’agit-il exactement ? CUVL pour Consumer Ultra-Low Voltage est une recette de cuisine ! Avant de vous mettre à rire, attendez de lire la suite… En gros, il s’agit de passer à la sauce « netbook » les portables de plus grandes tailles notamment les « ultra ». En d’autres mots, reprendre le côté pas cher et l’appliquer au coûteux segment des ultra portables fins et très tendance. Qui a dit le MacBook Air en produit blanc ? La recette est finalement simple : prenez un processeur Core – architecture en fin de vie – basse fréquence et basse consommation, vendu à « petit prix » par Intel, et installez le dans un châssis plutôt design et assez fin. Laissez mariner avec un peu de buzz Internet, puis vendez ! Le premier à vendre cette nouvelle cuisine est MSI avec le X-Slim X340…




Un air de déjà vu !?

Quand certains produits arrivent sur le marché, on a parfois l’impression qu’ils existent depuis très longtemps ou qu’ils sont déjà dépassés ! C’est le revers du buzz… Mais dans le cas qui nous occupe, si le MSI X-Slim X340 a vraiment un air de déjà vu, c’est qu’il ressemble comme deux gouttes d’eau au MacBook Air lancé par Apple en janvier 2008. Ce MacBook a marqué les esprits en raison de sa finesse et de son design très sexy. Peut-être aussi à cause de son prix !


Les premières photos de MSI X-Slim ont commencé à circuler sur le net un an après le lancement du MacBook Air. Cinq mois plus tard, l’ultra portable de MSI est enfin disponible. Au niveau du look, pas de surprise, la « copie » ressemble franchement à l’original. La seule différence vraiment visible est le tour d’écran noir du X-Slim et le nom MSI illuminé au dos de l’écran qui remplace la pomme croquée… Compte tenu du prix du X340, 800 € quand même, le plastique remplace l’aluminium !


Déballage…

Le MSI X-Slim X340 vient de Rue Du Commerce (819,99 €), il est livré dans une boîte en carton brun avec une housse en simili cuir et la boîte noire du portable lui-même. Elle est clairement inspirée de ce celle des derniers produits Apple. Même à l’intérieur, la présentation est quasiment identique à celle du MacBook Pro testé dernièrement ! Le bundle comprend une mini souris optique USB à prise téléscopique, une lingette pour nettoyer l’écran et un CD avec les pilotes. Un paquet de paperasse est aussi présent : guides de démarrages rapides, carte de garantie et certificats divers. Comme toujours, il faudra soi-même graver un DVD de restauration, aucun média avec l’OS n’étant fourni. Il ne s’agit pas d’une « exclusivité » ni d’une nouveauté, cela fait belle lurette que les constructeurs de PC préfèrent utiliser une partition de restauration. Il n’y a pas de petits profits…


Ah, la bête ou plutôt la belle ?

La première chose qui surprend avec le X340, c’est la finesse ! Le X-Slim est loin de la hauteur indécente des netbooks épais comme de bonnes côtes à l’os… Dans sa politique de clonage, MSI a eu la bonne idée de copier le fond intégralement plat du MacBook Air. Contrairement à la majorité (pour ne pas dire à la totalité) des portables, le dessous du X-Slim est plat et lisse. Voilà qui est autrement plus agréable qu’un fond torturé et tortueux, surtout sur les genoux. La seconde bonne surprise est le poids : 1324 gr (1360 gr pour le MacBook Air). Le X340 court donc bien dans la catégorie en vogue du « fin et léger ».


En examinant la machine sous toutes les coutures, on se rend compte que MSI a utilisé 4 teintes différentes ! Le capot est blanc, nacré et brillant tandis que le dessous est blanc (très légèrement gris) nacré. Le repose poignets et le tour du clavier sont quant à eux gris très clair nacré. La batterie et le plastique derrière les charnières sont d’une quatrième teinte : plus blancs que le dessous mais pas aussi blancs que le capot. Enfin, les connecteurs sont cerclés de chrome. Ce patchwork douteux donne un côté un peu kitch à la copie, une note de « bon marché »… Franchement dommage ! Une couleur unique voire deux tons (et surtout pas ces rehausses chromées) aurait été du plus bel effet.


Au jeu des sept différences, on constate que le X-Slim est aussi fin que l’original mais uniquement à l’arrière. Le X340 conserve cette épaisseur sur 95% du châssis. Le plan du clavier et du repose poignets est quasiment horizontal. Ce dernier « culmine » à 15 mm contre 8,5 mm pour le MacBook Air. Juste pour situer, cette hauteur est de 23 mm sur un Aspire One, un Thinkpad Serie T et elle dépasse largement les 25 mm sur un portable courant. Bref, le X-Slim est bien slim !


Ouverdure !

On ne peut pas franchement parler d’ouverture facile, c’est même le contraire ! Les aimants qui maintiennent le portable fermé sont très puissants et même trop ! En levant l’écran pour l’ouvrir, le châssis suit… puis retombe quand les aimants lâchent. Ensuite, il se relève à nouveau entraîné cette fois par la fermeté des charnières. Il faut donc deux mains pour ouvrir la machine ! Si la première a une bonne prise grâce à un dégagement dans le châssis, la seconde n’a guère de prise. La seule manière d’ouvrir le X340 sans faire « décoller » le châssis est d’appuyer avec les doigts près du logo MSI en tirant avec le pouce dans l’encoche. Il reste alors à maintenir le châssis avec l’autre main. Le X-Slim marque quand même deux bons points : les charnières sont fermes et le capot est plutôt rigide compte tenu de sa finesse.


Une fois ouvert, le X340 perd un peu en rigidité et le châssis tend à se tordre plus facilement. Mais heureusement, le repose poignets est bien ferme et il ne s’enfonce nulle part. Toujours au rayon « clone wars », le X-Slim dispose d’un touchpad avec une grande zone tactile agréable. Le bouton unique fait juste illusion. Son toucher est trop plastique et les clics sont très sonores…De plus, MSI ne livre aucun autre pilote (uniquement celui par défaut de Windows Vista), exit donc toute fonctionnalité avancée… Côté témoins, le X340 ne manque pas de leds (blanches, façon MacBook Air) : Bluetooth, Wifi, veille, batterie, majuscules, num lock, scroll lock et disque dur.


La seule chose que MSI n’a pas copié, c’est le clavier ! Ils auraient du le faire car le clavier de notre X-Slim est en dessous de tout. Jamais en dix ans un clavier aussi mauvais n’était passé sous nos doigts, jamais ! La plaque de base du clavier semble « gondolée » et manque cruellement de rigidité. En appuyant sur le D, toutes les touches alentours suivent le mouvement ! Quand la touche arrive en bout de course, le clavier s’enfonce encore d’un bon millimètre. La frappe et le feeling sont absolument détestables. Nous n’avions jamais vu un tel « flex », c’est inacceptable. Le pire, c’est que le clavier est le seul coupable, la zone sous le clavier est suffisamment rigide…


Connectique et périphériques

Les portables CLUV héritent grosso modo de la même connectique que les netbooks : Ethernet, VGA, entrée et sortie audio, webcam, micro, lecteur SD et trois ports USB. Dans le cas du X-Slim X340, un des ports USB cède sa place à une sortie HDMI. La connectique filaire est complétée par Bluetooth et le Wifi 802.11n. Par rapport aux ultra portables plus classiques, ce sont les ports coûteux qui s’éclipsent : slot Express card et (en voie de disparition) port docking.

La webcam remplit son office très correctement. Les enceintes sont dans la moyenne pour ce type de machine. L’écran fait quant à lui partie des qualités marquantes. Il affiche une résolution de 1366x768 pixels autrement plus pratique que le 1024x600 des netbooks. La dalle CMO1316 est brillante mais la luminosité atteinte par les panneaux leds permet (dans une certaine mesure) de contrer les reflets. Pour ne rien gâcher, ce type d’écran consomme très peu… Les angles de vue sont très larges sur le plan horizontal mais les couleurs se dégradent très vite en (contre)plongée.


Côté technique…

Intel ne manque pas d’idées quand il s’agit de recycler des processeurs. Aujourd’hui, les Core 2 Duo sont plus qu’amortis et dans peu de temps, ils cèderont leur place aux différents « Nehalem Mobile ». En attendant, Intel continue de rentabiliser l’architecture Core avec des processeurs à faible fréquence et faible tension d’alimentation pour les plates-formes CULV… Notre X340 est équipé d’un Core 2 Solo U3500 à 1,4 GHz via un FSB de 800 MHz. De la famille Penryn, il est gravé en 45 nm, embarque 3 Mo de cache L2 et compte 410 millions de transistors sur 107 mm². Le TDP du Core 2 Solo U3500 est remarquable avec seulement 5,5 watts. Comme son nom le laisse supposer, le Core 2 Solo est bien un processeur avec une seule unité d’exécution. Le « 2 » ne traduit pas la présence de 2 cœurs mais simplement l’appartenance à la seconde génération de processeurs basés sur l’architecture Core. Dans la plateforme CULV, l’antique i945GSE des netbooks est remplacé par un GS45 gravé en 60 nm dont le TDP est de 12 Watts. Une valeur élevée mais il ne faut pas perdre de vue que la partie graphique est à présent un GMA 4500M HD qui compte 10 unités de calcul à 533 MHz. Le GS45 supporte la DDR2-800 et peut opérer en mode double canal mais ce n’est pas le cas ici. Au niveau du disque dur, la machine que nous avons testée est équipée d’un Western Digital Scorpio Blue de 500 Go. Grâce à un ICH9M, le disque fonctionne en mode AHCI.


Performances

Par rapport à un netbook, le X340 a franchement plus de pèche. Malgré une fréquence plus faible et un seul core, le Core 2 Solo U3500 est nettement plus puissant que l’Atom N270 (ou 280). Il se montre de 26 à 88% plus rapide ! Le Core 2 Solo U3500 se permet même d’être plus rapide dans les tests qui utilisent l’HyperThreading de l’Atom ! Il faut cependant rappeler que l’Atom n’a pas d’unité d’exécution OOO… D’après notre base de données, les prestations du Core 2 Solo U3500 sont comparables à celle d’un Pentium-m 1,6 GHz de 2004.


Côté 3D, l’indice 3D Mark 2004 du X340 est comparable à celui de l’Acer eMachine à base de Celeron T1400 (1,73 GHz) testé en septembre 2008. Avec un score de 1571, il est 129% plus rapide que la moyenne des netbooks… C’est bien pour un IGP, mais dans l’absolu, c’est très mauvais par rapport à un GPU mobile ! En effet, un portable de 2004 équipé d’une Radeon Mobility 9600 128 Mo atteint un score de plus de 3400. A titre indicatif, une GeForce 8600m GT dépasse largement les 10 000…

L’indice global PC Mark 2005 est lui aussi bien supérieur à celui de la moyenne de netbooks : 2167 contre 1482. On notera également que ce score est moins bon que celui de l’Acer eMachine. A l’usage, le X340 est agréablement plus dynamique qu’un netbook malgré Windows Vista…


Nuisances et mobilité

L’autonomie de X340 est de 4 heures, soit deux heures de plus que les plus mauvais netbooks mais 3 heures de moins que les meilleurs (presque 4 heures par rapport au D150). Cette performance est tout à fait correcte compte tenu du grand écran et de la « puissance disponible sous le capot ». Compte tenu de la batterie de 32 Wh, la consommation moyenne est de 8 watts (Wifi actif). A titre indicatif, le MacBook Air atteint 4 ½ heures dans des conditions comparables. L’adaptateur secteur est compact mais MSI l’a affublé d’une grosse prise avec mise à la terre. Le connecteur côté portable n’est pas coudé mais il est assez petit.


Le bilan sonore n’est pas aussi bon. Le X340 est équipé d’un ventilateur qui tourne en permanence. Le niveau sonore n’est pas trop élevé mais il joue dans les aigus, ce qui est assez désagréable. Curieusement, le Western Digital Scoprio Blue généralement très discret se fait entendre plus que de raison dans ce X-Slim. Les nuisances sonores se composent d’un bruit de souffle émis par le disque dur sur la droite et d’un bruit de même niveau plus aigu émanant du ventilateur logé à gauche. Le souffle est sensible face aux évents gauches qui servent aussi au speaker. Gageons qu’un utilitaire de contrôle du ventilateur soit rapidement disponible car le X340 chauffe vraiment très peu et le ventilateur ne semble jamais prendre des tours.


De curieux choix...

Comme pour le Wind, MSI a placé un autocollant de perte de garantie sur une vis. En cas de démontage, la garantie est perdue. Cependant, MSI avait assoupli cette restriction assez rapidement sur le Wind pour autoriser l’ajout de mémoire et le changement du disque dur, voire de la carte Wifi…
On peut aussi se demander pourquoi MSI a pris la peine de faire une installation personnalisable de Windows Vista qui permet de se passer d’une partie du bloatware mais qui impose quand même Norton IS 09 et une version d’essai de l’Office.



Conclusion

La plateforme CULV permet d’offrir un niveau de performances tout à fait correct dans un portable léger, très fin et autonome. Ce concept est donc assurément une réussite même si on a l’impression qu’Intel réinvente tout simplement l’ordinateur portable ! Dans le cas du MSI X-Slim X340, les performances du Core 2 Solo U3500 à 1400 MHz sont comparables à celle d’un Pentium-m 1,6 GHz et largement supérieure à celles d’un Atom… Le nouveau GS45 et sa puce graphique sont aussi bien plus véloces que l’antique 945GSE. Avec 4 heures sur batteries (Wif actif) et seulement 1,3 Kg, le X340 nous a donné toute satisfaction. Pour ne rien gâcher, son design, tout simplement « piqué » au MacBook Air d’Apple est une réussite. Malgré le châssis plastique peu épais, la rigidité est correcte. Le choix de quatre teintes de plastique et les connecteurs chromés est par contre d’assez mauvais goût. Le réel problème vient du clavier. Ce n’est même pas une ombre au tableau, c’est une tache visible comme le nez au milieu de la figure. Nous n’avions jamais rien rencontré d’aussi mauvais… A ce niveau de prix (800 €), c’est inadmissible !!! A copier Apple, il faudra à présent aussi attendre une RevB chez MSI avec absolument un meilleur clavier, un ventilateur plus silencieux et un écran plus facile à ouvrir. Dommage également pour l’autocollant de scellé qui invalide la garantie : impossible d’accéder à la mémoire et au disque dur.


MSI X-Slim X340 : 6,5/10
Pour :
Rapport autonomie/performances/encombrement, design, écran, grand touchpad, disque de 500 Go, chauffe très peu.
Contre : Clavier exécrable inadmissible à ce niveau de prix, ventilation continue et disque audible, ouverture peu pratique, scellé, manque de rigidité.

Etant donné que le clavier dénote totalement avec le reste de la finition, nous allons nous renseigner… Dans l’état actuel des choses, la note de 6,5 est motivée par ce défaut rédhibitoire. Un clavier dans la moyenne relèverait la note à 7,5/10.

Mise à jour le Jeudi, 22 Juillet 2010 15:19